• Home
  • Actualite
  • Mode
  • La société Vaincourt entame un nouveau chapitre de son histoire

Mode |INTERVIEW

La société Vaincourt entame un nouveau chapitre de son histoire

By Julia Garel

15 févr. 2021

Le lancement, le développement accéléré ou la renaissance d’une marque de mode en période de pandémie n’est pas une mince affaire. C’est pourtant le pari de la société Vaincourt, rachetée début 2020, juste avant le premier confinement par Luc Perramond notamment - fondateur d’un cabinet de conseil de luxe et anciennement chez Tag Heuer mais aussi directeur général de La Montre Hermès, puis PDG Ralph Lauren Watch & Jewelry Co. Née en 2011, la marque est spécialisée dans la fabrication et la vente de ceintures haut de gamme. Elle compte aujourd’hui tripler le nombre de ses points de vente multimarques et entame, à l'aube de ses 10 ans, un nouveau chapitre de son histoire.

À sa direction : Sophie Gachet. La nouvelle directrice est notamment passée chez Korloff, Louis Vuitton et Tag Heuer et compte bien donner à Vaincourt un nouveau souffle. Pour nous expliquer la nouvelle stratégie de la marque, Sophie Gachet a accepté de nous parler des défis à relever et des changements à opérer.

Vous avez pris la direction de Vaincourt en Septembre 2020. Quels évolutions ou changements avez-vous opérés ?

Mon objectif est de développer Vaincourt, ceintures pour Femmes et Hommes fabriqués dans la tradition maroquinière française d’artisanat de luxe. Nous avons conservé le cœur de collection qui est remarquable notamment par ses corsets. Ce style parisien, contemporain mais jamais dépassé correspond bien aux valeurs du moment : plutôt un produit luxueux, made in France et durable qu’un accessoire de fast fashion. Plutôt une boucle en laiton fabriquée à Paris qu’en plastique à l’autre bout de la planète. Plutôt de petites quantités au plus près des commandes qu’un surstock vite obsolète. Plutôt des tanneries locales, vertueuses sur l’usage des peaux d’animaux de la filière alimentaire, en termes de consommation d’énergie et de matières chimiques.

Toutes ces valeurs sont celles de Vaincourt depuis la création et nous n’avons pas l’intention de les changer, au contraire, nous souhaitons les faire connaître et les prolonger : par des packagings à moindre empreinte écologique, par des nouveautés dont le style est à la fois imaginatif et durable, etc.

Je souhaite rendre la marque plus visible sur les réseaux sociaux : nous avons ouvert le e-commerce en octobre dernier et animons plus régulièrement notre communauté. Nous souhaitons aussi être plus présent à l’international, aux États-Unis où les clients mode initiés recherchent ce style à la française, en Asie où l’on requiert la qualité parfaite dans les moindres détails, au Moyen Orient où par tradition nos clients sont plus friands d’accessoires mode que partout ailleurs….

Avez-vous carte blanche ? Et quels sont vos objectifs ?

Avec mes actionnaires principaux qui ont une solide expérience du luxe, et avec lesquels j’ai pu travailler dans le passé, nous sommes en phase sur les directions à prendre. Nous échangeons régulièrement nos idées et le mode agile de notre équipe à taille humaine est très gratifiant.

La conjoncture ne nous a pas aidés l’année dernière… Cette année, nos objectifs sont de tripler le nombre de points de vente multi-marque physiques et d’être présents sur trois plateformes majeures de mode.

Quels défis ou difficultés présente la reprise d’une marque comme Vaincourt ?

Le défi principal est la conjoncture qui ne permet pas de rencontrer nos détaillants internationaux dans les grands salons comme par le passé. Nous contournons cette difficulté en nouant des accords avec des représentants locaux.

Le deuxième défi est de toujours maintenir nos critères de qualité et savoir-faire, nous sommes très proches de nos artisans au quotidien, ils font d’ailleurs partie intégrante du processus de développement des nouveautés.

Quels domaines et quelles actions recouvrent la nouvelle stratégie de digitalisation de Vaincourt ?

Nous développons les ventes par internet tout en maintenant un lien physique avec nos clients dans notre showroom à Paris près de la Madeleine. Nous avons redéfini le champ artistique de notre brand content et sommes en recherche des ambassadeurs de la marque qui vont porter nos couleurs dans chaque pays clef. Avis aux amoureuses des ceintures audacieuses et élégantes, prêtes à porter nos plus beaux corsets !

Quel est aujourd’hui le réseau de distribution de la marque ? Va-t-il évoluer ?

Il est aujourd’hui B to C dans notre Showroom Parisien et sur Internet : nous avons une communauté de fidèles qui nous suivent parfois depuis plus de 10 ans. Et B to B avec un réseau français, américain, européen et asiatique. Nous souhaitons développer plus intensément l’Asie et le Moyen Orient. Nous souhaitons conserver un esprit luxe et une belle proximité avec le client final : nos meilleurs partenaires sont des passionnés, capables de transformer une silhouette avec un choix juste de ceinture et d’entraîner leurs clients autour de la magie de l’artisanat maroquinier.

Globalement, quelles sont les ambitions de la société Vaincourt ?

Nous sommes un des rares spécialistes de la ceinture de luxe made in France. Notre ambition est d’être reconnus mondialement pour cela et pour notre style élégant, contemporain et durable.

Dans les mois à venir, quelle sera l’actualité de Vaincourt ?

Nous sommes dans la phase de développement des nouveautés automne/hiver 2021- 2022, si tant est que cette saisonnalité soit vraiment pertinente pour des ceintures…dans tous les cas, restez en veille, nous vous promettons de nouveaux corsets, des ceintures stylées et des boucles inattendues !

Crédit : Vaincourt, portrait de Sophie Gachet.