• Home
  • V1
  • Fashion
  • Textile français : l'industrie post-triple A

Textile français : l'industrie post-triple A

18 janv. 2012

Fashion

La

dégradation de la note française de AAA en AA+ par l'agence de notation Standard & Poors vendredi 13 janvier a laissé des séquelles. Loin devant les mauvais élèves de la zone euro : la Grèce, L'Espagne, L'Italie et le Portugal ; la perte du AAA

ne fait qu'accentuer l'écart de l'Hexagone avec l'Allemagne, le Pays-Bas, La Finlande et le Luxembourg qui ont conservé leur statut d'excellence de triple A pour la dette.
 
" Pou
r la première fois depuis le premier jour de la construction européenne, la France n'est plus dans le peloton de tête des pays européens et tout cela va avoir évidemment des conséquences réelles et psychologiques importantes pour notre pays, pour son économie et pour son image ", a déploré la semaine dernière François Bayrou, Président du MoDem.
 
Point de drame national, rassure le Président de la République qui qualifie cet abaissement d'une " difficulté de plus, mais pas insurmontable ". Mais la perte du AAA sonne comme un rappel à l'ordre pour les entreprises françaises. Comme en témoigne les  " success story " à la française de l'an dernier : The Kooples, Sarenza.com ou Vente Privée, " innovation " et " export " sont les maîtres mots du secteur textile / habillement. Les entreprises de mode doivent améliorer leur compétitivité pour éviter les délocalisations. L'export a besoin de reprendre des couleurs : les exportations françaises ont fléchi ces trois dernières années. Si la création de mode et le luxe fait sa renommée, la France vit désormais sous surveillance. Ce qui pourrait dissuader les investisseurs du " Made in France ".
 
En occurrence, la mise en avant du label France et le projet de TVA sociale (première victime de la crise de la dette) se sont invités parmi les thèmes de la campagne électorale. Les détaillants comme les marques de mode ont leur mot à dire sur ces sujets qui concernent leur métier de très près. C'est la raison pour laquelle, un débat sur le Made in France et la TVA sociale sera organisé lundi prochain en présence du MoDem, du Parti Socialiste et du Parti Radical au salon Who's Next Prêt-à-Porter Paris.
 
Le magazine Boutique 2 Mode et l'organisation du salon de mode parisien profitent en effet de la prochaine édition du salon pour inviter des formations politiques et les organisations professionnelles à échanger, débattre, sur deux thèmes d’actualité susceptibles d’interpeler les commerçants et les entreprises du secteur de la mode :
  • Leaders internationaux, la création et la distribution française peuvent-elles relancer l’industrie « Made In France » dans le secteur de la mode ?
  • TVA sociale : avantages et contraintes pour les marques de mode et les détaillants français.
Ce débat permettra de découvrir les orientations et les mesures envisagées par le monde politique. 3 invités dévoilerons le programme de leur parti pour encourager et soutenir la fabrication française dans le secteur de la mode : Robert Rochefort, vice-président du MoDem, Yves Jégo, vice-président du Parti Radical et député, président de l’association PRO France, ainsi qu'un représentant du Parti Socialiste.
 
Seront également présents à ce débat : Bernard Morvan, président de la Fédération Nationale de l’Habillement, Jean Pierre Fabre, président de la Fédération des détaillants en Chaussures de France, Jean-Pierre Mocho, président de la Fédération Française du prêt-à-porter féminin, Tony Herblot, président des façonniers de l’Ouest.
 
(Rédaction : CJL)

AAA
Crise
WHO'S NEXT
zone euro