• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Les collaborations réussies : pilier du succès d'Uniqlo

Mode

Les collaborations réussies : pilier du succès d'Uniqlo

By Herve Dewintre

4 mai 2021

Uniqlo a visiblement trouvé la recette qui fonctionne. Le groupe japonais de prêt à porter figure parmi les plus résistants de son secteur face à la pandémie de coronavirus. Les ingrédients de cette résilience résident d’une part dans une présence renforcée de la marque en Chine (800 magasins en Chine continentale) et au Japon, deux pays où les ventes et les résultats ont dépassé les prévisions ; et d’autre part dans la valeur des produits et de l’image de marque.

Cette image de marque est largement exaltée par un flux ininterrompu de collaborations cohérentes et significatives. Ces dernières semaines se sont ainsi succédées les annonces de co-branding avec Animal Crossing (un jeu qui a connu un grand succès durant le premier confinement) League Of Legends (autre jeu vidéo à connotation plus épique), Jil Sander, Paul & Joe, ou encore JW Anderson : des associations clairement destinées aux personnes férues de mode-créateur. A chaque collaboration, un public bien défini et un territoire clairement identifié.

Un bond de 23 pour cent au premier semestre

La dernière collaboration en date sera disponible le 14 mai : une ligne pensée pour le plein été. Elle est réalisée avec la marque Theory. La narration créative est d’une remarquable efficacité : d’un côté une philosophie lifewear de la marque star de Fast Retailing - une philosophie se développant autour des concepts de simplicité, de fonctionnalité, de qualité au service de vêtements conçus pour faciliter le quotidien – et de l’autre la caution contemporaine d’un label sophistiqué au cachet mode et urbain.

Parka utilitaire avec fonction de déperlance, polos et t-shirts qui gardent la sensation de fraicheur, pantalons et robes "Ultra Light Stretch": une ligne de 21 pièces, chics et techniques, autant destinée à être vendue qu’à galvaniser un prestige à peine écorné par les plaintes récentes déposées par des ONG contre Fast Retailing: celles-ci soupçonnent en effet le géant japonais d’avoir profité du travail forcé des Ouïghours dans la province du Xinjiang. Pas de quoi non plus abimer des résultats étincelants : le groupe japonais a en effet relevé en avril sa prévision de résultat opérationnel annuel après un bond de 23 pour cent au premier semestre. Lors des six premiers mois de son exercice clos fin février, le résultat opérationnel du groupe a atteint 168 milliards de yens (1,3 milliard d'euros) contre 136,7 milliards un an plus tôt.

Crédit photo : Uniqlo