Mode à Milan: retour aux sources chez Bikkembergs et Ferragamo, à la simplicité pour Prada

Pour sa première collection chez Dirk Bikkembergs, le Britannique Lee Wood a présenté, dimanche à Milan, une garde-robe revenue aux fondamentaux de la griffe tandis que le Français Guillaume Meilland est allé puiser aux origines de Salvatore Ferragamo.

La griffe centenaire Prada est quant à elle revenue aux choses simples avec une collection automne-hiver 2017-2018 qui fleure bon l'authentique. "Mon travail est de repositionner le style de la marque de façon à la rendre très reconnaissable", à expliqué à l'AFP Lee Wood, qui a repris l'an passé les rênes de la marque belge Dirk Bikkembergs. "A mon arrivée, j'ai étudié l'histoire de la maison puis j'ai choisi la direction que je voulais prendre mais sans regarder trop loin devant parce que le monde change très vite aujourd'hui", ajoute le designer de 45 ans passé par l'équipe créative de Versace.

Mode à Milan: retour aux sources chez Bikkembergs et Ferragamo, à la simplicité pour Prada

Sa collection homme pour l'hiver prochain revient à un style plus essentiel, qui s'écarte de la traditionnelle tonalité sportive de Bikkembergs, sans l'abandonner totalement. Fondateur de l'enseigne en 1988, le styliste belge Dirk Bikkembergs s'est rendu célèbre par sa capacité à réunir l'univers de la mode et celui du football. Avec Lee Wood, les mots d'ordres sont "vérité, masculinité et autorité". Les coupes sont nettes et les silhouettes clairement d'inspiration militaire. Le vestiaire est destiné à "un homme urbain et le style militaire se connecte très bien avec le sportswear", explique Lee Wood.

L'homme Bikkembergs porte des pulls de laine près du corps renforcés aux coudes, des chemises style aviateur, des parkas ou des manteaux croisés aux poches surdimensionnées. Cachemire, laine, nylon ou coton dominent les matières dont les teintes vont du noir au blanc en passant par le kaki, le marine ou le camel.

New-York des années 20

Pour sa première collection chez Salvatore Ferragamo, le Français Guillaume Meilland a puisé dans l'histoire de la griffe. Le trentenaire a imaginé le jeune Salvatore Ferragamo dans les années 1920 à son arrivée à New-York, vêtu de complets souples et élégants qui contrastaient avec les tenues plus strictes portées par les Américains. Salvatore Ferragamo avait été le chausseur des stars du cinéma de l'époque, de Greta Garbo à Ava Gardner en passant par Katharine Hepburn ou Gary Cooper.

Mode à Milan: retour aux sources chez Bikkembergs et Ferragamo, à la simplicité pour Prada

De cette histoire, Guillaume Meilland - passé par Vuitton, Yves Saint Laurent et Lanvin - a tiré des silhouettes à la fois classiques et contemporaines, certaines longues et structurées, d'autres plus amples et souples. Il décline le classique manteau long à larges revers en velours, tissu écossais ou jacquard dans des teintes grises ou camel. Les pulls à grosses mailles, à col roulé ou à zip, sont rentrés dans le pantalon, parfois portés sous un spencer à fines rayures. Les costumes sont cintrés et près du corps. Pour affronter les frimas de l'hiver prochain, Guillaume Meilland a aussi prévu un blouson aux broderies de couleur ou un caban à rayures en peau et mouton.

Prada en mode modeste

Chez Prada, c'est le besoin de simplicité qui prédomine dans une collection automne-hiver 2017-2018 à base de peau et de velour. "Après une série de défilés grandioses et complexes, exagérés, j'ai ressenti le besoin de faire l'opposé, d'être simple, humaine, modeste", a confié la styliste Miuccia Prada, 67 ans, qui dirige le groupe fondé par son grand-père en 1913.

Mode à Milan: retour aux sources chez Bikkembergs et Ferragamo, à la simplicité pour Prada

Resultat: des vestes et des manteaux en peau ou en tweed portés sur des chemises ou des pulls en "V". Pour les garçons, les pantalons sont longs au point de recouvrir les bottines en poils. Pour les filles, qui défilaient avec eux, les jupes en peau ou tweed s'arrêtent au genou et sont parfois fendues sur le devant. Simplicité aussi dans les blousons en velour côtelé, les pulls angora ou à motifs losange associés à des colliers kitsch en bois ou coquillages.

Dans la matinée, c'est le Toscan Federico Curradi qui avait fait son entrée dans la fashion week avec une collection inspirée des années punk, "période où l'on cherchait à s'exprimer en customisant les vêtements", a expliqué le styliste de 41 ans en marge de son défilé. Dans sa garde-robe, pull-overs lâches et à franges, manteaux style "peignoir" ou chemises écossaises côtoient des parkas ou des sweats ultra-larges. (AFP)

Photos: Catwalkpictures