(publicité)
(publicité)

La branche italienne du groupe de presse Condé Nast International a annoncé l’arrêt de L’Uomo Vogue, la version masculine du célèbre magazine. Le numéro final du magazine paraîtra en décembre 2017.

L’Uomo Vogue paru à la fin des années 60, s’est imposé auprès de la gent masculine et dispose d’une audience de près de 300 000 lecteurs. En plus de ce magazine, d’autres titres du groupe ne seront plus publiés. C’est le cas du Vogue Sposa, le biannuel qui avait pourtant un public de 200 000 lecteurs/lectrices mais aussi du Vogue Bambini et du Vogue Gioiello. Le Vogue Italia, lui, restera opérationnel sous la direction de la nouvelle rédactrice en chef depuis janvier dernier, Emanuele Farneti.

Ces changements s’inscrivent dans le cadre de la stratégie du groupe Condé Nast International de faire des économies et surtout d’investir davantage dans ses titres phares tels que Vanity Fair, Glamour ou encore GQ. L’objectif est de les rendre “plus exclusifs et de les distinguer davantage de la concurrence” a déclaré le pdg de Condé Nast Italia, Fedele Usai dans une interview accordée au magazine Business of Fashion.

Gucci dévoile une collection de montres pour femmes

La célèbre marque italienne vient de dévoiler sa collection été 2017 de montres pour femmes. Baptisée Constance, ces montres ont la particularité de se présenter sous forme de cadenas.

Gucci dévoile une collection de montres pour femmes

Inspirée de Constance Chatterley, l'héroïne du roman “L’amant de Lady Chatterley”, la collection est composée de cinq modèles imaginés par le directeur artistique de Gucci, l’italien Alessandro Michele. Chaque modèle comprend un boîtier rotatif large de 32 millimètres. Le styliste a également ajouté un nouveau modèle à la collection emblématique Le Marché des Merveilles.

Gucci dévoile une collection de montres pour femmes

La marque Gucci appartenant au groupe Kering qui possède également également Saint Laurent, Bottega Veneta ou encore Puma, a enregistré d’excellent chiffre depuis le début de l’année. Les activités luxe du groupe affichent au premier trimestre 2017 un chiffre d’affaire de 2,4 milliards d'euros soit une augmentation de 34,0 pour cent. Ces résultats exceptionnels sont notamment dûs à la plateforme en ligne Gucci.com car les ventes en ligne de la marque ont connues une croissance de plus de 60 pour cent sur le premier semestre 2017.

Photo : Facebook Gucci
The Weekend présente sa collection Puma x XO

L’artiste canadien d’origine éthiopienne, The Weeknd est le collaborateur artistique et ambassadeur de la marque Puma depuis septembre 2016. Il vient de dévoiler sa première collection avec la marque baptisée Puma x XO. Celle-ci proposera des vêtements de styles streetwear avec des baskets, des bombers ou encore des boots.

The Weekend présente sa collection Puma x XO

« Nous travaillons sur la marque XO depuis longtemps maintenant. La collaboration Puma x XO est une extension de tout ce que nous avons fait jusqu’à présent. Pour nous, collaborer avec une institution comme Puma et avoir la possibilité de créer une nouvelle esthétique, c’est une opportunité exceptionnelle », a déclaré l’artiste dans un communiqué.

The Weekend présente sa collection Puma x XO

La collection sera lancée en trois fois. La première, intitulée Puma Parallel, est une paire de chaussures Puma x XO qui sera disponible à partir du 24 août sur puma.com, dans les boutiques Puma et dans une sélection de magasins de baskets et de mode dans le monde entier.

The Weekend présente sa collection Puma x XO

La marque allemande est habituée aux collaborations avec des artistes en vogue. Depuis 2014, la chanteuse Rihanna a développé sa collection Fenty, avec les Puma Creepers devenues incontournables et une autre collection qui a été présentée à la Fashion Week de Paris. D'autres rappeurs tels que Big Sean ou encore Jay-Z ont également travaillé avec la marque.

Photo : communiqué Puma
Canada Goose va explorer l’univers du tricot

Pour l’automne 2017, la marque de parka Canada Goose écrit un nouveau chapitre de son histoire et lance sa première collection de « Knitwear » pour femmes et hommes. La nouvelle gamme réutilise les codes historiques de la marque et s'inspire de ses parkas classiques avec des détails tels que des fermetures à glissière exagérées et des capuches performantes, issus directement de la Skreslet Parka.

Canada Goose va explorer l’univers du tricot

Pour ces tricots, Canada Goose s'est appuyé sur son expertise de « mappage thermique », une technique qui répartit le duvet en fonction des zones corporelles pour conserver le maximum de chaleur. Elle l’applique à sa collection « Knitwear » et propose trois catégories de produits - une maille légère, une maille épaisse et une maille HyBridge, qui combine duvet et laine mérinos - afin de réguler la température corporelle, d’augmenter le confort et la chaleur, tout pour rendre ses pulls plus respirant. La collection comprend des vestes à fermeture éclair, des chandails à capuchon, des pulls et des combinaisons de duvet et de laine, dont la plupart portent le nom d'endroits emblématiques en Colombie-Britannique, notamment Aleza Lake, Vancouver et Valmont.

Canada Goose va explorer l’univers du tricot

Trois ans pour trouver les meilleurs artisans et les matériaux nécessaires

« Passer au tricot est une étape naturelle pour nous et cette collection met en valeur tout ce que Canada Goose est reconnu pour mettre de l'avant – fonction, qualité, savoir-faire et une fabrication de produits de la plus grande qualité là où ils se doivent d'être conçus » affirme Dani Reiss, Président et DG, Canada Goose. Toute la laine mérinos utilisée pour la collection « Knitwear » de Canada Goose peut être tracée, tout au long de sa chaîne d'approvisionnement. Elle est également ‘mulesed-free’, ce qui signifie que la laine mérinos provient d’élevage où les moutons n’ont subi aucun mauvais traitement.

« On s’y connaît en vêtement chaud et lorsque nous avons décidé d’explorer l’univers du tricot, nous avons travaillé en inversant le processus, c’est à dire que nous avons commencé par notre objectif final : il nous a fallu trois ans pour trouver les meilleurs artisans et les matériaux nécessaires ; du Canada à l’Argentine en passant par la Roumanie et l’Italie, nous avons pris notre temps pour faire bien les choses. Du tout premier croquis à la couture finale, chaque morceau raconte une histoire. »

Crédit photo : Canada Goose, dr

Connu pour son univers pop coloré et déjanté, Jeremy Scott n’a pas dérogé à la règle avec sa nouvelle collaboration. Celui qui est à la direction artistique de Moschino depuis 2013, fait un clin d’oeil au début des années 2000 en revisitant l’un des produits phares de l’époque : la Classic Boot Ugg.

Le styliste qui a habillé des célébrités telles que Cara Delevingne, Katy Perry ou encore Rihanna, relooke les mythiques bottes de la marque Ugg pour la collection automne 2017. Dans une édition limitée, huit modèles de la chaussure phare du début des années 2000 seront proposés à partir du 13 septembre prochain.

A post shared by Jeremy Scott (@itsjeremyscott) on

Sur les premiers clichés diffusés dévoilé par le site spécialisé WWD, impossible de ne pas reconnaître cette touche excentrique, marque de fabrique du designer américain. Sur les deux modèles présentés, l’un est entièrement recouvert de flammes et le second orné de cristaux et de perles.

Cette collection capsule proposera des modèles pour femmes, hommes et enfants. Les huits modèles en édition limitée seront vendus entre 76 et 1000 euros.

LVMH ouvre un atelier en Toscane pour sa marque Céline

Le groupe LVMH, géant du luxe, a inauguré en Toscane, un nouvel atelier dédié à sa marque Céline. Grâce à un accord de partenariat signé avec les élus de Toscane, la marque Céline inaugure un atelier à Radda, dans la province de Sienne. Alors qu'elle avait déjà un atelier à Greve, près de Florence, ce second local sera spécialisé dans le travail du cuir et sera totalement opérationnel en 2019.

En plus de la production, l’atelier de 2000 mètres carrés proposera également une formation et une partie sera réservée à la recherche et au développement. Le groupe aurait investi 20 millions d’euros dans ce nouvel atelier qui devrait employer une centaine de personnes.

La marque Céline, qui emploie plus de 1000 personnes a connu une évolution de ses ventes en 2016 par rapport à 2015. Crée en 1945 par Céline Vipiana, la marque fait partie du groupe LVMH depuis 1996. Depuis 2008, l’anglaise Phoebe Philo en est la directrice artistique.

Photo : Facebook Céline
Tendances Clés des Accessoires Resort 2018

L'équipe des défilés de Trendstop vous rapporte les derniers thèmes d'accessoires émergeant des collections internationales dans les catégories sacs, ceintures et chapeaux. Ces tendances clés auront une incidence sur le marché des accessoires pour la prochaine saison Printemps/Eté et au-delà. Nos rapports saisonniers sont organisés par nos experts, évaluant la valeur commerciale et la longévité de chaque tendance, vous donnant un niveau d'analyse approfondie pour prendre vos décisions.

Cette semaine, les lecteurs de FashionUnited peuvent découvrir un aperçu exclusif de trois styles d'accessoires influents qui seront la clé de la saison SS18. Valise à la Mode met à jour les bagages traditionnels avec de la modernité sur des thèmes rétro. Un air vintage est également mis en évidence avec les imprimés des années 50 et les bandeaux du thème Turbans Noués. La tendance athlétique, D-Ring Athletics, ne montre aucun signe de ralentissement car les vêtements de sport reprennent les codes des bandes sportives et des tissus fonctionnels.

Valise à la Mode

Tendances Clés des Accessoires Resort 2018

La valise traditionnelle est actualisée pour le Printemps/Eté 2018 avec une approche rétro-moderne. Les tissus structurés en cuir ou en toile maintiennent le profil des silhouettes classiques tandis que les fleurs anciennes et les couleurs vives ajoutent une touche féminine. Les détails en cuir luxueux offrent un statut premium aux bagages.

D-Ring Athletics

Tendances Clés des Accessoires Resort 2018

La forte influence de la tendance athlétique sur l'habillement se traduit par des accessoires avec des ceintures utilitaires. Les cuirs et toiles en gros grain bénéficient d'un attrait actif avec des bandes audacieuses très sportives et des attaches fonctionnelles.

Turbans Noués

Tendances Clés des Accessoires Resort 2018

Les looks rétros font leur retour avec des bandeaux et des écharpes nouées par des turbans inspirés des années 1950. L’imprimé léopard en velour, les appliques florales et les finitions satinées utilisent l'ambiance vintage de la saison tout en apportant une touche de glamour aux cheveux.

Offre Exclusive

Les lecteurs de FashionUnited peuvent obtenir un accès gratuit au Rapport de Trendstop concernant les Tendances De Sacs et Ceintures Printemps/Eté 2017, avec les silhouettes essentielles issues des défilés. Pour obtenir votre rapport complémentaire, cliquez sur la bannière.

Tendances Clés des Accessoires Resort 2018

Trendstop.com est l'un des principaux bureaux de tendances du monde pour les professionnels de la mode et de la création, réputé pour son analyse et ses prévisions de tendances perspicaces. Parmi ses clients on retrouve H&M, Primark, Forever21, Zalando, Geox, Evisu, Hugo Boss, L'Oréal et MTV.

Photos: courtoisie de Trendstop: DSquared2, Orla Kiely, Tibi, Maggie Marilyn, Emilio Pucci, Red Valentino, Gucci, Emanuel Ungaro, Cynthia Rowley, Resort 2018.

Dax: Claire Abdelkader, maître tailleur, de la Scala de Milan à la cravate d'Obama

De la Scala de Milan aux lavallières de Cédric Villani, en passant par la haute couture et une cravate pour Barack Obama, Claire Abdelkader, maître tailleur créatrice, a accumulé les expériences dans le costume et la mode avant d'établir en 2015 son atelier à Dax, dans les Landes.

"Ca m'a piqué toute jeune", lance cette femme brune de 42 ans au sourire éclatant, qui cousait déjà enfant pour ses amies. "Adolescente, je voyais ma mère bricoler les tissus, elle m'a transmis cette passion de jouer avec les matières", ajoute la créatrice, diplômée de la prestigieuse Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT), en tant que costumière et maître tailleur. "Je fais partie de la même promotion que Cécile de France", sourit-elle.

Claire Abdelkader approfondira son savoir-faire chez Guilson, maître tailleur à Paris, au théâtre de la Scala de Milan, puis chez le grand costumier de Venise Stefano Nicolao. "Je suis très sensible à l'opéra, au théâtre et à la danse. J'ai souhaité, à la sortie de l'école, travailler dans ce milieu", explique-t-elle. L'opéra Garnier et l'opéra Bastille sont devenus ses deuxièmes maisons. "J'ai commencé par l'habillage, pour connaître le traitement du costume du début à la fin, comment il est utilisé, nettoyé, entretenu... C'est très enrichissant, on monte un atelier pour une production", s'enthousiasme-t-elle.

La confection des costumes historiques a sa préférence: "J'ai beaucoup aimé habiller Arielle Dombasle pour les Fourberies de Scapin", dit-elle, les yeux pétillants. Claire Abdelkader a aussi travaillé pour la haute couture (Christian Lacroix, Dior et Balenciaga). "La pression sur les épaules est constante. Entre la maquette et le travail fini, cela n'a rien à voir", se souvient-elle, amusée.

La cravate d'Obama, 'un symbole'

En 2015, l'artiste arrive dans les Landes pour suivre son mari militaire, et c'est à Dax, dans son appartement cossu au pied de la cathédrale, qu'elle décide d'ouvrir son atelier.

Au milieu des bobines et des échantillons de tissu parfaitement ordonnés, mètre-ruban centimètre du cou et planche à repasser à portée de main, Claire explique d'une voix douce: "Beaucoup de mes clients m'ont suivi jusqu'à Dax, mais j'ai aussi élargi mon activité."

Le maître tailleur confectionne désormais aussi pour les hommes, avec des costumes de marié, d'époque ou contemporain, tous faits sur mesure et à la main. Et pour femme, elle crée toujours des robes de soirée, de cocktail ou de mariée, autant de modèles uniques. "Pour les hommes, j'aime travailler les lainages légers. Pour les femmes, la soie, le taffetas de soie, la crêpe de soie, selon l'effet que je veux susciter", détaille-t-elle. "Ce qui m'importe ce sont les rencontres, que la personne soit anonyme ou célèbre", assure la créatrice.

Elle n'a pas rencontré l'ex-président américain Barack Obama mais ce dernier l'a suffisamment inspirée pour qu'elle lui confectionne une cravate bleue en soie satin duchesse. "Je lui ai fait parvenir cette cravate parce qu'il représente un symbole, le premier président noir d'Amérique, et puis ça met en valeur le savoir-faire français", lâche-t-elle. Cette cravate "made in France", Barack Obama l'a portée lors d'un discours solennel sur l'état de l'Union, comme en témoigne une photo sur les murs de son atelier.

On y trouve également Gérard Jugnot, Josiane Balasko ou encore la chanteuse Olivia Ruiz. "J'aime habiller Olivia. Elle sait oser. Je lui crée des robes pour qu'elle puisse jouer avec", s'amuse-t-elle. Autre client fidèle de Claire, le mathématicien aux allures de dandy Cédric Villani, récemment élu député En Marche dans l'Essonne, qui lui a confié la création de ses célèbres lavallières. "Cédric Villani est venu ici à Dax. Il est dans son monde et moi dans le mien. Mais quand il est là, c'est moi qui dirige!", tranche la créatrice. (AFP)

Dax: Claire Abdelkader, maître tailleur, de la Scala de Milan à la cravate d'Obama Au mois d'août, FashionUnited se centrera sur "Travailler dans la Mode". Cliquez ici pour lire les sujets sur ce thème.

Photo: Iroz Gaizka /AFP

Saga estivale : Les marques de mode où il fait bon travailler (II)

Cette semaine, FashionUnited vous emmène à Barcelone où Desigual nous ouvre les portes de son siège social mondial qui se trouve à deux pas de la mer. Chaque semaine, découvrez des sociétés qui chouchoutent leurs employés.

Le slogan de la marque de mode espagnole ne ment pas : « La vida es chula ! » (La vie est chouette). Quand on découvre le siège de Desigual, inauguré en juin 2013, on se dit qu’ici on ne travaille pas comme ailleurs.

Saga estivale : Les marques de mode où il fait bon travailler (II)

Penser différemment

Installé Passeig Mare Nostrum, 15, au bord de la plage, l’endroit est voisin du fameux W hôtel avec son bâtiment au design spectaculaire en forme de voile géantissime. Ici, tout le monde est bronzé et a l’allure décontractée même pour aller travailler ! Chez Desigual, ils sont plus de 1000 à franchir chaque jour les portes de ce grand bâtiment de verre qui, à l’image de sa réussite unique (créée en 1984 par Thomas Meyer, la chaîne s’est développée à des taux records, soit plus de 50% par an au début des années 2010), a choisi des méthodes de travail novatrices. Imaginez, 24 400 m2 répartis sur 6 étages, les pieds dans le sable, face à la mer ! Si chaque département a son étage attitré (marketing, création, finances), en revanche, chacun peut déambuler ordinateur portable sous le bras et se poser où bon lui semble pour travailler.

« Ici, chacun est libre de s’installer où il veut, explique Rina Porta, responsable marketing et communication de la marque. Personne n’a de bureau attitré pas même le fondateur Thomas Meyer ! » Grande table en bois conviviale ici, coin cosy avec fauteuils et canapés face à la mer là, un peu partout des petits espaces permettent de s’installer seul ou en groupe. Le must : tous les ordinateurs sont reliés grâce à un réseau interne qui permet de chatter, téléphoner ou d’organiser une vidéo conférence avec son équipe.

Saga estivale : Les marques de mode où il fait bon travailler (II)

Influences hippies

Dans ce bâtiment unique et écolo, le deuxième plus long de Barcelone après L’Illa Diagonal (186 m), imaginé par Turull-Sorensen Arquitectos S.L (qui signe également le concept des boutiques depuis des années), on retrouve l’esprit du fondateur de la marque. Lancée à Ibiza en 1984 par Thomas Meyer, Desigual n’a jamais suivi les tendances pour mieux imposer son propre style coloré. La philosophie du siège mondial semble à cette image. Chaque jour chacun est libre d’arriver entre 8 et 9 heures du matin au bureau mais doit effectuer du lundi au jeudi une journée de 8 heures et demi et de 5 heures et demi le vendredi. Grâce à un scan de leur doigt, les employés entrent dans l’immeuble mais ont aussi accès à de nombreux services (douches, vestiaires, parking pour les vélos, cantines).

Tandis que différents espaces sont dédiés à la concentration, à la lecture (magazines et livres d’art en consultation libre), la « Dying room » permet de d'imaginer des teintures sur de nouvelles matières ou encore le « Quality Lab » de les tester. Enfin, au quatrième étage, l’Agora est le point de rencontre commun. Ce grand open space, permet de prendre un café, de lire la presse du moment, mais sert aussi à organiser les défilés de mode des collections futures. Le must : à la pause repas ou en fin de journée, on peut directement aller faire du paddle avec ses collègues. Rien d’anormal, « ici, chez Desigual nous sommes tout sauf classiques », confirme Rina Porta.

Photos: Le siège mondial de Desigual à Barcelone.

Saga estivale : Les marques de mode où il fait bon travailler (II) Au mois d'août, FashionUnited se centrera sur "Travailler dans la Mode". Cliquez ici pour lire les sujets sur ce thème.
Adieu coloration, quand le cheveu blanc s'affiche

Le cheveu blanc se révèle: de plus en plus de femmes témoignent de leur choix d'arrêter les colorations et d'assumer leur chevelure grise, bousculant les conventions esthétiques traditionnelles basées sur le culte de la jeunesse.

Journaliste de mode et écrivain, Sophie Fontanel a décidé il y a deux ans d'arrêter les teintures pour laisser pousser ses cheveux blancs. Une expérience dont elle a partagé toutes les étapes avec ses 119.000 abonnés sur Instagram et qu'elle relate dans un livre, "Une apparition" (Robert Laffont) qui sort le 17 août.

Cette tendance à assumer ses cheveux blancs, venue des Etats-Unis, s'est popularisée depuis quelques années: des femmes, trentenaires, quadra et plus, s'expriment sur des forums et sites tels "Revolution Gray", motivées pour beaucoup par la lassitude des colorations répétées et la crainte des teintures chimiques. Chez Sophie Fontanel, habituée des Fashion Weeks, la démarche était avant tout une question esthétique. "Je n'ai pas du tout fait cela pour être naturelle. Je l'ai fait parce que j'ai eu l'intuition que c'était plus beau que d'être teinte", explique la journaliste de 54 ans à l'AFP.

Revendiquant le côté "très prosélyte" de sa démarche, elle en a fait une expérience interactive, en postant régulièrement des photos d'elle aux différents stades de la pousse de ses cheveux blancs.

Démonter les a priori'

"En voyant mes propres résistances à me laisser les cheveux blancs, je me suis demandée ce que cela voulait dire. Je me suis dit qu'il serait intéressant de mettre ça sur la place publique, de voir les réactions", raconte-t-elle. "Je savais que ça susciterait de l'intérêt, mais pas à ce point! Maintenant je reçois énormément de messages privés qui me disent regardez, moi aussi je le fais. Je vois bien que j'ai encouragé des femmes". "Cela m'a demandé une certaine audace", dit-elle. "Je pense que les femmes, parce qu'elles sont pétries de conventions, se refusent à des beautés satellites".

La journaliste, qui a travaillé quinze ans pour le magazine Elle et tient aujourd'hui une chronique mode à L'Obs, a voulu "démonter tous les a priori" sur les cheveux blancs: qu'ils seraient trop épais, qu'il faudrait les avoir courts, qu'ils ne ne plairaient pas aux hommes... Dans la mode déjà, certaines figures avaient ouvert la voie: l'Américaine Kristen McMenamy, mannequin des années 1990 connue pour son style androgyne, a arrêté les colorations à l'approche de la quarantaine. Silhouette familière des Fashion Weeks, la journaliste du Vogue britannique Sarah Harris, une trentenaire, affiche elle aussi une longue chevelure argentée.

Choix esthétique parmi d'autres

La couleur a aussi séduit des stars comme Lady Gaga ou Rihanna, qui se sont essayées à des teintures grises. Les coiffeurs surfent sur cette tendance, proposant des solutions pour accompagner la période de transition et atténuer l'effet bicolore, explique André Delahaigue, directeur artistique des salons Maniatis.

Et les produits anti-jaunissement voient leurs ventes augmenter: +28,48 pour cent chez Franck Provost depuis 2016 et +17,85 pour cent chez Jean Louis David. "Pour les femmes les cheveux blancs ont longtemps été décriés d'un point de vue esthétique, ou associés uniquement à la décadence physique", souligne le sociologue Frédéric Godart. "Avec l'allongement de la durée de la vie, et l'affirmation progressive des femmes dans toutes sortes de professions et dans les médias, les choses changent: un symbole de vieillesse devient un choix esthétique parmi d'autres".

Même si les cheveux blancs des femmes ne sont pas encore valorisés comme ceux des hommes qui "sont souvent perçus positivement, par exemple comme un symbole de sagesse". Et la pression sociale reste souvent forte: l'écrivain Tatiana de Rosnay racontait à Paris Match en 2016 avoir dû essuyer "mille sarcasmes" au moment où elle a arrêté de se teindre les cheveux. "Quand ils vous voient avec les cheveux blancs, vos enfants s'inquiètent", témoignait récemment la chanteuse Lio dans L'Obs. "Moi pourtant je n'ai pas peur de vieillir, et de le dire". (AFP)

Photo: Thomas Samson / AFP