• Home
  • Actualite
  • Mode
  • La cordonnerie se positionne en champion de l’écologie

La cordonnerie se positionne en champion de l’écologie

By Herve Dewintre

28 avr. 2022

Mode

Unsplash, Greg Rosenke

Face au tout jetable et à la fast-consommation, la cordonnerie nouvelle génération entend démontrer sa pertinence. Et si le fait de faire réparer ses chaussures était le nouveau reflexe écologique ?

La cordonnerie veut faire entendre sa voix en prouvant aux e-consommateurs sa pertinence et sa durabilité. Comment ? Tout d’abord, en rappelant un geste de bon sens : le fait de réparer ses chaussures constitue, qu’on le veuille ou non, constitue un réflexe écologique fondamental. Pourtant, ce reflexe ne se pratique plus. Chaque français achète en moyenne 6 paires de chaussures par an ; une paire sur deux est un modèle de sneakers. Or, la chaussure est devenue un consommable jetable comme les autres. 300 millions de paires de chaussures sont ainsi jetées chaque année en France, alors que beaucoup d'entre elles, souliers comme sneakers, peuvent être réparées. Rien qu'en France, le nombre d'artisans cordonniers est passé de 45 000 dans les années 50 à seulement 3 000 aujourd'hui.

Ces cordonniers entendent se mettre au diapason de leur époque et de ses possibilités technologiques sans pour autant faire de concession sur l’amour du beau geste et de la qualité. Cette cordonnerie nouvelle génération s’approprie ainsi le e-commerce en mettant en place de nouveaux cérémoniaux adaptés aux souliers mais aussi aux sneakers et aux produits plus techniques comme les chaussons d’escalade et les chaussures de sécurité. Les articles de maroquinerie ne sont pas oubliés.

Jeune pousse et savoir-faire multigénérationnel

C’est notamment le cas de l’entreprise Galoche & Patin qui se positionne comme un service de cordonnerie 100 pour 100 numérique, et qui a été créée au printemps 2020 par Sébastien Matykowski et Henri de la Porte, deux entrepreneurs amoureux de la belle chaussure. En un clic, l’entreprise offre un service de collecte à l’endroit de son choix sur rendez-vous, et restitue les chaussures réparées (ressemelage, talons, glissoire) et entretenues (cirage, teinture, glaçage) où et quand on le souhaite. Le service est national : toutes les livraisons se font en vélo ou scooter électrique sur Paris et la première couronne ; via messagerie UPS sur le reste de la France. Quelques tarifs indicatifs : une pose de pantin coutera 24 euros, l’entretien d’une paire de sneakers (nettoyage à l’aide d’un générateur de vapeur professionnel, assainissement à l’ozone, cirage et ressemelage) s’offrira pour 35 euros.

Cette aptitude à utiliser les nouvelles technologies se s’applique par qu’aux jeunes pousses. C’est ainsi qu’une entreprise familiale fondée en 1945 par Jean Valverde a décidé en 2017 de prendre le virage du net en lançant le site moncordonnier.com.

Sébastien Valverd, petit fils du fondateur, est à l’origine de cette initiative qui avait pour justification de maintenir un savoir-faire familial. Après ses études d’ingénieur en chimie, il parvient à convaincre sa sœur Aurélie, son père et son oncle de le rejoindre dans cette aventure. Le site propose tous les services offerts par un cordonnier, mais à distance. Les réparations sont effectuées dans l’atelier à Aubagne. Plusieurs modalités d’expédition sont proposées sur le site. Le reste : un travail de qualité effectué sous 72 heures maximum. Une conjugaison de savoir-faire multigénérationnel et d’agilité digitale que l’entrepreneur espère développer en s’installant au cœur des villes dans des kiosques et en développant de nouveaux partenariats.