79 000 visiteurs pour l’exposition Yves Saint Laurent à Lyon

Le musée des tissus de Lyon, fondé en 1856, revient de loin. Menacé de fermeture en raison des restrictions budgétaires envisagées par la Chambre de commerce et d'industrie métropolitaine (réductions provoquées par la réduction de ses ressources issues de l'Etat entre 2014 et 2017), le bâtiment est désormais sauvé. La région Auvergne-Rhône-Alpes s’est en effet portée à sa rescousse en le rachetant il y a un an et demi. Emmanuel Imberton, président de la CCI avait officiellement remis les clés des musées des Tissus et des Arts Décoratifs à Laurent Wauquiez, Président d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Soutenue par un GIP (groupement d'intérêt public dont les membres fondateurs sont l’Unitex, la Région et la CCI qui a mis en place un fonds de dotation et qui s'engage au développement du mécénat d'entreprises), la Région, désormais propriétaire des deux hôtels particuliers formant le musée, a lancé un ambitieux projet de rénovation. Quatre grands noms de l'architecture ont été sélectionnés par le biais d’un concours. Il s'agit des équipes mobilisées par Rudy Ricciotti, par Snøhetta, par Wingardh Arkitekkontor AB, et enfin par Christ and Gantenbein. Le lauréat sera désigné par un jury le 9 juillet prochain. Les études et travaux pourraient être lancés début 2021.L’enveloppe globale prévue par la Région pour les opérations de travaux est de 50 millions d’euros, hors chantier des collections.

En interne, une nouvelle impulsion est portée par l’équipe de l'institution sous la direction d’Esclarmonde Monteil, directrice générale et scientifique, et d’Éric Gennari, administrateur général. Cette équipe a la charge d’exalter le prestige du musée qui conserve aujourd’hui la plus importante collection de textiles du monde, avec pres de 2,5 millions de pièces. L’institution couvre 4500 ans de production textile, de l’Égypte pharaonique à nos jours, du Japon aux Amériques, en passant par la Chine, l’Orient, l’Italie ou les Pays-Bas. Le musée conserve également un grand nombre d’albums d’échantillons, avec une vision exhaustive de la production lyonnaise entre la fin du 18e siècle et les années 1950.

Autre signal positif, l’exposition « Yves Saint Laurent. Les coulisses de la haute couture à Lyon » qui mettait en lumière les liens privilégiés entretenus par le couturier avec les fabricants de Lyon et de la région, a rencontré un succès notable : 79 000 visiteurs se sont déplacés entre le 9 novembre dernier et le 8 mars 2020. Organisée en partenariat avec le musée Yves Saint Laurent Paris, Cette plongée au cœur de l'univers de l’un des plus grands couturiers du XXe siècle rend hommage à l’emblématique savoir-faire technique de tout un territoire. Scénographiée par l’agence NC, Nathalie Crinière, elle dévoile le processus créatif d’Yves Saint Laurent et met à l’honneur huit maisons lyonnaises.

Prochain rendez-vous : une exposition consacrée à Vivienne Westwood

Fort de ce succes, le musée des Tissus va continuer à produire des expositions consacrées aux créateurs de mode. Du 6 juin au 4 octobre 2020, l ’institution lyonnaise inaugurera, pour la première fois en France, une exposition dédiée à Vivienne Westwood. Elle sera baptisée « Vivienne Westwood. Art, mode et subversion. La collection Lee Price » et dévoilera l’univers de l’irrévérencieuse créatrice britannique e grâce aux prêts nombreux issus d’une collection privée. Les rapprochements proposés avec une sélection d’œuvres du musée des Tissus – notamment avec le Pourpoint dit de Charles de Blois, exceptionnellement exposé - permettront d’évoquer les sources d’inspiration de la créatrice de mode. Le commissariat de cette exposition sera assuré par Julie Ruffet-Troussard, attachée de conservation du musée des Tissus.

Crédit : Lyon, musée des tissus, photo Pierre Verrier

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS