Fashion Week: Zac Posen joue l'épure, avec ambition

Sous les apparences trompeuses de la sobriété, le New-Yorkais Zac Posen s'est permis quelques audaces qui ont donné à sa collection, présentée lundi lors de la Fashion Week, une tonalité résolument moderne.

Comme à l'habitude, des stars s'étaient pressées au défilé, notamment les actrices Jennifer Hudson et Christina Hendricks (de la série Mad Men) et l'humoriste Amy Schumer. Sous les ors du grandiose Vanderbilt Hall de la gare Grand Central, la couleur n'était pas la bienvenue, les modèles alternant le plus souvent le blanc et le noir, voire le bleu foncé. Dans la lignée de son style habituel, Zac Posen a rappelé, si besoin était, pourquoi il était l'un des chouchoux des tapis rouges, avec ses grandes robes longues, parfaites pour les soirées de gala.

A première vue, cet univers sage et élégant à l'extrême rappelait la mode portée par les actrices américaines de l'après-guerre. Mais il est souvent question pour les créateurs de réinventer les classiques ou de les faire évoluer. Et Zac Posen a su glisser de l'imagination dans ces tenues magistrales. Grâce à de petites ouvertures dans plusieurs de ses robes, il leur a ainsi donné l'aspect d'un vêtement lacéré, sans que cela ne nuise à la tenue de l'ensemble.

D'autres artifices rendaient l'impression d'une robe composée de bandes de tissu reliées les unes aux autres, notamment par des attaches brillantes, mais pas cousues. Ces attaches donnaient un effet cicatrice, dépeignant un univers sombre, accentué par la musique et la voix inimitable du chanteur français Daniel Darc. (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS