"Des hommes stylés" : nouveau documentaire de Loïc Prigent

A travers la visite guidée d’un vestiaire masculin moins guindé qu’il n'en a l’air, le documentariste Loïc Prigent porte son regard unique sur le vestiaire masculin et y déniche quelques fantaisies.

Loïc Prigent commence son exploration par le défilé de Dior, réputé pour faire les "meilleurs costumes de l’industrie". Avec son regard affuté il met en exergue les hommes tous à l'arsenal d’options à leur disposition aujourd'hui pour sortir du traditionnel veston-pantalon. Maniaquerie des finitions, frime à l’italienne, matières souples permettant toutes les acrobaties, veste moirée en soie… cette exploration de la garde-robe masculine, réalisée à la fois d’extraits de la fashion week de janvier 2018 et d'images d’archives, réserve bien des surprises.

Ludovic Perrin, journaliste à Arte Magazine, a recueilli les propos de Loïc Prigent dans une interview, en voici quelques extraits :

"Des hommes stylés" : nouveau documentaire de Loïc Prigent

Ludovic Perrin : Quelles sont les grandes ruptures dans l'histoire du vestiaire masculin ?

Loïc Prigent : Au XIXe siècle, la société victorienne fait table rase du passé. C’est un véritable renoncement à la flamboyance. L’homme s’enferme dans un vestiaire de monastère qui perdure aujourd’hui. Contrairement à la femme, il jouit d’une liberté très restreinte en matière d’habillement. L’homme contemporain porte des costumes gris anthracite, noirs ou bleu marine. Il se confond avec les couleurs de la ville. C’est l’ère du camouflage. Car se faire remarquer, c’est se faire condamner.

"Des hommes stylés" : nouveau documentaire de Loïc Prigent

Existe-t-il des îlots de résistance ?

Oui, quelques anarchistes, aussitôt catalogués. […] Nous retrouvons cela chez les footballeurs, dont la garde-robe vous a intéressé. Neymar m’évoque un fantassin de François Ier. Avec leurs jeans déchirés, leurs bagues et leurs montres trop lourdes, les footballeurs définissent une nouvelle aristocratie, qui prône des valeurs de richesse et d’hédonisme tout en se voulant vertueuse.

Existe-t-il selon vous une icône masculine 2018 ?

David Beckham ! […] C’est le nouveau Marlon Brando, mais plus indépendant que rebelle. Et si Brando reste indissociable du jean, Beckham, lui, se distingue par le tatouage qui dépasse de son col de chemise. Dans une société normée, voilà l’ultime espace d’expression libre. L’accessoire du moment…

"Des hommes stylés" : nouveau documentaire de Loïc Prigent

L’affaire Weinstein aura-t-elle une incidence sur le prêt-à-porter masculin ?

Le scandale a amené des questions sur ce qui est correct ou non chez un homme. C'est un moment où l'on se regarde dans le miroir, on réajuste les cravates. Peut-être assistera-t-on à moins de dérives et plus de diversité, de tolérance et de respect des autres …

Breton d'origine, débarqué à Paris à l'âge de 20 ans, après un passage à Libération en tant que pigiste, Loïc Prigent rejoint l'émission Nulle part ailleurs (Canal+) à la fin des années 90 où il collabore avec la chroniqueuse mode Mademoiselle Agnès. Avec elle, il réalise des séquences sur les coulisses des défilés, notamment lors de la fashion week parisienne.

En 2005, Loïc Prigent se révèle grâce à sa série documentaire, Signé Chanel, diffusée sur Arte, consacrée aux coulisses de la maison de Haute Couture. En 2008, il entame le tournage d'une nouvelle série documentaire, Le jour d'avant, (Arte) pour laquelle il filme les derniers préparatifs avant le défilé de nombreuses maisons, de Sonia Rykiel à Versace, en passant par Jean Paul Gaultier.

En septembre 2016, il publie J'adore la mode mais c'est tout ce que je déteste chez Grasset. Fan de réseaux sociaux, il poste des commentaires sur l'univers de la mode sur Twitter.

"Des hommes stylés" : nouveau documentaire de Loïc Prigent - diffusion le 8 juillet 2018, à 22h30, sur Arte

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS