Habits royaux et vêtement de forçat se côtoient au Palais Galliera

Corset de Marie-Antoinette, robe Givenchy d'Audrey Hepburn, col en fourrure de Sarah Bernhardt: le Palais Galliera, Musée de la mode de Paris, présente à partir de samedi une centaine de pièces issues de ses collections, ayant appartenu à des personnalités célèbres du XVIIIe siècle à nos jours.

A côté de ces illustres propriétaires, quelques destins anonymes sont représentés, avec des vêtements de travail, un tablier de fleuriste, une blouse de coiffeur, un vêtement de forçat: "Je ne voulais pas que ce soit uniquement un Bottin mondain", explique le directeur du Palais Galliera, Olivier Saillard, qui a voulu se pencher dans l'exposition, "Anatomie d'une collection", sur "la part autobiographique, ce que les vêtements disent de nous".

"Quand on nous fait don d'une blouse de travail qui a été infiniment raccommodée, rapiécée, je considère que c'est une broderie du temps jolie à conserver, qui est aussi belle qu'une robe haute couture", commente encore le responsable du musée, dont les collections sont constituées à 70% de dons de particuliers.

Les vêtements présentés témoignent de destins parfois tragiques, comme celui du futur roi Louis XVII, fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette, mort à 10 ans à la prison du Temple, dont une fine chemise en toile de lin est exposée, de même que deux habits complets, l'un rose, l'autre rayé. A côté, un corset en taffetas de Marie-Antoinette datant de 1785, conservé par une marchande de modes. Ou les vêtements portés le 21 juillet 1836 par le journaliste Armand Carrel le jour du duel qui lui fut fatal.

Également exposée, une casaque rouge de forçat du XIXe siècle, dont la couleur permettait de repérer les fuyards potentiels. "Je me demande, quand on éteint les lumières du musée le soir, ce que peuvent se raconter le forçat, l'impératrice Eugénie, George Sand. Ca me plaît de chahuter les rencontres", s'amuse Olivier Saillard. Une salle est consacrée aux artistes de scène: un majestueux collet en fourrure d'agneau et d'hermine porté par Sarah Bernhardt, une combinaison en tricot de soie noire de l'actrice Musidora.

De célèbres clientes de haute couture sont représentées: la duchesse de Windsor avec une robe bleu marine Dior par Marc Bohan, Betty Catroux et sa combinaison-pantalon Yves Saint Laurent, dont elle était la muse. Parmi les pièces remarquables, le chapeau en escarpin renversé, signé Schiaparelli en collaboration avec Salvador Dali, porté par Gala, qui figure sur l'affiche de l'exposition. "Anatomie d'une collection", du 14 mai au 23 octobre, Palais Galliera, Paris. (AFP)

Photo: Palais Galliera website

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS