• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Greenpeace met en garde contre une circularité prématurée

Greenpeace met en garde contre une circularité prématurée

By Aurore Hennion

18 sept. 2017

Mode

Greenpeace a présenté un nouveau rapport, présenté aujourd'hui à Milan, intitulé « Fashion at the crossroads ». Ce rapport veut donner des exemples de solutions de rechange, au modèle appliqué aujourd’hui, qui utilise trop de matériaux, afin de « ralentir la boucle ». Pour la toute première fois, une base de données ouverte, de près de 400 entrées, mises en place dans un cadre cohérent, aidera à concevoir des scénarios plus durables pour l'industrie de la mode.

Alors que commence la Fashion week de Milan dans quelques jours, Greenpeace Italie organisera un débat avec des représentants de petites et moyennes entreprises de mode, de différentes régions d'Europe, qui prennent des mesures pour ralentir la mode. L’objectif de « Slowing fashion » est de fournir une réponse critique à l'économie circulaire prématurée et incomplète promue par les grandes marques mondiales, selon Greenpeace.

« Une « économie circulaire » est le dernier meme utilisé dans l'UE et dans le monde entier, mais derrière cette belle phrase réside le fantasme de l'industrie que la circularité peut corriger un système à forte intensité de matériau, vendant les promesses de recyclabilité à 100 pour cent, ce qui ne devrait pas se réaliser », a déclaré Chiara Campione, stratège senior senior de Greenpeace en Italie.

Les efforts pourraient être ruiné par une « économie circulaire » prématurée

Greenpeace prévient qu'un effort efficace de six ans pour réduire les produits chimiques dangereux, provenant de l'approvisionnement mondial des textiles pourrait être ruiné par une « économie circulaire » prématurée, où le recyclage se produit avant que les processus et les matériaux de détoxication ne se produisent, alors que l'intensité globale de la production continue d’être une grave menace pour l'environnement.

Le rapport Pulse, présenté récemment au Copenhagen Fashion Summit, envisage un avenir dit « circulaire » pour le secteur, qui s'appuierait encore davantage sur le polyester nuisible pour l'environnement et cherchera toujours à augmenter la production de matières premières sans remettre en question la surproduction, la surconsommation et la diminution subséquente dans la qualité et la longévité de nos vêtements », a déclaré Chiara Campione.

Les représentants de Vaude, Nudie Jeans, Consorzio Italiano Detox, Orange Fiber, L’Herbe Rouge et Kleiderei sont intervenus lors du débat. En attendant, Greenpeace appelle les autorités publiques à adopter des politiques de responsabilité du producteur qui exigent une reprise obligatoire, empêchant l'élimination et améliorant les améliorations de création et de conception.

Photo : Greenpeace