Comment la marque britannique de maillots de bain durable Naeco aide à éliminer le plastique dans l'océan?

La marque britannique de maillots de bain de luxe pour hommes, Naeco, propose des maillots de bain durables et élégants fabriqués à partir de plastiques recyclés. Chaque short de bain Naeco est fabriqué avec 15 bouteilles en plastique. La marque a été fondée par Zac Johnson, un passionné de kitesurf et expert en commerce électronique et en marketing, qui a vu de ses propres yeux les effets dévastateurs du plastique sur l'écosystème marin. Grâce à des méthodes de recyclage, de développement textile et de recherche de pointe, Naeco a créé ses propres matériaux recyclés qui sont imprégnés d'une nanotechnologie de pointe pour offrir des propriétés hydrofuges et anti tâches et une protection contre les UV. FashionUnited a parlé à Zac Johnson du concept et de la création de sa marque, du rôle de l'industrie de la mode dans le débat plus large sur le développement durable et de la façon dont sa marque aide à sauver les océans, grâce à un short de bain.

Quelle est l'inspiration derrière Naeco et les efforts de la marque en matière de développement durable ?

Il y a quatre ans, j'ai vécu à Bournemouth et j'avais la chance d'être un travailleur autonome, alors quand le vent et le temps étaient favorables, je sautais sur ma planche et j’allais pratiquer le kitesurf. J'ai commencé à réaliser qu'il y avait des tonnes de plastique sur la plage. J'ai beaucoup d'amis là-bas, et chaque fois que nous sortions, nous ramassions le plastique perdu et le mettions dans le bac de recyclage. Mais nous en sommes arrivés au point où nous remplissions les bacs de recyclage et nous devions ajouter des sacs de plastique à côté des bacs. C'était tout simplement incroyable. À l'époque, le problème du plastique n'était pas autant présent dans les médias grand public et l'actualité qu'il ne l'est maintenant, alors nous pensions que c'était un problème isolé à Bournemouth. Mais ensuite, nous sommes allés aux Maldives, et c'était la même chose là-bas. Nous sommes allés à Marrakech, et c'était la même chose là-bas. Nous sommes allés à différents endroits pour faire du kite surf et nous nous sommes rendu compte que ce n'est pas un problème isolé. Cela m'a ouvert les yeux et m'a vraiment mis sur la voie de la réduction des plastiques. Je ne suis pas du tout un éco-guerrier, mais j'ai ce casse-tête sur les plastiques maintenant. Nous avons créé le problème, mais nous pouvons le régler.

Comment avez-vous progressé de là au lancement de votre propre marque de mode ?

Le produit est né parce que je voulais créer quelque chose qui retourne dans l'océan, mais d'une manière plus positive. Les shorts de bain étaient donc idéaux parce que nous portions des shorts de bain ou des combinaisons de plongée pour le kitesurf, et je n'allais pas faire de combinaisons de plongée, alors j'ai pensé que les shorts de bain étaient un bon départ pour nous. C'est ainsi que j'ai commencé le processus de fabrication. Après avoir expérimenté quelques formes et fait quelques ajustements et modifications, j'ai fini avec le produit tel qu'il est aujourd'hui, et j'en ai été très satisfait. Il n'y avait rien sur le marché qui faisait ce que fait Naeco et qui était durable, et très rapidement, mon petit projet passionné est devenu plus qu'une petite ligne. J'ai mis sur pied une plateforme de commerce électronique et j'ai commencé à le promouvoir ; je ne vendais qu'environ 50, 60 unités au début. Mais ils se sont tous vendus très rapidement et j'ai fini par obtenir une liste d'attente des personnes qui voulaient les acheter. L'USP derrière Naeco, c'est que nous créons un short qui est adapté à la plage et à la piscine et que nous sommes une alternative durable dans le secteur. Il y a quelques marques qui font des shorts de bain sur mesure, et elles font du très bon travail, mais nous avons décidé d'avoir l'aspect de la durabilité comme point de différence.

Comment la marque britannique de maillots de bain durable Naeco aide à éliminer le plastique dans l'océan?

Aviez-vous de l'expérience dans le domaine du développement durable ou de la fabrication ?

J'ai une formation en commerce électronique et en marketing ; je suis dans le commerce électronique depuis 15 ans et j'ai travaillé avec des marques dans les domaines de la mode et de la technologie. J'ai toujours été dans les coulisses, j'ai toujours été le gars qui a eu la marchandise finie et qui l'a ensuite mise sur le marché, mis en œuvre des campagnes, augmenté la sensibilisation. Ce n'est qu'au cours des dernières années que le voyage a changé pour moi, et c'est en démarrant Naeco que je suis passé au design, à la fabrication, à la production.

Votre marque est présentée du côté du luxe - est-ce parce que les coûts de production sont élevés ou parce que le consommateur de luxe est plus réceptif aux questions de durabilité, avec un revenu disponible qui va de pair ?

Du point de vue du prix, je n'ai jamais cherché à être à un certain niveau. Je viens de fabriquer le produit et j'ai réalisé combien il m'en coûtait pour le fabriquer, puis j'ai esquissé un modèle de prix, et c'est tout. C'est un produit de qualité et garanti cinq ans. Le niveau de prix a donc été déterminé uniquement en raison du coût de fabrication. La fabrication d'un produit durable au Royaume-Uni coûte cher, la main d'œuvre coûte cher par rapport à d'autres endroits où nous pourrions fabriquer, plus le temps requis - il faut 3 ½ heures pour faire une short parce que nous nous concentrons sur tous les petits détails, car je suis un peu pédant comme ça ; chaque point sur le produit est immaculé. C'est la clé de la philosophie de Naeco - c'est un produit de haute qualité et vous en achèterez une paire et voudrez la garder. C'est un antidote à la mentalité du jetable d'aujourd'hui.

Du point de vue du consommateur, au niveau du luxe, ils font un peu plus d'expériences avec les achats durables, et ils ont un revenu disponible qui leur permet de faire ce genre d'achats. C'est un acheteur plus réfléchi et informé, je suppose. C'est aussi la raison pour laquelle nous nous sommes concentrés sur le marché masculin qui, premièrement, est en croissance et, deuxièmement, en tant que consommateur masculin moi-même, je comprends mon marché. Généralement, les consommateurs masculins sont plus fidèles à la marque et n'achètent pas les produits rapidement et ne les jettent pas à nouveau, alors que beaucoup de femmes ne porteraient pas la même robe deux fois. Pour moi, c'est cela, la durabilité : elle n'est pas seulement fabriquée de manière durable, elle est aussi maintenue de manière durable.

Avez-vous développé les tissus et les méthodes de recyclage ou utilisez-vous les méthodes existantes ?

Lorsque j'ai développé le concept, j'ai commencé à étudier les méthodes de fabrication et de recyclage et j'ai constaté qu'il y avait des procédures en place, mais qu'elles étaient très primitives ; le tissu n'était pas très doux et je n'avais jamais vu de matériaux recyclés qui étaient luxueux et qui avaient un fini haut de gamme, selon moi. La plupart des maillots de bain sont faits de polyester, qui est fait de plastique vierge, alors que notre matériel est fait de polyester recyclé, RPET, qui est fait de bouteilles et de plastiques recyclés. J'ai utilisé la technologie existante du RPET recyclé, puis je l'ai soumise à quelques processus internes pour adoucir le tissu et lui donner une meilleure sensation. L'une des principales caractéristiques de notre produit est sa douceur, vous ne vous rendez pas compte que c'est du polyester, vous penserez qu'il s'agit d'une forme de coton de luxe. Nous en sommes très fiers et nous possédons ce brevet pour cela. D'une certaine façon, nous complétons le cercle parce que nous avons la capacité de prendre les plastiques des plages, de les recycler, de les nettoyer et de les transformer en tissus. Cette année, nous construisons une usine de fabrication à cette fin, nous décidons simplement de l'endroit où se trouve l'essentiel de la pollution et où nous pouvons réduire au minimum notre empreinte carbone.

Comment la marque britannique de maillots de bain durable Naeco aide à éliminer le plastique dans l'océan?

Quelles sont vos principales voies d'accès au marché ?

En ce moment, c'est le commerce électronique et de gros, avec Amazon et Wolf & Badger qui sont nos principaux revendeurs en ligne, en plus de quelques boutiques pour hommes à Marlow, Henley, Beaconsfield, ces zones-là. Nous n'en sommes également qu'aux dernières étapes de la conversation avec trois grands magasins de luxe du Royaume-Uni. Il est difficile pour les marques durables de percer dans le secteur du commerce de gros ; vous voyez beaucoup de marques durables qui vendent sur une plateforme de commerce électronique parce que le coût de fabrication est élevé, tout dans une marque durable est élevé parce que vous payez des salaires décents, vous prenez soin de votre personnel, et les marges de gros que beaucoup de grands magasins exigent généralement sont très franchement difficiles pour une marque durable. Je pense qu'ils sont durs pour une marque non durable, encore moins pour une marque durable. Nous avons donc fait tout ce que nous pouvions pour atteindre ce point de prix et nous en rapprocher le plus possible, de sorte que la partie négociation a pris un peu plus de temps. Cependant, cette année, nous serons dans certains de ces grands magasins, ce qui permettra à nos consommateurs de vraiment sentir et toucher le produit. Nous le considérons comme un exercice de marketing et de notoriété de la marque, plutôt que comme un canal de vente en soi.

Comment voyez-vous l'évolution de la marque ?

Nous nous concentrons sur le marché des maillots de bain pour les 18 prochains mois environ - nous voulons vraiment établir que nous le faisons et que nous voulons être connus pour une chose. J'ai vu un certain nombre de marques qui se sont diversifiées trop tôt. Nous avons développé d'autres produits tels que des polos, des vestes, toute une gamme de vêtements ; nous avons beaucoup d'autres produits dans notre gamme que nous pouvons produire à partir de notre tissu, donc dans les 18 prochains mois nous verrons d'autres produits arriver. Mais au cours des prochains mois, nous nous concentrerons sur la catégorie des maillots de bain avec un peu plus d'ajouts de produits, tels que des longueurs, des coloris et des motifs différents. Et l'un des développements les plus passionnants de cette année est que nous avons l'opportunité de collaborer avec de très grandes marques - que je ne peux révéler pour le moment. Ce sera génial parce qu'elles créent des gammes de produits que nous ne faisons pas et pour lesquelles elles sont pros, mais elles vont utiliser nos tissus. Je reçois beaucoup de demandes de renseignements de la part des marques pour savoir où elles peuvent acheter nos tissus, et je dois expliquer qu'en fait, vous ne pouvez pas acheter notre tissu, nous le fabriquons. C'est ce qui nous a amenés à faire les collaborations. C'est un pas dans la bonne direction. Plus l'industrie de la mode dans son ensemble s'éveille à l'utilisation de textiles durables, mieux c'est, donc même si nous ne pouvons jouer qu'un petit rôle dans ce domaine, c'est formidable.

Comment la marque britannique de maillots de bain durable Naeco aide à éliminer le plastique dans l'océan?

Que pensez-vous de la durabilité et du rôle de l'industrie de la mode ?

La mode est une excellente plateforme pour mettre en lumière de nombreux sujets. Nous avons vu l'industrie de la mode mettre l'accent sur le racisme, l'intimidation, l'égalité - la mode semble montrer la voie avec cela. C'est peut-être parce que les gens sont plus réceptifs à la mode pour parler de certaines choses et pour intégrer ces campagnes dans le courant dominant. Je pense que la durabilité et la mode sont parfaitement alignées, parce que c'est la bonne plateforme pour en parler. Sans compter que l'industrie de la mode est l'une des industries les plus polluantes au monde, ce qui explique en partie le problème. Mais si nous pouvons commencer à utiliser des tissus durables dans l'industrie de la mode, nous ne nous contentons pas d'en parler, nous faisons quelque chose à ce sujet. Heureusement, nous commençons à voir beaucoup de marques créer des collections durables, et c'est un pas dans la bonne direction. Ce ne sera pas du jour au lendemain, mais au fur et à mesure que le temps passe et que les coûts de la production durable et des tissus diminuent, nous en verrons de plus en plus. Personnellement, je pense que nous verrons peut-être une forme de taxe sur le sucre sur les textiles durables ; donc, si vous êtes une marque non durable qui veut utiliser des tissus non durables, vous paierez plus d'impôts, et si vous utilisez des textiles durables, vous paierez moins. Cela semble une façon logique pour l'industrie de commencer à changer. Le gouvernement, les fabricants et les consommateurs doivent conjuguer leurs efforts pour remettre en question le discours et susciter le changement.

Quelles sont vos perspectives d'avenir pour l'industrie - êtes-vous optimiste quant à la possibilité d'atteindre une durabilité sur le long terme ?

En regardant la nouvelle génération de consommateurs qui arrive - je déteste le mot, mais le client millennial en particulier - ils deviennent extrêmement conscients de l'endroit d'où ils achètent leurs produits, ils regardent l'origine, l'empreinte carbone et les conséquences de ce que leurs achats signifient. Je crois que les statistiques indiquent qu'environ 75 pour cent des consommateurs de moins de 35 ans sont maintenant à la recherche d'achats durables et qu'ils jouent donc un rôle énorme. Oui, c'est parfois une bataille difficile, mais en même temps, au cours des cinq à dix prochaines années, ces consommateurs auront le soutien financier, les emplois et le revenu disponible, et ils prendront la relève des consommateurs actuels, et c'est là que nous verrons un changement massif. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais si vous regardez les cinq dernières années et le chemin parcouru dans le débat et la prise de conscience sur la durabilité, surtout dans le secteur de la mode, c'est encourageant. J'espère donc qu'au cours des cinq prochaines années, nous serons dans une position encore meilleure. Comme les consommateurs exigent la durabilité, de plus en plus de marques livreront et créeront des gammes durables.

Cet article a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

Photo: Naeco

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS