Le nouveau Musée Saint Laurent de Marrakech ouvrira en 2017

L’ouverture du Musée Saint Laurent à Marrakech est prévue à l’automne 2017. « Il aurait adoré », dit son compagnon et associé pendant près de 50 ans, Pierre Bergé. Un autre musée ouvrira à Paris, dans l’ancienne Fondation YSL, située près de la Seine à l’angle de la rue Marceau où le duo triomphait…

Paris et Marrakech sont deux villes que le couturier et son conjoint ont dans leur cœur. Imprégnées de beauté, aussi bien la capitale française que la ville marocaine, ont inspiré le tandem qu’ils formaient : l’un dédié à la couture et l’autre à a gestion de l’entreprise et à son expansion.

Bergé explique que, dans le musée parisien , on pourra visiter le studio dans lequel Yves Saint-Laurent a travaillé pour la dernière fois. « Tout est resté intacte », dit-il. Cependant, le musée marocain, situé près des Jardins Majorelle qu’ils avaient rachetés en 1966 et laissé ouvert au public, concentrera des pièces importantes des collections.

Une architecture actuelle avec des salles d’exposition, un auditorium et une bibliothèque.

Pour construire ce musée à la fois sobre et imposant, à deux pas des jardins, Pierre Bergé a choisi un duo de jeunes architectes, Karl Fournier et Olivier Marty, du Studio KO. « Ils aiment le Maroc et sont également très talentueux », explique Bergé.

En 2014, Pierre Bergé a eu l’idée d’ouvrir un musée berbère dans les jardins Majorelle qui a reçu 800.000 visiteurs la première année. Pour cette nouvelle idée d’ouvrir un centre culturel, il a acheté un terrain de 1.000 mètres carrés et a baptisé la rue adjacente « Yves Saint-Laurent ». 400 mètres carrés seront dédiés aux collections permanentes, 150 aux temporelles, un auditorium d’une capacité de 140 places sera prévu pour les concerts et conférences et une bibliothèque contenant 5.000 volumes sur l’histoire arabo-andalouse, la botanique, la culture berbère et la mode de l’œuvre du Maître, trouveront leur place au sein de ce complexe.

“À Marrakech, Yves Saint-Laurent a dessiné ses meilleurs modèles. C’est là qu’il a découvert la couleur. On le connaît comme une sorte d’ambassadeur du pays. C’est pour cela que sur les 5.000 robes de la collection, une bonne partie sera exposée dans ce musée, mais de façon rotatoire pour éviter que la lumière n’abîme les tissus. En plus, 15.000 accessoires et documents conservés à Paris y seront expédiés », confesse-t-il.

Le nouveau musée aura un design contemporain, loin des architectures typiques et traditionnelles de la région, et sera construit en granite, terra cota, ciment et briques locales.

Photo:Studio KO

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS