• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Comment lancer votre propre marque de mode? Partie IV

Mode

Comment lancer votre propre marque de mode? Partie IV

By Don-Alvin Adegeest

1 sept. 2015

Londres - Il n'existe pas de formule ou de manuel pour atteindre le succès dans l'industrie de la mode, mais une bonne dose de persévérance et de croyance vous permettront d’aller loin. Comme tant d'autres créateurs et de marques, mon collaborateur et moi avons commencé notre marque dans notre minuscule appartement, le salon aménagé comme un studio de conception et de production, de stockage de tissu incluant une salle de réunion.

Comme beaucoup de startups et de jeunes entreprises, vous apprendrez au fur et à mesure que vous avancerez et vous ferez face aux défis tels qu’ils viennent, mais il y a certaines choses intéressantes à connaître dès le début. Avec des budgets limités, il y aura des coûts à prioriser et d'autres à laisser de côté. Dépenser de l'argent dans ​​un bureau cher et être lié à un bail à long terme est l'une des meilleures choses à éviter. Il vaut mieux investir dans un logement où vous pourrez travailler sur votre collection 24h/24 et 7j/7, ou bien trouver une alternative pour répondre à vos besoins qui ne coûtera pas trop cher. Un joli bureau n’est pas votre priorité pour démarrer. Il reste très loin sur la liste des éléments essentiels ; Anna Wintour ne vous rendra pas visite dès votre première année de création.

Concentrez-vous sur vos ventes

Le plus important au départ est d’investir dans votre outil de vente. Savoir à qui, quand, où et comment vous allez vendre votre collection déterminera votre parcours. Si vous ne disposez pas d'un plan de distribution ou de contacts avec des magasins, vous aurez besoin soit d'investir dans un temps de recherche par vous-même, de trouver un partenaire qui connait bien le marché, d’employer des commerciaux externes pour vendre vos produits, ou de participer à des salons.

Travailler avec une agence peut être bénéfique dans les premières étapes de la création de votre marque car elle aura des contacts relatifs à votre marché tels que des acheteurs pertinents pour vendre votre collection. En général, les agents prennent une commission de 15 à 25 pour cent, selon le type de contrat que vous avez, en plus des contributions aux coûts de fonctionnement que vous aurez à payer pendant la période des ventes. Un showroom leur permettra d’organiser leur campagne de vente dans plusieurs villes, comme Paris, Londres et Milan, alors soyez prêt à débourser environ 10.000 euros par saison par collection pour y participer. Ce sont des frais standard, alors n’ayez pas peur de négocier.

Les salons coûteront un peu moins cher, et comme les organisateurs sont toujours prêts à ajouter de nouvelles marques à leur liste d’exposants, vous pouvez même obtenir de très bonnes conditions pour y participer. Par contre, les salons ou fashion weeks ne durent que quelques jours, donc si toutes vos ventes doivent se faire à cette période, vous aurez besoin de faire d’autres choses. Espérer que les acheteurs soient subjugués par votre première collection et passent une commande directement n’est pas réaliste et ne crée aucun impact financier important. Vous aurez besoin de fixer des rendez-vous à l'avance, ou envisager d'avoir une agence ou un partenaire commercial pour vous aider.

N’ayez pas peur de tenter l’approche directe

Au lancement de notre première collection de mode féminine, nous avons reçu une subvention à travers l’organisation gouvernementale UK Trade and Investment (UKTI), et participé à des salons à New York et Los Angeles. Nous n’avons reçu aucune commande et n’avons pas vendu à tous les salons. Mais le jour où nous avons emballé la collection dans une valise et sommes partis la vendre à Fred Segal, un des meilleurs magasins de Los Angeles, c’est là que nous avons reçu notre première commande. Après nous sommes partis démarcher Harrods et Harvey Nichols – pour notre marque c’est donc l'approche personnelle qui a porté ses fruits.

Au tout début de notre aventure, nous n’avons pas eu à tenter de vendre à tour de bras, nous avons eu la chance d'avoir une certaine couverture de presse à notre avantage. Les acheteurs ont besoin de voir l'intérêt des médias dans une marque, car les consommateurs vont acheter les pièces des créateurs publiées dans la presse, les articles que portent les célébrités, ou ce qu’ils appellent les « must have » ou « must be seen ». Rester loin du feu des projecteurs est un moyen de rester plutôt cool et modeste, mais demeurer hors du radar de la consommation ne vous fera pas vendre, votre deuxième outil d’investissement est donc la presse.

Travailler avec un bureau de presse est un bon moyen pour que les échantillons soient envoyés à des magazines et soient publiés. Souvent, si le bureau de presse découvre le potentiel d’une nouvelle marque, elle peut retenir une petite commission. Mon premier bureau de presse ne me prenait que 410 euros environ par mois étant une nouvelle marque, et ce fut suffisant pour nous faire entrer dans Vogue, Elle, Marie Claire et de nombreuses autres publications. Mais vous êtes de toutes façons votre meilleur ambassadeur, alors n’ayez pas peur de contacter vous-même les éditeurs.

Investissez dans un bureau de presse et un bon look book

Parmi les outils de presse dans lesquels vous devez investir, il y a la photographie d’un look book, ainsi vous aurez des photos de votre collection. Cela vous donne la possibilité de transmettre votre histoire par l'image et ce sera un bon moyen pour les éditeurs et les acheteurs de comprendre la collection. Il est important d’avoir un bon photographe et un bon styliste. Ils vont apporter de la profondeur à votre collection et la présenter d'une manière fraîche. Il y a beaucoup de rédacteurs de mode qui travaillent aussi en tant que stylistes, et souvent pour une petite somme et des vêtements que vous lui donnerez gratuitement, elles se chargeront du stylisme de votre look book. Evitez surtout de travailler avec la copine de votre sœur, elle aime trop la mode ! Vous avez besoin de gens plus neutres pour communiquer votre vision, car vous n’allez pas shooter une nouvelle fois si vous n’êtes pas satisfait du résultat.

Investir dans des photos de produits est un autre très bon outil pour la presse. Elles seront utiles pour les publications qui ne disposent ni de temps ni de budget pour photographier des échantillons, et tout ce qu'ils ont besoin est d’une image plane d'un élément à publier.

Maintenez votre maison en ordre

Enfin, une fois terminée votre première saison, vous verrez comment viennent s’entasser toute la paperasse et le travail administratif depuis plus de six mois . Investir dans un logiciel de production est un outil essentiel pour développer vos collections au fil du temps. Ces programmes organisent vos collections et votre production par saisons, tailles, couleurs et tissus, ainsi que l'échantillonnage et les ventes. Pour un petit investissement cela vous fera économiser du temps, de l’argent et vous permettra de minimiser les erreurs. Elle vous fera conserver toutes les informations en un seul endroit plutôt que sur plusieurs feuilles de calcul. Les confirmations de commandes, les livraisons, les factures commerciales et une base de données de clients et de fournisseurs seront consultées plus rapidement. Vous pouvez obtenir ces programmes de logiciels pour seulement 137 euros par mois, donc étudiez bien ce qui est bon pour vous.

Suite: 4ème Partie –Comment développer votre activité?

Texte: Don-Alvin Adegeest pour Fashionunited.uk. Traduction et mise en page: Anne Sophie Castro