Des pulls à la demande : Adidas présente « Knit for you »

Qui n'a jamais acheté le pull parfait, avec la bonne couleur, la bonne forme et la bonne coupe, pour se rendre compte, à la maison, que les manches sont bien trop longues ? Heureusement, cela pourrait bientôt être un scenario qui restera dans le passé. Après l'imprimante 3D, il y a maintenant la machine à tricoter de haute technologie tricots qui tricote des pulls sur-mesure, tandis que les clients attendent. On dirait de la science fiction ? Pas pour le géant allemand de vêtements de sport Adidas, dont le magasin pop-up de Berlin « Knit for you » propose ce concept innovant, depuis la fin de 2016.

Le magasin pop-up fait partie du projet Factory Store, parrainé par le ministère fédéral allemand de l'économie et de l'énergie, et mis en œuvre par Act3, l'agence d’Adidas en interne. Le magasin abrite une mini-usine où quelques-unes des étapes sont gérées par les clients eux-mêmes, comme la création et l'analyse du corps. « Cela reste très individuel. C’est comme tricoter votre propre pull », a confirmé Christina Sharif, un client qui a commandé des manches plus courtes que le modèle standard, sur son pull bleu électrique,

Adidas propose des pulls sur-mesure en seulement quatre heures

Après la Speedfactory d’Adidas, « Knit for You » est un autre projet mettant en lumière l’avenir des magasins et des modèles de production. Dans les deux cas, la vitesse est la clé, que ce soit dans le processus de production ou pour la réaction face à la demandes des clients, deux points qui deviennent de plus en plus importants. Avec les méthodes de production et de création classique, il faut compter entre 12 et 18 mois pour qu’un vêtement atteignent finalement des magasins. Par rapport à quatre heures seulement, c'est un temps assez long. Trop long, en tout cas pour rattraper le concurrent Nike, ce qui pousse Adidas à faire preuve d'innovation.

Plus précisément, la fabrication du futur fonctionne comme ceci : les clients d'abord se font scanner leur corps par laser et utilise des gestes pour projeter différents motifs sur leur torse afin de voir ce qui leur convient le mieux. Ensuite, ils choisissent la combinaison de couleurs souhaitée sur l'ordinateur (pour l'instant, la matière est limitée à la laine mérinos) et attendent pendant quatre heures, temps dans lequel le pull est tricoté en magasin, fini à la main, lavé, séché et fourni avec des étiquettes.

Vu le prix relativement élevé du pull, à 200 euros, et la fréquence d’achat assez faible (un maximum de 10 pulls par jour pendant les périodes de pointe), Adidas ne cible certainement pas les ventes et la production de masse - à ce stade au moins. Pour l'instant, les données des clients et des commentaires sont ce qui compte le plus, et sont en cours d'évaluation, avant que la société décide de poursuivre le projet ou non.

Les retours des consommateurs sont importants, afin de réagir face aux demandes des clients. Cela va accélérer les délais de production et la satisfaction des clients, qui à leur tour, vont conduire à une proportion accrue de produits vendus au prix fort, qu’Adidas veut augmenter de 50 à 70 pour cent, d'ici à 2020. « Si nous pouvons donner aux consommateurs ce que qu’ils veulent, où ils le veulent, quand ils le veulent, nous pouvons réduire le risque ... au moment nous devons deviner ce qui sera à la mode », a déclaré Eric Liedtke, chef de la marque, en parlant aux investisseurs, mi-mars.

Photo : Adidas

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS