Les étiquettes des vêtements sont-elles aussi transparentes qu'elles le prétendent ? Cinq astuces pour le vérifier

Tout le monde parle de transparence dans l'industrie de la mode, mais est-ce une réalité ? Les étiquettes sur les vêtements, par exemple, les petits objets gênants qui grattent le cou ou le bas du dos. Ils sont utiles et sont la première source d'information pour un client potentiel dans le magasin (à moins qu'il n'ait déjà trouvé des informations en ligne auparavant). Mais quelle quantité d'informations révèlent-ils réellement lorsqu'il s'agit du pays de production, des fournisseurs et d'autres informations ? Lors d'un contrôle informel, FashionUnited a examiné les étiquettes de vêtements de marques de mode dans un centre commercial standard en Europe. Voici les résultats de ces recherches dans cinq cas de figure.

Le test de la vue

La première réalisation : Veuillez emporter une loupe ou des lunettes, car la plupart des étiquettes sont imprimées en si petits caractères que même les clients ayant la meilleure vue auraient des difficultés à les déchiffrer. L'une des exceptions était les vêtements de Superdry - les étiquettes de la marque étaient lisibles même sans lunettes ; sinon, il n'y a pas de points pour les marques ici.

Le jeu de recherche

Beaucoup de texte mais peu d'informations. C'est ce que les étiquettes ont révélé. Beaucoup de choses pourraient être lues, mais la question pour la plupart des marques serait : où sont les informations pertinentes sur le pays de production ? Parce qu'il faut le chercher, parmi les instructions d'entretien, les adresses de l'entreprise, etc. Encore une fois, la marque n'a pas caché cette information, mais a fièrement affiché "Made in" sur une étiquette supplémentaire apposée sur le col. Orsay également - bien que la marque place cette information sur l'étiquette d'entretien, au moins elle est bien en évidence sur la première page (oui, les étiquettes d'entretien sont comme de petits livrets avec plusieurs pages). Sinon, pas de points pour les marques ici non plus.

Les étiquettes des vêtements sont-elles aussi transparentes qu'elles le prétendent ? Cinq astuces pour le vérifier

Le test de langue

La plupart des marques ne cachent pas seulement les informations sur le pays de production sur l'étiquette d'entretien, qui peut se coudre sur le côté et dont l'inspection attentive provoque la suspicion du personnel en magasin - mais elles peuvent aussi être cachées parmi les mêmes informations écrites dans de nombreuses langues, souvent des dizaines. Aussi utile que cela puisse être si l'on veut apprendre une langue étrangère, c'est surtout agaçant quand on veut juste trouver rapidement des informations sur le "Made in". Pas de points ici non plus.

Le test de géographie

Quel était votre niveau en géographie à l'école ? Parce que vous aurez besoin de toutes vos connaissances pour examiner les étiquettes des pays producteurs - de B pour le Bangladesh à V pour le Vietnam - sans oublier la Chine, l'Inde, le Cambodge, le Maroc, le Myanmar, la Serbie, le Sri Lanka, la Tunisie et la Turquie. Et c'était juste une liste de vêtements trouvés dans un centre commercial standard - ce qui signifie qu'elle n'est pas exhaustive.

Pour être juste, il convient de mentionner ici que le pays de production seul n'est pas un indicateur des conditions de production. En Chine, par exemple, les salaires des travailleurs de l'habillement ont augmenté au cours des cinq à dix dernières années, atteignant souvent un salaire décent. Et il y a des usines de confection avec d'excellentes conditions de travail et d'excellents salaires dans le monde entier. Bangladesh, Inde, Pakistan, etc. Mais quand on prend des valeurs différentes comme le pays de production et le prix (voir ci-dessous) ensemble, alors l'étiquette est un bon indicateur : Si un t-shirt fabriqué au Bangladesh coûte 2,99 euros, alors on peut deviner les conditions de production et savoir qu'il n'y a pas de marges au vu de la période et de la pression sur les prix.

Le test du détecteur de mensonges

FashionUnited n'avait pas de détecteur de mensonges, bien sûr, mais nous n'avions pas de scrupules à regarder le vêtement de près et trouver toutes les étiquettes, même les plus inaccessibles. Particulièrement maligne: Pilini. La marque a essayé de berner les consommateurs avec des étiquettes - écrites à la main - qui promettaient des produits "entièrement made in Italy" (même pour les t-shirts, ce qui devrait éveiller les soupçons des clients les plus naïfs ou bien intentionnés). Un examen plus approfondi de l'étiquette d'entretien a révélé : "Made in PRC" - Chine. Certaines marques tentent d'éviter le problème des étiquettes qui désignent le design au lieu de la production, "Designed in Italy", par exemple, ou "Crafted in France". Et pourquoi pas, "Conceptualisé dans ma salle de bains en Toscane" ? Mais plus sérieusement : Il est nécessaire de lire attentivement les étiquettes.

Les étiquettes des vêtements sont-elles aussi transparentes qu'elles le prétendent ? Cinq astuces pour le vérifier

Le contrôle du prix

S'il y a une information facile à trouver, c'est bien le prix. Il peut être situé le plus souvent sur l'étiquette d'accrochage attachée au col ou à la taille. Ou parfois, il s’impose sur des pancartes de couleur néon dans le magasin : "trois pour 19,99 euros", "t-shirts : 4,99 euros", "obtenez-en 3, achetez-en 2" ou quelque chose comme ça. Lorsqu'il s'agit de prix de dumping - surtout lorsqu'il ne s'agit pas d'une vente saisonnière - il faut être prudent car il ne reste pas non plus d'argent pour les marges bénéficiaires ici ; surtout pas d'argent qui pourrait être réinvesti dans de meilleurs salaires et conditions de travail pour les travailleurs du vêtement.

Conclusion : Il faut bien regarder quand on achète des vêtements ! Les consommateurs devraient investir du temps, en tout cas pour lire attentivement les étiquettes, lorsqu'ils veulent faire un choix éclairé. Ou cibler les vêtements des marques et des détaillants qui commencent par la transparence des étiquettes elles-mêmes, par exemple les marques de mode allemandes HUND HUND ou la société de mode suédoise ASKET (à ne pas confondre avec Arket), qui mentionne le pays de production pour chaque pièce d'un vêtement comme les boutons, le fil, le tissu, etc.

Les étiquettes des marques suivantes ont été choisies au hasard : Esprit, Guess, Housebrand, LC Waikiki, Mango, Marc O'Polo, Orsay, Pilini, Sinsay, Superdry, Tally Weijl, Tezenis et Tom Tailor. Elles ont été sélectionnées sur la base d'une visite d'un centre commercial choisi au hasard dans une ville européenne de taille moyenne, et ne visent donc pas à être exhaustives.

Cet article a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

Photo de la page d'accueil par Henry & Co. de Pexels, d'autres par FashionUnited.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS