Haute Couture et savoir-faire (II) : les plissés de l’Atelier Lognon

Depuis 1945, la maison plisse les tissus avec les mêmes gestes et techniques. Un savoir-faire qui a intégré les métiers d’art de la maison Chanel depuis 2013 et que de nombreuses griffes recherchent toujours.

Entre les mains des artisans de l’Atelier Lognon, le tissu plat peut prendre quantités de formes différentes. Un métier que Gérard Georges Lognon, arrière-petit-fils d’Émilie qui a fondé la maison en 1853, qualifiait d'« ennoblisseur de tissus ». Si quatre générations se sont succédées à la tête de l’atelier, personne n’a cependant pris la suite de Gérard Georges qui est parti à la retraite sans successeur. C’était sans compter sur Chanel et sa filiale Paraffection dédiée aux métiers d’art qui a repris la société en 2013 pour mieux pérenniser son savoir-faire tout en l'ancrant dans le 3e millénaire. Depuis, celle-ci a quitté les quartiers chic de Paris pour rejoindre la Manufacture des Allumettes à Aubervilliers (93) aux côtés du bottier Massaro et du chapelier Michel (toutes deux également rachetées par Chanel).

Haute Couture et savoir-faire (II) : les plissés de l’Atelier Lognon

Plus de 3 000 plissés différents

Plis couchés, plats ou creux, plis ronds, plis souples pour des effets de drapé, accordéon, plis Watteau désignant une succession de plis creux évasés dans le bas, plissé soleil aux intervalles très étroits allant en s’élargissant, plissé Fortuny inspiré du chiton grec, sans oublier les plis fantaisie, fleurs, paon, pyramide, ruban, origami, la technique utilise toujours un moule en carton kraft unique ou motif (environ 3 000 en stock) dont les plus anciens datent de 1900. Les étapes de réalisation n’ont pas changé depuis le début du siècle. Il faut d’abord bien repasser et mettre à plat le tissu (soie, crêpe, tulle, mousseline, organza, velours, mais aussi d’autres matières comme le cuir ou le polyester), le placer de façon parallèle et au bord du moule en carton, l’enrouler dans celui-ci puis l'enfourner dans une étuve entre 85 et 100°C pendant une durée allant de 1 heure à 1heure 30 selon les tissus. Laissez ensuite une journée à l’ensemble pour refroidir afin que le tissu prenne définitivement le pli et démoulez. La magie opère !

Un patrimoine unique

Si Lognon est depuis ses débuts le complice de la mode avec des liens tissés avec Gabrielle Chanel, Christian Dior, Nina Ricci, ou encore Hubert de Givenchy, ceux-ci se poursuivent aujourd’hui avec les studios de création de haute couture et de prêt-à-porter. Aux côtés de ses clients historiques, l'Atelier accueillent aussi des noms plus contemporains comme Vanessa Bruno, Claudine Ivari ou Christine Phung, mais comptent aussi parmi ses fidèles l’Opéra de Paris. Enfin, Lognon travaille beaucoup avec les studios de création des maisons de luxe. Quelle que soit la demande, plusieurs centaines de sacs en agneau, un décor de vitrine horlogère ou une robe Couture, les artisans-plisseurs sont toujours prêts à relever de nouveaux défis. « C’est un endroit à part avec des plissés innovants et exclusifs que d’autres maisons ne possèdent pas, explique la créatrice Christine Phung qui a fait réaliser de nombreuses pièces par l’atelier. Bien sûr c’est plus cher que chez d’autres mais c’est un privilège d’avoir sa collection réalisée à la main avec ce type de savoir-faire. »

Haute Couture et savoir-faire (II) : les plissés de l’Atelier Lognon Gérard Georges Lognon confiait avoir appris sur le tas. La transmission se fait en pratiquant et chaque génération apporte son lot d’innovations. « C’est une progression dans le temps, racontait l’artisan avant sa retraite. La plie existe depuis bien longtemps avec avant nous les Grecs et les Romains. » Et son histoire n’a pris une ride !

Lire la partie 1: Haute Couture et savoir-faire (I) : la calligraphie de Nicolas Ouchenir

Photos: Collection Christine Phung, ©Atelier Lognon