Pourquoi le Met de New York est-il en crise?

Ce lundi soir, toute la planète mode a les yeux tournés vers le Metropolitan Museum of Art de New York. La cause n’est pas à chercher dans une subite soif de culture mais dans la tenue du gala de mode le plus couru de l’année. Un diner caritatif dont les invités (ils sont 700) farouchement triés sur le volet sont choisis avec un soin maniaque par la grande Anna Wintour qui gère elle même le plan de table. Bref : ambiance tapis rouge et robe de grand créateur ; les célébrités du monde de la mode, de la chanson, du cinéma, du sport et les puissants mécènes se côtoient sous le regard des photographes du monde entier.

Ce gala - qui est en quelque sorte l’équivalent des Oscars de la Mode - porte un nom : le Costume Institute Gala mais on l’appelle désormais le Met ball. Il se déroule le premier lundi du mois de mai depuis 1946, date de sa fondation. L’objectif de ce gala est double. Il sert tout d’abord de soirée d’inauguration de l’exposition annuelle du département mode du musée (le Costume Institute renommé depuis 2015 le Anna Wintour Center), mais aussi et surtout, il sert à récolter des fonds pour ce département mode.

Sérieuses difficultés financières.

Et des fonds, le musée en a bien besoin. Tout d’abord parce que le musée, comme bon nombre de musées new-yorkais, fonctionne sur la base de donations. On suggère à chaque visiteur une contribution de 25 dollars mais ce n'est pas une obligation : il est possible d’y entrer gratuitement - ou pour quelques dollars seulement.

Ensuite, et c’est plus grave, parce que le MET est confronté à des difficultés financières. Des difficultés suffisamment sérieuses pour justifier la suppression d’une douzaine d’emplois d’après le New York Times. Le déficit du musée est aujourd’hui de 10 millions de dollars. Il pourrait approcher les 40 millions de dollars dans les 18 mois si les dirigeants de l’institution new-yorkaise ne changent pas de trajectoire.

Le 21 avril dernier, Thomas Campbelle, le directeur du musée a donc annoncé un plan de restructuration pour les 24 prochains mois, prévoyant notamment des réductions d’effectifs. La construction de l’aile conçue par David Chipperfield a été suspendu.

Le MET perd de son prestige

Qu’est ce qui a pu mettre en crise une institution aux 300 millions de dollars de bubget ? La baisse des visiteurs ? Pas du tout : ils sont nombreux, et même de plus en plus nombreux si l’on en juge par ce chiffre : 6,3 millions de visiteurs en 2015 ce qui est un record pour le MET. Pourtant, les revenus liés aux billets sont en baisse. Plus préjudiciable encore, les grands mécènes mettent moins la main au portefeuille.

Sont-ils devenus pingres à cause de la crise ? Non. Les philanthropes sont toujours très généreux. La preuve : le MoMA de New York vient tout juste d’annoncer avoir reçu une donation de 100 millions de dollars de la part du producteur David Geffen. Pourquoi le MoMA et pas le MET ? Tout simplement parce que le MET perd de son prestige depuis quelques années.

Rassurez vous, il ne perd pas de son prestige à cause de ses liens un peu trop médiatiques avec Anna Wintour. Non, la raison est ailleurs. Il se trouve que le musée, célèbre pour sa collection d’art ancien, n’a pas de grande collection d’art contemporain. Sur ce sujet, le musée a toujours été à la traine du du MoMA et du Guggenheim. Télérama rappelle justement que le célèbre critique d’art Holland Cotter avait affirmé, dès 2011, qu’ être exposé au MET « avait cessé d’être une marque de distinction » pour les artistes contemporains. Dur.

Le musée (qui a pourtant déjà fort à faire à collectionner et trier 5000 ans d’histoire de l’art) est donc bien déterminé à rattraper son retard mais cela lui coutera cher : le développement d’une aile dédiée à l’art du XXe et du XIXe siècle dans son bâtiment de la 5e avenue coutera 600 millions de dollars. Exposer de l’art contemporain, c’est délicat, ça coute cher. Et cela risque fort de mettre en péril l’équilibre financier du musée. Ce nouvel équilibre se fera à coup sur au détriment des expositions temporaires. Anna Wintour aura donc une mission d’une grande importance ce lundi soir mais ses efforts risquent d’être bien insuffisants. L’année dernier, le diner de gala du MET avait rapporté 10 millions de dollars.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS