Fashion Week : Tory, Vera, Rodarte, et les débuts de Serena

Tory Burch inspirée par la beauté, Vera Wang par le film "Belle de Jour", Rodarte par la poésie, et le premier défilé de Serena Williams remise de son échec à l'US Open ont dominé mardi le sixième jour de la Fashion Week de New York. Un nombre record de 71 événements figuraient au calendrier, dont le premier grand défilé de Coach, avant qu'Oscar de la Renta ne finisse en beauté la journée.

Fashion Week : Tory, Vera, Rodarte, et les débuts de Serena

Tory Burch celebre la beauté

La styliste américaine Tory Burch avait été inspirée par la "beauté et comment on peut la trouver en des endroits inattendus". Sa collection, toujours élégante, jouait résolument les contrastes. Un top d'organza iridescent y était porté sur camisole de soie assorti à un large pantalon de coton blanc. Une robe de coton rayé type chemise pour homme était largement fendue sur la cuisse, et rebrodée de grosses fleurs rouges. "J'aime toutes les femmes, ma femme est celle du monde (...) a expliqué à l'AFP la créatrice qui a ouvert en juillet une boutique amirale à Paris et trouve que les Françaises sont "les plus chics de toutes".

Vera Wang belle de jour

Dans un décor de miroirs, Vera Wang a présenté une collection très forte, où le noir et la dualité dominaient comme à son habitude, avec pour inspiration "Belle de Jour", film "où Catherine Deneuve était habillée par Yves Saint-Laurent".

Fashion Week : Tory, Vera, Rodarte, et les débuts de Serena

Sa femme est "dangereuse, compliquée", porte un short ultra-court noir et une mini-brassière sous un grand manteau ou une veste masculine noire sans manche, une jupe nouée transparente avec un mini-top. "Je voulais mélanger le style décontracté et la construction couture", a expliqué à l'AFP la styliste qui pour le soir rehausse robes et mini-shorts de paillettes, plumes et brillants. "C'est un peu Las Vegas" dit-elle.

Dentelles rock chez Rodarte

Excentrique, gothique, mais féminine et glamour, la collection de Rodarte, le duo des soeurs Laura et Kate Mulleavy (bien Mulleavy), s'est affirmée comme l'une des plus rocks de la saison, faisant fi de tout classicisme ou sobriété. "Nous, on fait ce qu'on veut!", a expliqué à l'AFP Laura Mulleavy. L'heure pour le printemps-été 2016 Rodarte est à la poésie, de la grande poétesse américaine du XIXe siècle Emily Dickinson, jusqu'aux belles lettres du romancier William Burroughs ou aux mots du chanteur canadien culte Leonard Cohen.

Qu'importe la chaleur de l'été, la jeune femme Rodarte porte un col haut de dentelles très gothique, une grosse veste de fourrure d'agneau de Mongolie, un pantalon de tweed ou encore du velours. La légèreté vient de la dentelle et d'une multitude de volants et de franges.

Serena Williams garde le sourire

Quatre jours après sa défaite surprise en demi-finale de l'US Open de tennis, Serena Williams a changé de terrain pour présenter son premier défilé, 23 silhouettes décontractées dont les vêtements étaient immédiatement disponibles sur internet pour des prix allant de 29,90 dollars à 129,90 dollars.

Fashion Week : Tory, Vera, Rodarte, et les débuts de Serena

Le rappeur Drake, était là, alimentant la machine à rumeurs, d'autant qu'un de ses morceaux a été joué durant le défilé. Les franges ajoutaient de la fantaisie à des coupes assez classiques. Quant aux matières, la jeune designer a beaucoup utilisé le cuir et le daim.

Coach tout en couleurs

Surtout connu pour ses sacs et ses articles en cuir, la maison américaine Coach a fait le pari d'une collection primesautière, toute en couleurs et en fraîcheur, pour son premier grand défilé à la Fashion Week. Le créateur britannique Stuart Vevers a osé une collection où tout n'était que couleurs et motifs, explorant la robe sous toutes ses coutures. "C'est le grand anniversaire des 75 ans (de la marque) et je me suis dit que le meilleur moyen de rendre cet hommage était de regarder franchement droit devant", a-t-il expliqué à l'AFP.

Fashion Week : Tory, Vera, Rodarte, et les débuts de Serena

Sophie Theallet en Afrique

La Française Sophie Theallet a célébré la beauté de l'Afrique, au son de dix percussionnistes en tenue traditionnelle. "J'ai toujours été attirée par l'Afrique, je trouve que c'est une source d'inspiration immense", a-t-elle expliqué à l'AFP, en soulignant qu'elle y avait ajouté sa touche couture, par le choix et le travail des matières. (AF P)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS