Milan Fashion Week : Versace, le plus "instagramable" possible

Milan - Le troisième jour de fashion week milanaise s'est achevé avec le spectacle très attendu de la marque italienne Versace qui a présenté sa première collection co-ed (mixte homme-femme) automne-hiver.

Le glamour était au rendez-vous et les créations de Donatella Versace donnaient à voir sa mode sexy et forte, croisement entre la working girl et l'officier.

Des vestes structurées cintrées, les jupes de jour au genou, contrastent avec le pied de poule et le tartan rouge. Les silhouettes des hommes en imposent. Les motifs animaliers semblent pixilisés, numérisés. Comme l'est d'ailleurs Donatella elle-même dont l'image est reproduite à l'infini en ouverture et en clôture du défilé.

La marque avait pris soin de peaufiner ses décors et son podium pour être le plus "Instagramable" possible.

Jennifer Lopez

En face des invités des écrans géants diffusaient les images en miroir du public lui même. Impossible de ne pas tomber dans la tentation narcissique du selfie, recette parfaite pour la course aux hashtags et aux publications sur les réseaux sociaux.

Lors de la dernière saison, en septembre, la présence surprise de l'actrice et chanteuse américaine Jennifer Lopez en guest star sur le podium avait fait exploser les compteurs de réputation et de publications sur les réseaux sociaux de la marque qui a cumulé 3,7 millions d'interactions sur les cinq jours de Semaine de la Mode, avec un pic le jour du défilé.

Dans l'après-midi, la maison Marni avait transformé son podium en tanière du lapin d'Alice au Pays des Merveilles avec son créateur Francesco Risso affublé d'un immense masque de lapin pour le salut final d'une collection très artistique (tapisseries vénitiennes, toiles brulées et recousues de l'artiste Burri).

"Nous avons travaillé pour trouver la beauté dans les éléments délaissés et abandonnés et créer à partir de cela des mosaïques, des collages", a déclaré le styliste en coulisses.

Dolce & Gabbana

Les créateurs Domenico Dolce et Stefano Gabbana n'ont pas souhaité faire de déclaration officielle sur la crise italienne du coronavirus préférant s'exprimer à travers leur collection dédiée à la tradition artisanale italienne du "fatto a mano" (fait à la main).

Une centaine de looks ont défilé pour rendre hommage aux couturières, aux brodeuses, aux tricoteuses, aux dentelières, aux cordonniers, aux cravatiers qui constituent le socle du savoir-faire Made in Italy.

La maille était la grande vedette de la collection, littéralement appliquée de la tête au pied: du turban de laine aux chaussures tricotées, en passant par des pull-overs, des gilets, des tops, des manteaux, des vestes, des jupes, des pantalons en maille en nid d'abeille, tressée, bouclée, frangée. Du noir au blanc avec pour cette saison, peu de motifs, juste l'apparition de roses rouges appliquées sur une chemise en popeline ou le revers d'une veste. (AFP)

Image credit : Carmen González for FashionUnited

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS