• Home
  • Actualite
  • Culture
  • La chaise médaillon de Christian Dior revisitée par 17 designers

La chaise médaillon de Christian Dior revisitée par 17 designers

By AFP

6 sept. 2021

Culture

DIOR SALONE DEL MOBILE ©Alessandro Garofalo

Milan - La chaise médaillon fétiche de Christian Dior trônait en bonne place dans sa première boutique fondée en 1947 à Paris : 74 ans plus tard, dix-sept designers ont revisité cet objet iconique pour le remettre au goût du jour.

Tapissée de cannage et de toile de Jouy, cette chaise de style Louis XVI ornait aussi, en noir et or ou rose et gris, les coffrets des premiers parfums de la maison de haute couture. C’est dans ces chaises que Christian Dior, grand couturier et fondateur de l’entreprise décédé en 1957 à l’âge de 52 ans, installait ses invités dans un décor qu’il qualifiait dans ses mémoires de “sobre, simple, surtout si classique et parisien”.

Créé par le menuisier Louis Delanois en 1769, cette chaise au dossier ovale sous forme de médaillon, qui a traversé les siècles sans encombre, a été revue par les designers à la demande de Dior à l’occasion du Salon du meuble qui s’est ouvert dimanche à Milan. “La chaise médaillon Louis XVI du 18e siècle, c’est pour moi l’apothéose du mobilier français, les ébénistes en ont fait une chaise iconique, tamponnée avec un vernis Martin qui était une révolution à l’époque”, a expliqué à l’AFP l’un d’entre eux, Pierre Yovanovitch.

“Elle est simple, elle est confortable, elle est devenue très populaire, et grâce à ses courbes on l’a reconnaît de manière immédiate”, poursuit cet architecte d’intérieur français. D’où l’engouement de nombreux designers à réinventer cette chaise devenue emblème de la maison Dior, à l’instar de Philippe Starck qui en a créé une version ultramoderne il y a vingt ans pour la marque italienne Kartell, baptisée Louis Ghost, entièrement en plastique transparent. Le succès international fut immédiat.

“Symbole de l’élégance française”

Pour l’occasion, Pierre Yovanovitch a imaginé le duo quelque peu ludique “Monsieur et Madame Dior”, deux chaises médaillon en fer aux lignes épurées, en jaune et marron clair, habillées de la toile oblique inventée en 1967 par Marc Bohan, “un clin d’œil à la fois contemporain et rebelle”. “La chaise est l’objet de design le plus difficile à créer, car elle doit être singulière, confortable et reconnaissable”, confie cet ancien créateur de mode de la maison Pierre Cardin.

DIOR SALONE DEL MOBILE ©Alessandro Garofalo

“La chaise médaillon symbolise une certaine France classique, une élégance française, cela m’a amusée” de créer une “tribu” de cinq pièces en les retapissant de motifs de crochet de laine à l’indienne aux couleurs vives, a commenté à l’AFP l’architecte et designer India Mahdavi. Ces chaises, exposées comme les autres au Palazzo Citterio à Milan, sont “des produits hybrides, mêlant la tradition de la maison Dior et ma vision des motifs que je développe pour ma propre collection”, explique cette créatrice française d’origine irano-égyptienne.

“Je mélange toujours motifs floraux et géométriques et des couleurs très fortes avec du noir et blanc pour trouver une certaine luminosité, je suis en quête permanente de la lumière”, a-t-elle ajouté. Interrogée sur le lien entre haute couture et architecture d’intérieur, elle a estimé que “d’un côté on habille des corps, de l’autre côté des espaces”. (AFP)