Chaumet signe un quatrième et dernier volume aux éditions Assouline

Le chiffre 12 a une signification particulière pour Chaumet. C’est au numéro 12 de la place Vendôme que cette vénérable maison de joaillerie parisienne fondée en 1780 par Marie-Etienne Nitot, désormais propriété du groupe LVMH, est installée depuis 1907. La légende veut aussi que 12 générations de chefs d’ateliers se soient transmises, sans interruption depuis la fin du XVIIIe siecle, l’inimitable savoir-faire qui soutient encore aujourd’hui le prestige et la renommée du joaillier.

Chaumet signe un quatrième et dernier volume aux éditions Assouline

On comprend mieux alors la volonté de Jean-Marc Mansvelt, président de la marque d’articuler en 12 chapitres l’odyssée écrite de ce fleuron de la place Vendôme. Cette odyssée a pris la forme, aux éditions Assouline, d’une collection complète. Trois volumes, composés de trois ouvrages chacun, ont été dévoilés ces dernières années. Le quatrième – et dernier – volume paraitra en novembre prochain et clôturera ainsi le récit d’une maison hors norme qui a contribué, plus qu’aucune autre, a formé le gout parisien en matière de haute joaillerie et d’horlogerie précieuse.

12 ouvrages pour tenter de saisir l’essence d’une institution qui a traversé toutes les tendances des deux précédents sielces sans perdre son idéntité. Le dernier volume dévoile trois facettes inexplorées de Chaumet: le premier, rédigé par Domizio Sassetelli, illustre un thème polysémique central et emblématique de la Maison, celui du ciel, de ses habitants et des astres. Un theme bienvenu puisque la derniere collection de haute joaillerie de la maison, présentée en juillet dernier, s’intitulait précisement les Ciels de Chaumet. Imaginée par Claire Deve Rakoff, cette collection faisait une large place au soleil, à la lune, aux étoiles et aux oiseaux.

Chaumet signe un quatrième et dernier volume aux éditions Assouline

Tout aussi pertinent, le deuxieme ouvrage, écrit par David Chokron, certifie l’excellence Chaumet dans l’horlogerie précieuse : le journaliste dévoile ici les garde-temps iconiques- de la premiere paire de bracelets-montres datant de 1881 aux dernieres créations contemporaines - ayant marqué de leur empreinte l’histoire de la maison d’une part, mais aussi l’évolution des styles et des portés au fil des époques. Le dernier ouvrage, rédigé par Jérôme Neutres, cloture la saga en majesté puisqu’il s’attache à faire comprendre l’art du trait : un éclairage décisif pour comprendre l’essence et le style du joaillier.

Credit photo : Chaumet

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS