(publicité)
(publicité)
Adidas redonne vie à sa collection Adicolor

Collection phare de la marque dans les années 70, Adicolor effectuera son grand retour dans les rayons de la marque allemande pour cette saison printemps-été 2018. Adicolor revient donc avec ses pantalons de survet’, T-shirt, sweat à capuche et sac à dos aux couleurs bleus, verts, jaunes et rouges qui ont marqués toute une génération.

La collection capsule qui proposera des articles unisexe sera disponible dès le 18 janvier sur la boutique en ligne de la marque. la flagship de l’enseigne situé au 3 Ter Rue des Rosiers dans le Marais à Paris sera rhabillé aux couleurs de la campagne le temps de la Fashion Week. Une campagne qui a été réalisée par le photographe Charlie Engman et réalisateur David Lane.

Photo : Facebook Adidas
Vestiaire Collective dévoile une collaboration avec Holiday Boileau

Vestiaire Collective, le site spécialisé dans la vente de luxe d’occasion s’associe à Holiday Boileau le temps d’une collection capsule inédite. La collaboration exclusive a donné lieu à la présentation de 45 vestes vintage en denim aux inspirations 90’s. Vendus à 250 euros la pièce, les articles sont disponibles sur la plateforme de Vestiaire Collective depuis ce 17 janvier 2018.

Créé en 2009 à Paris, par six co-fondateurs, Vestiaire Collective bénéficie d’une communauté de 8 millions de membres présents dans plus de 50 pays. L’entreprise collabore avec plus de 200 personnes employées entre Paris, New York et Londres. Vestiaire Collective se situe à la première place de la vente en ligne de vêtements et d'accessoires de mode d'occasion.

Photo : Facebook Vestiaire Collective

Critiquée par la famille du créateur italien, la nouvelle série sur l'assassinat de Gianni Versace, par les auteurs de "The People vs. O.J. Simpson", arrive sur les écrans mercredi.

Présentée comme la seconde saison de la saga "American Crime Story", "The Assassination of Gianni Versace" est diffusé à partir de mercredi aux Etats-Unis sur la chaîne câblée FX et en mars en France sur Canal+ (mais disponible à la demande tout de suite après la diffusion américaine). Prenant les devants, la famille du couturier disparu a pris ses distances la semaine dernière, assurant n'avoir "ni autorisé, ni participé à la réalisation" de la série.

Le programme doit, selon les proches de Gianni Versace, "être uniquement considéré comme étant une fiction", bien que l'auteure du livre dont est tirée la série, Maureen Orth, ait présenté son travail comme une enquête minutieuse. "Maureen Orth n'a jamais reçu d'information de la famille Versace", a insisté la famille, affirmant qu'elle s'était contentée de reprendre "des rumeurs contradictoires".

La famille Versace, et sa soeur toute puissante Donatella en premier lieu, conteste notamment que Gianni était séropositif, comme le rapporte Maureen Orth. Même s'il est largement présent, la série n'a pourtant pas pour élément central le couturier glamour, assassiné sur le perron de sa somptueuse demeure de Miami le 15 juillet 1997, mais son meurtrier, Andrew Cunanan. Un personnage énigmatique, à la fois brillant, charmeur, narcissique, arriviste, mythomane et violent, dont on ne sait toujours pas aujourd'hui exactement ce qui a motivé son geste.

Tuer pour la gloire

La série est directement inspirée du livre de Maureen Orth "Vulgar Favors: Andrew Cunanan, Gianni Versace and the Largest Failed Manhunt in US History", qui retrace le parcours meurtrier d'Andrew Cunanan, qui a frappé quatre fois avant de s'en prendre à Gianni Versace.

"Il était prêt à tuer pour la gloire", a résumé Maureen Orth lors d'une table ronde organisée en novembre à New York avec l'équipe de la série. Pour elle, "il voulait tout ce qu'était Versace, mais il n'était pas prêt à travailler pour ça". L'acteur Darren Criss, qui interprète ce jeune homme d'origine philippine, comme lui, y voit "la chute d'un jeune très prometteur, qui s'est horriblement égaré". Construite à rebours, la série remonte le fil de l'existence d'Andrew Cunanan pour comprendre sa trajectoire. "Essayer d'humaniser quelqu'un qui est si communément diabolisé, c'est pour moi le plus intéressant" à jouer, explique Darren Criss.

Comme dans le cas d'O.J. Simpson, dont le procès a réveillé l'antagonisme américain entre Noirs et Blancs, les auteurs ont cherché avec ce nouveau volet à dépasser le seul cadre du meurtre pour évoquer un sujet plus large. La première saison dédiée à O.J. Simpson, l'ancienne star du football américain accusé d'avoir tué son ex-femme, avait raflé 2 Golden Globes et 9 Emmy Awards, les récompenses de la télévision américaine. "Nous voulions que chaque saison parle d'un crime dont l'Amérique est coupable", a expliqué la productrice Nina Jacobson. Avec "The Assassination of Gianni Versace", "nous avons essayé d'explorer et de rappeler ce que c'était que d'être gay dans les années 90". "American Crime Story" dépeint ainsi un pays beaucoup moins ouvert à l'idée de l'homosexualité qu'il ne l'est aujourd'hui.

Tout comme Gianni Versace et Andrew Cunanan, les quatre premières victimes de ce jeune homme qui a grandi à San Diego étaient homosexuelles, et deux d'entre elles n'en avaient jamais fait état publiquement avant leur décès. Homosexualité rimait encore avec marginalité, comme le montrent notamment, dans la série, des policiers aux gros sabots visiblement mal à l'aise d'enquêter dans ce milieu.

Dans son livre, Maureen Orth sous-entend que le fait que les victimes aient été homosexuelles expliquerait, en partie, le peu d'entrain de l'enquête. Andrew Cunanan avait ainsi été inscrit sur la liste des dix criminels les plus recherchés des Etats-Unis plus d'un mois avant d'assassiner Gianni Versace. (AFP)

En 2018, la maison Sonia Rykiel célèbre ses 50 ans

La maison de mode Sonia Rykiel célèbre ses 50 ans d’existence cette année. Pour ce demi-siècle de création, la marque prévoit une série d'événements tout au long de l’année 2018 afin de présenter la richesse et l’étendue des réalisations de la créatrice.

Les festivités ont débuté dès ce 16 janvier avec la sortie d’une collection capsule composée de robes, de t-shirts, de jeans et d’accessoires (sacs, pochettes,etc…). Baptisée “Rykiel Forever”, celle-ci proposera des articles dont les prix commenceront à partir de 90 euros. Mais la véritable particularité de la collection se trouve dans un jeu de mots fait avec les initiales de la créatrice “SR”. Des initiales que l'on retrouve intégré à des mots sur chaque pièce de la collection. Il y a entre autres : paRiS, S’aimeR, SecRet, Saint-geRmain.

C’est en 1968 que la créatrice Sonia Rykiel, disparue en 2016, ouvre sa première boutique. Depuis ses débuts, son pull iconique en maille et à rayures est un de ses incontournables. D’autres évènements sont prévus pour le courant de l’année 2018.

Photo : soniarykiel.com
Karl Lagerfeld sortira une collection capsule avec Kaia Gerber

Après ses débuts réussis sur les podiums en septembre dernier, Kaia Gerber, la jeune mannequin de 16 ans se lance dans une nouvelle aventure. La fille du top modèle Cindy Crawford devient, le temps d’une collection capsule, styliste pour la marque éponyme de Karl Lagerfeld.

Cette nouvelle collaboration, baptisée “Karl Lagerfeld x Kaia” donnera lieu à une collection, en édition limitée, composée de vêtements mais aussi d’accessoires (chaussures, lunettes de soleil et bijoux). Celle-ci sera disponible en septembre 2018 dans les magasins Karl Lagerfeld ainsi que sur le site de vente en ligne de la marque du styliste allemand. Selon le quotidien de mode WWD, la marque “combinera le chic parisien de Karl Lagerfeld et l'esprit décontracté propre à la côte ouest américaine de Kaia Gerber”.

Pour sa première saison en tant que mannequin lors des défilés printemps-été 2018, qui se sont déroulés en septembre et octobre 2017, Kaia Gerber a réussi à s’imposer et devenir incontournable en un temps record en effectuant une dizaine de défilés à Paris, New York et Londres pour des grandes marques telles Chanel, Miu Miu ou encore Valentino.

Photo : Facebook Karl Lagerfeld
Euveka propose un mannequin intelligent et connecté

Fondée en 2011 par Audrey-Laure Bergenthal, spécialiste des technologies robotiques performantes en lien avec la morphologie et le bio-mimétisme, la société Euveka développe des mannequins-intelligents et connectés à l'aide d'un logiciel personnalisé. L'entreprise propose un mannequin connecté et modulable avec pour objectif de moderniser le buste de couture des modélistes en divisant le coût de prototypage par deux. Innovant, capable de s'adapter aux différentes morphologies grâce à un logiciel de conception, ce mannequin connecté serait ajustable à l'infini.

Implantée dans la région Rhône-Alpes et employant 20 personnes, l'entreprise est un expert français de la personnalisation des processus de l'industrie du textile et de l'habillement. Après six années de recherche et développement, le mannequin connecté femme d'Euveka constitue une innovation technologique. Il a été pensé pour s'adapter à l'évolution du corps humain, selon l'âge ou les morphotypes. Piloté par un logiciel de conception, il peut évoluer par zone ou sur l'intégralité de la morphologie, en hauteur ou en largeur, selon un barème de corps et de vêtement prédéfini.

Le mannequin connecté d'Euveka permet de produire des vêtements à la taille de chaque client ou de chaque marché cible. Il s'adresse aux professionnels et aux industriels de la mode (de la haute-couture à la grande distribution), du sport, de la santé mais également de la sécurité ou du cinéma. Ce mannequin connecté permet de recréer 80 pour cent des morphologies actuelles des femmes caucasiennes et asiatiques de 1 mètre 55 à 1 mètre 80, de la taille 36 à 46, et les transformations d'un corps humain de 17 à 77 ans.

Euveka propose un mannequin intelligent et connecté

Une ambition mondiale

Après un premier round d'1,1 million d'euros en 2015 et un second de 2,4 millions en 2017 pour financer son développement, la société a mis au point sa première version de mannequin connecté évolutif. En janvier 2018, Euveka participe au CES Unveiled de Las Vegas avec son innovation technologique - où l'entreprise a été primée avec un Honoree Award en 2017 - afin de poursuive ses ambitions internationales. Suscitant déjà l'intérêt du marché américain, cette start-up française avait été sélectionnée parmi huit entreprises du programme French-American Creative Lab, destiné à introduire de "jeunes pousses françaises" sur le marché américain.

Début novembre 2017, la société a rencontré des professionnels du secteur en participant à des ateliers à New York et à Los Angeles.

Photos: Euveka

Showrooms de la London Fashion Week pour Hommes, Automne/Hiver 2018-19

L'équipe de mode masculine de Trendstop présente les dernières collections Automne Hiver 2018-19, les plus inspirantes de la London Fashion Week pour hommes. Situé au cœur de la ville, l'espace d'exposition The Designer Showroom a accueilli les meilleurs talents émergents et confirmés qui façonneront la scène masculine à l’automne-hiver 2018-19 et au-delà. Nos images et nos rapports de salons vous apportent une analyse experte des marques essentielles du monde entier, évaluant la valeur commerciale et la longévité de chaque tendance pour vous aider à créer vos collections.

Cette semaine, les lecteurs de FashionUnited peuvent obtenir un apperçu exclusif de trois collections tendances Automne-Hiver 2018-19. Le style hybride et l'art de la réinvention sont des thèmes saisonniers clés. L'habillement technique et actif est imprégné d'une sensibilité streetwear avec Every Second Counts x Kazuki Karaishi tandis que Léon Bara intègre des qualités de performance dans ses silhouettes d'inspiration japonaise. Les nouveaux développements de matières sont présentes dans de nombreuses collections avec Tonsure élevant les bases de la mode masculine à travers l'utilisation d’éléments inattendus et de luxe.

Every Second Counts x Kazuki Karaishi

Showrooms de la London Fashion Week pour Hommes, Automne/Hiver 2018-19

La marque de vêtements de sport axée sur les performances Every Second Counts fait équipe avec le designer de vêtements et accessoires Kazuki Karaishi pour une collection de vêtements hybrides sportswear/streetwear alliant mode et fonctionnalité. Axée sur la construction et le confort, cette collection technique apporte une nouvelle approche au marché des vêtements de sport.

Tonsure

Showrooms de la London Fashion Week pour Hommes, Automne/Hiver 2018-19

S'inspirant des années 1980 à New York, la collection Automne-Hiver 2018-19 de Tonsure joue avec les matières. La laine mérinos et le cuir apportent une touche tactile à la garde-robe masculine classique, réinventant les agrafes et les chemises avec des constructions tricotées et des matières en laine. En collaboration avec des sociétés telles que Limonta et Lanificio Subalpino, les imprimés traditionnels sont retravaillés avec des aspects technique et sportif.

Léon Bara

Showrooms de la London Fashion Week pour Hommes, Automne/Hiver 2018-19

S'inspirant des vêtements japonais et des motifs de tatouage du Yakuza, la collection Automne-Hiver de Léon Bara allie l'artisanat traditionnel à l'utilitarisme raffiné. Les tissus enduits d'imperméabilité et les pièces multifonctionnelles résilientes, telles que leurs modèles innovants de gilet/ sac fourre-tout, ajoutent un aspect progressif de haute performance au design masculin contemporain.

Offre Exclusive

Les lecteurs de FashionUnited peuvent obtenir un accès gratuit au rapport Trendstop des Salons de Londres, contenant l’essentiel des tendances de la capitale britannique avec les designers les plus influents. Pour obtenir votre rapport complémentaire, veuillez cliquer sur la bannière.

Showrooms de la London Fashion Week pour Hommes, Automne/Hiver 2018-19

Trendstop.com est l'un des principaux bureaux de tendances au monde pour les professionnels de la mode et de la création, réputé pour son analyse et ses prévisions de tendances perspicaces. Parmi ses clients on retrouve H&M, Primark, Forever21, Zalando, Geox, Evisu, Hugo Boss, L'Oréal et MTV.

Photos : courtoisie de Trendstop: Every Second Counts x Kazuki Karaishi Fall Winter 2018-19, Tonsure Fall Winter 2018-19, Léon Bara Fall Winter 2018-19

Hugo Boss, un premier pas dans l’univers du sport féminin

En qualité d'habilleur officiel du Paris Saint-Germain, le célèbre club de football, Hugo Boss vient de dévoiler les photos des joueurs de l’équipe masculine et féminine dans leurs tenues. Initié en 20014, ce partenariat permet à la marque de prêt-à-porter de faire un premier pas dans l’univers du sport féminin. Cela lui offre aussi la possibilité de mettre à l’honneur sa ligne femme créée en 2000, les joueuses portant un tailleur-pantalon marine et une chemise ou un top blanc.

Hugo Boss, un premier pas dans l’univers du sport féminin

A noter aussi, depuis le début de la saison, lors des sorties officielles pour les matchs à domicile en Ligue 1 et en Champions League, les joueurs, entraîneur et adjoints de l’équipe masculine portent un costume "Boss create your look", ainsi qu'un manteau en laine et cachemire marine. Hugo Boss poursuit aujourd'hui cette collaboration avec l’équipe féminine du Paris Saint-Germain pour la saison 2017-2018. Dans ses rangs, l'équipe compte des joueuses de talent puisque les parisiennes ont notamment été finalistes de la Ligue des champions et de la Coupe de France la saison dernière.

Hugo Boss, un premier pas dans l’univers du sport féminin

Egalement habilleur d'autres clubs de football prestigieux, tels que le Real Madrid, Liverpool et plus récemment l’AS Roma et le Bayern Munich, la marque est présente dans le sport depuis plus de 30 ans en Formule 1 avec McLaren puis Mercedes Petronas et désormais en Formule E. Le label de prêt à porter masculin est aussi très impliquée dans la voile avec Alex Thomson, deuxième lors du dernier Vendée Globe. Le golf occupe aussi une part importante avec les champions Martin Kaymer et Victor Dubuisson.

Photos: Hugo Boss

Carven, pré-collection automne 2018 éclectique

A l'instar de la première collection de Serge Ruffieux, la pré-collection Carven automne 2018 célèbre une femme éprise de voyages et de grands espaces. Mélangeant avec fantaisie des superpositions d'imprimés, textures et formes rustiques, les modèles créent des silhouettes nouvelles, empreintes de nostalgie. Le créateur revisite le polo en maille fantaisie ou resserre à la taille des maillots de rugby par des basques. Inspirées du prêt-à-porter masculin, des pièces hybrides donnent aux vêtements d'extérieur des formes de cocons à l'arrière. Les pantalons tombent sur le sol. On découvre également des jupes plissées, des kilts et de longues chemises à plastron. Des robes fluides se terminent par des bords francs et des passepoils de couleurs vives, apportant une touche artisanale aux tenues. La palette de couleur se compose de noir et bleu encre ou vert foret intense. Tons que viennent réchauffer des nuances "coucher de soleil" et "pêche". De nombreux imprimés naïfs et des broderies de soie adoucissent cette garde-robe utilitaire (patchworks géométriques, masques figuratifs latins, rayures bonbons…).

Carven, pré-collection automne 2018 éclectique

Du côté des chaussures - extrêmement étudiées - les mocassins plats, baskets et boots-chaussettes s'inspirent d'éléments décoratifs traditionnels mêlés à des détails issus du trekking. Le sac "Carven Twin", réinterprété dans les coloris de saison apparaît en cuir de veau, daim et velours côtelé avec "corde alpine" et un fermoir pivotant. Il se porte avec une fine lanière ou une large bride interchangeable. Le "sac fourre-tout" à cordon et le "sac 24 heures" assorti présentent des empiècements en toile, détails matelassés et pompons, tandis que le "double cabas" combine cuir de veau rigide et poche en tissu souple à imprimés animaliers et floraux de saison. Les bijoux fantaisie de Carven optent pour des effets or et vert-de-gris avec, par exemple, des boucles d'oreilles "feuille de vigne rampantes" ou des bracelets aux formes articulées.

Carven, pré-collection automne 2018 éclectique

Photos: Carven

Seconde collaboration entre Gosha Rubchinskiy et Burberry

Après sa participation à la collection printemps-été 2018 de Burberry, dans le cadre de sa collection automne-hiver 2018 en nom propre, le designer russe Gosha Rubchinskiy a dévoilé une seconde collaboration avec la marque britannique au Yeltsin center museum de Yekaterinburg. Ayant pour ligne conductrice la célébration des pièces iconiques et du tartan Burberry, la collection du créateur introduit des accessoires tels, les écharpes ou les chaussures. On peut y découvrir aussi de nouveaux vêtements d’extérieur comme des duffles-coats oversizes en laine mélangée ou un trench restructuré en gabardine de coton, qui combine les détails du trench et du paletot, ou des chemises oversizes en flanelle à motif check et des bobs. Composée de 13 pièces, la collection sera lancée en juillet 2018.

La première collection Burberry avec Gosha Rubchinskiy a été lancée la semaine dernière sur le site Internet de la marque britannique et dans des boutiques sélectionnées à travers le monde (Dover Street Market, Comme des Garçons) à la suite de la présentation de la collection homme Gosha printemps-été 2018 à Saint-Pétersbourg en juin 2017.

Gosha n’est pas seulement un designer incroyablement talentueux, il a également une sensibilité unique et une conscience de "l’actuel", qu’il reproduit si brillamment dans tout ce qu’il fait, de ses collections et photographies, aux castings, et au stylisme de ses défilés.

Christopher Bailey, Président et Directeur de la création de Burberry

Il était important que Burberry fasse partie de ma nouvelle collection car c’est l’une des premières marques iconiques de l’ouest à atteindre la Russie après l’effondrement de l’empire soviétique. C’était une marque très populaire ici dans les années 90, au point que l’on peut voir Boris Yeltsin porter une écharpe Burberry sur les images de l’époque dans le musée où nous avons présenté la collection.

Gosha Rubchinskiy

Pour l’exposition "Here we are" de Burberry (Londres - septembre 2017), Gosha Rubchinskiy avait photographié la jeunesse britannique portant diverses collections de la marque de mode. Le designer russe avait présenté des œuvres inédites dont des photographies, des projections et des installations dans deux salles. Un travail également présenté lors de l’exposition "Here we are" à Hong Kong en novembre 2017. L’exposition de Gosha Rubchinskiy pour Burberry, "Here we are", sera présentée cette fois à Paris du 26 janvier au 4 février 2018 (11 rue Béranger - 3ème arrondissement)

Photo: Burberry