Le Défenseur des droits a salué mercredi la décision de la société Abercrombie & Fitch "de renoncer à prendre en compte l'apparence physique dans ses recrutements sur l'ensemble de ses magasins", une pratique qui "était discriminatoire".

Le Défenseur avait décidé en juillet 2013 de s'auto-saisir pour enquêter sur la griffe de vêtements prisée par les adolescents, après différents articles de presse mettant en cause ses pratiques.

Dans un communiqué, le Défenseur Jacques Toubon, indique mercredi qu'en novembre 2014, l'autorité administrative indépendante chargée de veiller au respect des droits et libertés avait conclu que la procédure de recrutement d'Abercrombie était bien "discriminatoire car fondée sur l'apparence physique". Le Défenseur avait alors demandé à l'entreprise de renoncer à ses pratiques dans un délai de six mois. "Le délai étant fixé au 24 mai prochain, Abercrombie & Fitch annonce d'ores et déjà plusieurs changements dans sa procédure de recrutement", dont "l'abandon de la prise en compte de l'apparence physique", note le Défenseur qui estime que la décision d'Abercrombie fait suite à son action.

Abercrombie & Fitch (A&F) a annoncé cette semaine aux Etats-Unis ne plus recruter depuis vendredi ses vendeurs sur la base de leur apparence physique, leurs abdos saillants ou leur taille de guêpe. Le groupe avait précisé qu'en France et en Allemagne, les instances représentatives du personnel devaient être consultées avant que la mesure ne puisse s'appliquer. (AFP)

 

Related Products

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS