• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Hedi Slimane arme la jeunesse d’une nouvelle identité vestimentaire

Hedi Slimane arme la jeunesse d’une nouvelle identité vestimentaire

By Julia Garel

10 févr. 2021

Mode |COMPTE RENDU

Après le château de Chenonceau chez Chanel, puis le Château du Tarot chez Dior, la maison française Celine nous embarque sur les coursives du château de Chambord pour sa collection masculine automne-hiver 2021-22. Ce bijou architectural de la Renaissance est aussi « un symbole de puissance et d’esthétisme », lit-on sur le site web du domaine. En 2021, plusieurs siècles après sa construction, Hedi Slimane, directeur créatif de Celine, choisit ce décor de pierre calcaire pour faire ressortir les tenues sombres de sa collection baptisée « Teen Knight Poem ».

Esthétique goth et androgyne

Dans une vidéo d’une douzaine de minutes, les mannequins défilent sur les hauteurs du château au rythme militaire d’une bande-son inédite signée The Loom. Le premier look est un manteau noir aux longueurs flottantes, porté sur des pièces de tailoring d’où ressort l’éclat d’une collerette blanche, le tout est accessoirisé de plusieurs chaînes tombantes sur le torse. Le pantalon, lui, n’est montré que très furtivement, juste le temps d’apercevoir ses ourlets courts et des chaussettes blanches.

La suite fait la part belle aux grosses pièces de cuir, aux superpositions, au mélange de tailoring et de hoodies. L’ensemble est ponctué de brillants : des studs posés sur un bomber, des pantalons souples aux scintillements festifs, un look final réalisé par 23 brodeurs et des multiples bijoux, ces épaisses chaînes d’argent portées près de la gorge. Le style général flirte ainsi avec les accents rocks et androgynes chers à Hedi Slimane, mais axé cette saison vers une esthétique goth.

Quant à la palette, bien que la vidéo ait été filmée en couleurs, un noir et blanc aurait suffi. La colorimétrie de la saison précédente - « The Dancing Boy », PE21 - semble en effet s’être effacée pour laisser place au noir sérieux d’un récit chevaleresque dont les bruits d’épées qui ponctuent la bande-son laissent deviner la gravité. Il s'agit, selon les notes du défilé : de se « réinventer dans le jeu des codes imaginaires et de nouvelles identités ». Un jeu dont l'atmosphère de la vidéo donne un poids et une importance certaine.

Mais ce que l’on retient surtout de ce film est l'accent particulier porté sur le haut du corps, et plus précisément entre le visage et la gorge. À une époque où les e-meeting et webinar remplacent les rendez-vous et réunions physiques, il semble naturel de privilégier cette partie du corps, plus souvent exposée aux regards. Cela n’a pas échappé à la maison française. Cette attention se remarque ainsi non seulement par les prises de vue mais également par les boucles d’oreilles, les ras du cou, les collerettes et les accessoires en mailles pour le visage, sortes de masques ouverts sur les yeux, parfois ornés de brillants, parfois flanqués du logo.

L’automne-hiver 2021-22 de Celine sera donc dark et précieux. Loin du style normcore ou homewear, les silhouettes imaginées par Slimane fournissent à la mode un langage vestimentaire riche et des pièces tout aussi portables. Par cette vidéo, le directeur créatif semble ainsi vouloir donner à la génération Z les outils vestimentaires pour « vivre à nouveau, dans le sens de revenir à la vie, de renaître ». C’est en tout cas ce que les notes de la collection promettent.

Crédit : Celine, AH21-22.