• Home
  • Actualite
  • Culture
  • Une exposition à Tokyo souligne la fascination de Dior pour le Japon

Une exposition à Tokyo souligne la fascination de Dior pour le Japon

By AFP

20 déc. 2022

Culture

Exposition "Christian Dior: Designer of Dreams" à Tokyo. © Daici Ano. Courtesy of Dior

Tokyo - L'exposition "Christian Dior, couturier du rêve" ouvre ses portes cette semaine au Musée d'art contemporain de Tokyo, mettant l'accent sur la fascination du créateur français pour le Japon et l'influence de ce pays sur ses propres pièces.

"Christian Dior, designer of dreams" arrive au Japon après avoir attiré des foules à Paris (2017), Londres (2019) et New York (2021). L'édition japonaise, qui ouvre ses portes mercredi, présente 350 robes haute-couture, dont des pièces inspirées du Japon et exposées dans des décors visant à rendre hommage à la culture japonaise.

L'architecte Shohei Shigematsu a créé des structures, dont une salle recouverte d'une façade tridimensionnelle ondulante construite à partir de papier washi traditionnel translucide collé sur des cadres en bois. "Quand Dior fait une jupe, il y a une structure et, ensuite, le tissu est posé dessus", a-t-il expliqué à l'AFP. "On m'a demandé de créer une structure traditionnelle japonaise, j'ai donc pensé à ces écrans shoji, par exemple, qui ont une structure en bois et sont recouverts de papier".

Chaque partie de l'exposition présente une décoration intérieure différente destinée à montrer diverses formes de la culture japonaise. "Il y a une section inspirée d'une pièce ordonnée en tatami séparée par des portes coulissantes. Mais tout n'est pas simple et minimal au Japon", a dit l'architecte. "Nous avons des designs différents comme les jardins japonais et les kimonos aux couleurs très vives. Je voulais montrer des facettes du Japon que les gens ne connaissent pas", a-t-il ajouté.

Exposition "Christian Dior: Designer of Dreams" à Tokyo. © Daici Ano. Courtesy of Dior

"une fascination mutuelle entre la France et le Japon"

La maison Dior a présenté son premier défilé au Japon en 1953, et le créateur avait une fascination réelle pour le pays. "Dior avait beaucoup de respect pour la culture traditionnelle japonaise et il l'a écrit dans ses mémoires", a expliqué à l'AFP la commissaire de l'exposition Florence Müller. "Je pense qu'il y a une fascination mutuelle entre la France et le Japon", a-t-elle dit.

À partir des années 1950, Dior a également collaboré avec des entreprises japonaises, leur donnant les droits d'adapter et de reproduire les styles Dior pour répondre aux goûts locaux. Signe de la popularité de la marque, l'ancienne impératrice du Japon Michiko a choisi une robe Dior fabriquée à partir de textiles japonais lors de son mariage avec le prince Akihito en 1959.

L'exposition de Tokyo, qui se tient jusqu'au 28 mai, comprend des pièces historiques créées par Dior, ainsi que des œuvres de directeurs de création plus récents, et présente plusieurs pièces inspirées par le Japon. Parmi elles, un manteau de John Galliano portant l'inscription "The Great Wave Off Kanagawa" à la base de sa jupe ample, et des robes cintrées avec des ceintures japonaises de type obi créées par Raf Simons.

La robe veste austère de Dior baptisée "Rashomon" - nom d'un roman et d'un film japonais réalisé par Akira Kurosawa - est également exposée à Tokyo. "Cette exposition montre le respect mutuel entre le Japon et la France dans leur approche de l'artisanat, de la mode, du design et de l'art", a encore souligné M. Shigematsu. (AFP)

Dior
EXPOSITION
Japon