Faire bloc massivement pour relancer une industrie et une ville durement touchée : voici en substance le message envoyé ces derniers jours par les maisons italiennes. D’une part, cette relance passe par le défilé physique. Les vidéos ne suffisent pas, indiquent les principaux acteurs du marché. Même si les présentations virtuelles ont démontré la capacité des marques de mode à se renouveler et à prendre à bras le corps les spécificités d’un nouveau média, elles n’ont toutefois pas réussi à susciter le même intérêt ni le même engouement public que les présentations physiques.

D’autre part, cette relance passe par le défilé physique organisé dans le cadre d’une fashion week. Si plusieurs maisons notamment françaises ont indiqué vouloir se détacher du calendrier établi par les fédérations, afin de prendre leur temps (pour des raisons créatives ou éthiques), d’autres ont fermement pris position pour la tenue d’un événement global. C’est notamment le cas de la maison Fendi qui dans un communiqué publié ce jour annonce qu’elle organisera son défilé à Milan le mercredi 23 septembre prochain.

La maison romaine a réfléchi avant de prendre ce choix qu’elle estime nécessaire. Fendi avait initialement prévu d’organiser un événement à Rome, au sein de son siège, avant de faire volte-face. « À un moment aussi sensible pour l'industrie, le retour des défilés de mode représente une opportunité essentielle pour renforcer l'excellence de la mode italienne et relancer l'ensemble du secteur » indique le communiqué qui insiste également sur l’importance de soutenir Milan. « En synergie avec les autres maisons Made in Italy et les membres de la Chambre Nationale de la Mode Italienne. A travers la mode, Milan sera un symbole de renouveau pour tout le pays. »

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS