• Home
  • Actualite
  • Mode
  • A la Fashion Week de Paris, vive la technologie !

A la Fashion Week de Paris, vive la technologie !

By AFP

4 mars 2015

Mode

Entre les tissus photosensibles du Japonais Anrealage et la collection "numérique" de Christine Phung, les défilés de la Fashion Week parisienne ont célébré mardi les nouvelles technologies.

Les trompe-l'oeil d'Anrealage

Le Japonais, dont c'est le deuxième défilé à Paris, a de nouveau présenté un show spectaculaire autour de la lumière, avec des mannequins vêtus et maquillés de noir. Tel un coup de projecteur qui se serait imprimé sur le modèle, un disque blanc revient régulièrement orner au niveau de la poitrine une veste ou un pull.

Les vestes ont les manches arrondies, la taille serrée et un air un peu rétro qui contraste avec la modernité des matières.

Un mannequin en robe noire passe sous un projecteur de lumière ultra-violette, qui révèle soudain l'imprimé fleuri et coloré du vêtement. Le même procédé fait apparaître sur un autre modèle des carreaux, ailleurs des pois.

Collection "numérique" pour Christine Phung

Christine Phung a livré une collection automne-hiver entièrement inspirée du monde numérique.

Les coupes sont contemporaines, travaillées dans des matières innovantes comme le tweed métallique et la laine thermocollée.

On retrouve les plissés, dont la styliste de 36 ans est coutumière, sur des robes longues ou courtes portées sur des bottines haut perchées.

Le tailleur pantalon rappelle le sportswear. Il ressemble à un jogging mais il est coupé dans un tweed tissé de fils métalliques.

La fluidité et la féminité des robes équilibrent le côté structuré de la garde-robe.

Outre le noir, très présent, Christine Phung utilise un seul et même imprimé irisé qui va du noir au mauve en passant par le turquoise.

"Des couleurs tirées d'un cliché pris par un appareil photo cassé, une sorte de dérapage qui rappelle la peinture", explique-t-elle.

"La collection s'inspire de ces glissements qui sont des erreurs dans un monde numérique a priori parfait", ajoute la créatrice dont le dressing moderne est fait pour "une femme sportive, appartenant à la génération Y, celle qui a grandi avec le numérique". (AFP)