(publicité)
(publicité)
L’Andam veut désormais mettre en avant l’innovation technologique

On ne présente plus l’ANDAM, l'Association nationale pour le développement des arts de la mode. Cette structure fondée en 1989 par Nathalie Dufour, sous l’égide de Pierre Bergé, a largement pavé le chemin aux autres concours ouverts à la jeune création. Chaque année, pour cet évènement destiné à faire rayonner Paris, la fine fleur du monde de la mode (acheteurs, directeurs artistiques, PDG de grandes maisons et même président de groupe de luxe) compose un jury d'exception qui se recommande par son flair : le premier lauréat du concours était Martin Margiela. Les prix sont conséquents: une bourse de 250.000 euros pour le grand gagnant, 90.000 euros pour le lauréat des premières collections. 30.000 euros sont alloués au prix récompensant le design d’accessoires.

La fondatrice se souvient: “à l'époque, le secteur de la mode ne faisait pas parti du champs d’action du ministère de la culture qui pourtant mettait en place des départements liés aux arts graphiques, au design, à la photographie. Ce fut donc une volonté véritablement politique de positionner la mode non pas comme un art ou un patrimoine, mais comme une industrie créative avec une initiative qui réunirait les ministères de la Culture et celui de l’Industrie, via le DEFI."

Le DEFI est un comité financé par 3500 entreprises de mode ; il est dirigé depuis 2011 par Clarisse Reille qui est une professionnelle très appréciée des PME et des TPE du secteur : ces entreprises se souviennent du rôle déterminant de la directrice générale lors de son passage au Ministère de l’Economie et des Finances où elle avait dressé avec finesse, comme chargée de missions, une liste de recommandations suivies en ce qui concerne la reconversion des salariés du textile. Elle avait également fait le pont avec habileté entre les marques de luxe et les façonniers, sans blesser l’amour propre des uns et des autres. Ses qualités de médiatrice sont unanimement reconnues.

Un quatrième prix, le prix de l’innovation, doté de 30.000 euros

Le DEFI prend son rôle de partenaire historique et de sponsor principal de l’Andam au sérieux. Parce que son rôle est précisément d’être un incubateur et un accélérateur de croissance de l’industrie de l’habillement en France, le comité a identifié ce concours comme un formidable moyen d’encourager l’innovation. C’est la raison pour laquelle cette année, en complément des trois prix existants récompensant les créateurs de mode et d’accessoires, l’ANDAM a choisi de pérenniser un quatrième prix : le Prix de l’Innovation. Il sera doté de 30.000 euros.

Clarisse Reille offrira au lauréat de ce nouveau prix, un accompagnement global d’une durée d’un an : « Aujourd’hui, de très profonds bouleversements sont à l’œuvre. Les technologies transforment radicalement le rapport des consommateurs aux marques, à la mode suscitant de nouveaux désirs, de nouvelles aspirations impossibles à imaginer il y a encore quelques années. De nouveaux espaces d’innovation, de création, d’invention se créent sous nos yeux et il est primordial de les encourager et de les soutenir.»

Pour encourager l’innovation et contribuer aux évolutions du marché, l’Andam récompensera les créateurs - mais aussi les entrepreneurs ainsi que les start-up françaises et internationales - souhaitant développer leur projet en France. Ces projets devront offrir des solutions technologiques innovantes permettant le développement d’une mode responsable et transparente, prenant en compte les enjeux économiques, écologiques et sociaux. L’innovation devra se manifester dans l’un des champs d’application suivants : soit par le biais des matériaux (textiles ou autres) ou des processus de création et de fabrication: c’est à dire, tout ce qui concerne la numérisation ou l’impression 3D, la CAO-FAO, les algorithmes génératifs. L’innovation pourra également se développer via des propositions concernant l’expérience client : un domaine large qui va de la réalité virtuelle, à la réalité augmentée, la « réalité mixte », le « m-commerce », les étiquettes intelligentes, le paiement électronique, la boutique connectée ou encore le « commerce conversationnel ».

Cette nouveauté démontre que l’Andam, loin de ronronner, a conscience des changements structurels qui s’annoncent. Pour Nathalie Dufour, l’innovation, plus particulièrement à Paris, est un enjeu majeur : « Il est de notre responsabilité d’encourager l’innovation, lui donner les moyens de s’implanter en France, de se développer et de rayonner internationalement. C’est tout le sens de ce Prix que je souhaite vivement renforcer dans les années futures, grâce au précieux soutien de nos mécènes. » Les inscriptions en ligne pourront se faire de fin janvier jusqu’au 31 mars 2018.

Crédit photo: Andam, dr