• Home
  • Actualite
  • Business
  • Prêt-à-porter en France en 2021 : les dépenses en seconde main en hausse de 55 pour cent

Prêt-à-porter en France en 2021 : les dépenses en seconde main en hausse de 55 pour cent

By Herve Dewintre

20 oct. 2021

Business

Après plusieurs saisons digitales, la semaine de la mode est revenue à Paris dans son format traditionnel. L’occasion de faire un point sur la consommation du prêt-à-porter en France, en perpétuelle évolution depuis le début de la crise sanitaire.

Natixis Payments a analysé les données de son observatoire sur la consommation des Français en prêt-à-porter, de janvier à septembre 2021. Cet observatoire traite les données de son écosystème pour identifier et analyser les tendances qui sont ensuite valorisées auprès de la communauté BPCE : un outil de travail permettant de tracer les grandes tendances de consommation et les comportements liés au monde des paiements. Pour rappel, Natixis, filiale du groupe BCPE ( 2e acteur bancaire en France à travers ses réseaux Banque Populaire et Caisse d’Epargne) est un établissement financier français spécialisé dans la gestion d’actifs et de fortune, la banque de financement et d’investissement, l’assurance et les paiements.

Ces données sont édifiantes : on aurait pu croire que les Français allaient retrouver le chemin des points de vente et abandonner peu à peu la vente en ligne avec l’assouplissement des contraintes sanitaires. Pourtant les chiffres obtenus par les transactions effectuées par les cartes bancaires transitant par les plateformes de Natixis (qui est précisons-le, le premier émetteur de cartes Visa en Europe continentale avec le Groupe BPCE) démontrent très clairement que plus d’un achat sur trois est désormais effectué en ligne. En 2019, le e-commerce représentait à peine 14 pour cent des transactions, pour grimper jusqu’à 21 pour cent en 2020.

Si le nombre des achats en ligne a considérablement augmenté, le panier moyen lui a baissé, passant de 66,58 euros en 2020 à 51,48 euros en 2021, soit une baisse de -22,7 pour cent. Cette tendance s’explique selon Natixis par l’augmentation du nombre de transactions : les dépenses sont plus fréquentes mais moins élevées. En ce qui concerne le montant des transactions, l’observatoire constate une augmentation de 64 pour cent versus 2020, et de 98 pour cent versus 2019. Ce marché a donc doublé de volume en deux ans. Les moins de 24 ans représentent la plus grosse augmentation des dépenses dans le prêt-à-porter et rattrapent les autres classes d’âges habituellement plus dépensières (25-54 ans). Cette tendance est encore plus marquée en ligne : les moins de 24 ans ont augmenté leurs dépenses de 27 pour cent en magasin entre 2019 et 2021, et de 154 pour cent en ligne.

« Le marché du prêt-à-porter poursuit l’évolution de son modèle de distribution »

Par ailleurs, la seconde main a fait un bond spectaculaire. Avec un nombre d’achats assez timide en 2020, les Français ont davantage acheté sur des sites en ligne de seconde main en 2021 avec une augmentation de 51 pour 100. Par rapport à 2019, le nombre d’achats en 2021 a bondi de 140 pour 100. Si les 25-44 ans sont de loin les plus dépensiers en achats de seconde main avec 58 pour 100 des dépenses totales, le panier moyen des moins de 24 ans reste le plus élevé avec un montant de 24 euros, contre 21,32 euros chez les 65 ans et plus, suivi des 45-54 ans (20,77 euros).

Ainsi, avec une augmentation de 55 pour cent du montant des achats sur les neufs premiers mois de 2021 versus 2020, Natixis Payments identifie cette évolution comme « un véritable tournant dans le prêt-à-porter avec une consommation plus responsable encourageant une économie circulaire ». Pour Chloé Mayenobe, Directrice générale déléguée de Natixis Payments en charge de la Business Unit Digital Payments, ces chiffres sont éclairants : « Le marché du prêt-à-porter poursuit l’évolution de son modèle de distribution. Les Français ont revu leur mode de consommation en privilégiant le e-commerce, une tendance qui s’est confirmée en 2021, bien que les contraintes sanitaires aient été allégées. L’année 2022 sera un marqueur pour le marché du prêt-à-porter car nous verrons si les nouvelles habitudes de consommation des français vis-à-vis de la mode, achats en ligne et marché de la seconde main, perdurent ».

Vous ne voulez manquer aucune actualité liée à l'industrie de la mode ? N'attendez plus et faites comme de nombreux autres professionnels du secteur : Inscrivez-vous à la newsletter de FashionUnited !

Crédit photo: Natixis Payments