• Home
  • Actualite
  • Culture
  • Les arts de l'Islam, source de la modernité des bijoux Cartier

Les arts de l'Islam, source de la modernité des bijoux Cartier

By AFP

21 oct. 2021

Culture

Paris - Formes géométriques, association du bleu des turquoises au vert de l’émeraude : Cartier a puisé dans les arts de l’Islam au début du XXe siècle pour moderniser ses bijoux, une inspiration qui perdure dans l’esprit de la maison.

L’exposition “Cartier et les arts de l’Islam” s’ouvre jeudi au musée parisien des Arts décoratifs (MAD) pour montrer ses liens surprenants entre les bijoux du luxe et le revêtement des mosquées, tissus aux motifs ottomans, ou coffrets incrustés persans. “C’est une recherche tout à fait inédite qui est présentée dans cette collection”, explique à l’AFP Judith Henon-Raynaud, adjointe à la directrice du département des arts de l’Islam au Louvre, et l’une des commissaires de l’exposition. Pour la première fois dans une exposition dédiée aux bijoux, “on a pu reconstituer toutes les étapes de la création”, souligne l’autre commissaire, Evelyne Possémé, conservatrice en chef du département des bijoux anciens et modernes au MAD. Peu inspiré par le mouvement Art nouveau au début du XXe siècle, Louis Cartier, petit-fils du fondateur de la maison, avait voulu proposer aux clients “quelque chose de nouveau, peut-être russe, peut-être persan”. Le persan l’a emporté.

Les arts de l’Islam commençaient alors à se positionner au même niveau que la grande peinture occidentale. À cette époque, “une part déterminante” des bijoux s’inspire des arts de l’islam “ce qui a permis à Cartier de s’inscrire à la modernité par rapport à l’Art Nouveau”, souligne Evelyne Possémé. Les motifs géométriques “sont tirés de l’architecture, les briques s’inspirent des revêtements des mosquées en Asie centrale”, poursuit la commissaire.

L’association des couleurs vient aussi de l’Orient, comme l’utilisation du vert, “couleur du paradis”, avec le bleu vif des turquoises, et le bleu profond du lapis-lazuli. Dans les années 1930, la directrice artistique de la maison Jeanne Toussaint introduit le mauve des améthystes et crée des pièces en volume 3D, inspirées des bijoux indiens de l’Empire Moghol. Collier berbère en diamants ou collier tutti frutti coloré en forme de fleurs, feuilles et fruits en pierres taillées : “aujourd’hui, la géométrie existe toujours, les motifs persistent, ils sont passés dans l’ADN de la maison”, conclut Mme Possémé. (AFP)

Crédit : Cartier