French saga (I) : Simone Pérèle : la 3ème génération prend le pouvoir

Pendant l’été, FashionUnited vous propose chaque semaine de découvrir l’actualité et le savoir-faire d’une maison française. Le groupe de lingerie Simone Pérèle donne le coup d’envoi.

Fondée en 1948, la marque a fait de la lingerie corseterie son cœur de métier. Depuis le petite atelier installé par Simone Pérèle et son mari Wolf dans un immeuble parisien à proximité des Grands Boulevards, jusqu’au groupe qui rayonne aujourd’hui internationalement, que de chemin parcouru ! Pour autant, la maison reste familiale. Ainsi, dans les années 1970, les Pérèle passent progressivement la main à leurs enfants.

L’actualité

Président du groupe, le fils de la fondatrice, Philippe Grodner, a nommé il y a trois mois son fils Mathieu au poste de directeur général. Celui-ci est allé à bonne école puisqu’il a dirigé les filiales Suisse puis celle d’Europe du Nord avant d’être l’adjoint de son père. Pour affirmer sa position, il vient d’exposer un plan stratégique à 5 ans. « Cette nouvelle répartition des rôles implique des transformations et cela va se faire progressivement, explique Mathieu Grodner. Au cœur des prochains projets figurent la distribution et le marketing ». L’idée, mieux connaître la consommatrice finale afin de faire de Simone Pérèle une marque encore plus connue et identifiable. Idem pour l’autre marque du groupe Implicite, lancée fin 2007.

La famille

Au cœur de cette troisième génération, la cousine Stéphanie Bujard tient aussi un rôle important. Celle qui a suivi le développement d’Implicite et mis en place le digitale de la marque au style plus graphique et sexy, vient de se voir confier l’ensemble des métiers du produit. Cela regroupe la création, le développement et la direction de marque. « Notre défi est de faire comprendre le caractère unique de notre produit », poursuit Mathieu Grodner. De fait, si celui-ci est technique (il faut environ 18 mois pour élaborer une collection), il suit par ailleurs la mode et doit resté esthétique. « Nous sommes un groupe indépendant qui assumons seuls notre développement, poursuit-il. C’est une force historique et cela permet de faire des choix ».

French saga (I) : Simone Pérèle : la 3ème génération prend le pouvoir

Le marché

Il faut dire que le marché de la lingerie a connu des heures plus belles. Même si les dessous français font toujours rêver les consommatrices, la concurrence est là. «L’histoire de quelques marques n’est pas au beau fixe, mais nous gardons un ressenti positif du marché et surtout nous voyons plus loin notamment avec l’international », confie Mathieu Grodner. De fait, Simone Pérèle réalise 80% de son activité à l’international notamment en Amérique du Nord, en Europe de l’Est et au Moyen Orient. Une dynamique de croissance qu’il faut maintenir tout en gardant un œil sur d’autres marchés « pas encore matures mais très prometteurs » comme l’Inde, le Brésil et l’Argentine. Tandis que l’autre difficulté est d’exister aux côtés des marques de retail (Etam, Victoria Secrets…) qui sont venues bousculer la distribution. « Nous sommes pour ainsi dire une marque de niche comparés à ces mastodontes, souligne le DG. D’où notre défi d’être plus visibles auprès de la consommatrice ».

L’avenir

Plusieurs chantiers sont donc en cours. Côté communication, une prise de parole est envisagée d’ici 12 à 18 mois. « Il nous faut choisir le bon moment et maintenir cette action dans le temps, la répéter », confirme le dirigeant. La distribution est le second chantier. Présent uniquement en multimarques, le groupe réfléchit à la possibilité d’ouvrir sa propre enseigne d’ici à 5 ans afin de présenter son offre au grand complet. Une offre qui a pris de l’ampleur avec le lancement de la première collection de Bain cet été. De quoi donner à Simone Pérèle encore plus d’envergure !

French saga (I) : Simone Pérèle : la 3ème génération prend le pouvoir

Quelques chiffres

Avec 12 filiales dans le monde et environ 1500 collaborateurs, le groupe produit plus de 3 millions de pièces chaque année. Le siège se trouve en région parisienne à Clichy (92). Simone Pérèle a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 90 millions d’euros.

Photos :
Simone Pérèle, collection Automne-Hiver 2015, ligne Wish.
La famille Simone Pérèle, de gauche à droite : Mathieur Grodner, Philippe Grodner et Stéphanie Bujard.
Le bain Simone Pérèle, collection Printemps-Eté 2015, ligne Eclat.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS