Décryptage Fashion Week : joie de vivre chez Christopher John Rogers

Acclamé par le public samedi soir, Christopher John Rogers est le nom à retenir de ses premiers jours de New York Fashion Week. Basé à Brooklyn, le label éponyme et autofinancé a électrisé son audience par une collection au glamour joyeux dont l'énergie avait un goût de renouveau. Décryptage.

Points forts du défilé Christopher John Rogers printemps-été 2020

  • Le renouveau du glamour couture, modernisé par un porté libéré et léger
  • Un casting inclusif et inspirant : une initiative sincère plus qu’un flirt avec la tendance
  • Où ? Au Spring Studio, New York.
Décryptage Fashion Week : joie de vivre chez Christopher John Rogers

Contexte

Glamour. Voilà le terme le plus couramment employé par les journalistes de mode pour décrire le travail du créateur américain Christopher John Rogers. Son dernier défilé a relancé l'emploi du champ lexical. Ce week-end, la nouvelle coqueluche de la mode - depuis son second show automne-hiver 2019 et le génial coup de projecteur offert par Michelle Obama - a conquis le monde de la mode avec une collection printemps-été 2019 accueillie par les applaudissements enthousiastes et l’effusion d'énergie d’une salle sous le charme.

La collection : Christopher John Rogers printemps-été 2020

35 silhouettes colorées et volumineuses qui alternent vert émeraude, fuchsia, motifs madras, cristaux Swarovski, silhouette cocon, collerette d'inspiration Pierrot et motifs à grosses fleurs kitchs. L’esprit est couture mais facile, porté sur une peau nue et sans ornement superflu. On note de gros pans de taffetas noués pour souligner la taille ou la nuque à la façon des silhouettes Jacques Fath dans les années 50.

Dans l’équilibre de proportions maîtrisées, Christopher John Rogers place tour à tour, le volume sur les hanches, la poitrine ou l'ensemble du corps, prenant soin de ne jamais engoncer la silhouette. On note parmi les looks (souvent) monochromes : une robe fourreau, une robe à basques, des robes volumineuses et plongeantes dans le dos, un pantalon au surpiqué workwear accordé à un top bustier piqué de pétales, une veste de costume à rayures matelas sur un longue jupe plissée à effet légèrement holographique, une ample combinaison pantalon blanche à collerette, un costume bi-motif : carreaux vichy d'un côté et carreaux feuille de papier de l'autre.

Le casting

Les mannequins ont accroché le public en jouant du mouvement ample des robes ou en empruntant les poses maniérées d’une autre époque. Parmi la diversité du casting, on pouvait reconnaître : Leah Eliopulos, Molly Constable, Solange Franklin, Ayumi Pat, Florence Horman, Anzie Dasabe, la réalisatrice Pam Nasr, Coco Mitchell, Yueyao Li, Michael Phipps, Abbey Shaine et l’artiste Lua Beaulieu.

Background

Selon le site du CFDA, le designer a travaillé pour les marques américaines Rosie Assoulin et Tanya Taylor ainsi que pour Diane von Furstenberg. Il a ensuite créé sa marque avec David Rivera et Alexandra Tyson (selon le WWD) et a gagné en notoriété en habillant les chanteuses américaines Cardi B et SZA puis en devenant l’un des finalistes du prix 2019 CFDA/Vogue Fashion Fund finalists.

Photo : Dominik Bindl / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP. Défilé Christopher John Rogers. Modèle : Coco Mitchell.

Photo : Christopher John Rogers SS20, Catwalkpictures

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS