Mode à Milan: retour vers le futur pour la marque Krizia, désormais chinoise

La griffe italienne Krizia célébrait dimanche sa "renaissance" aux mains de sa nouvelle patronne, la Chinoise Zhu Chongyun, avec une collection inspirée du nébuleux film soviétique "Solaris" d'Andreï Tarkovsky, dans lequel s'entrelacent le passé et l'avenir.

Aujourd'hui nonagénaire, la styliste italienne Mariuccia Mandelli avait cédé début 2014 sa marque Krizia, une référence historique du Made in Italy, à la compagnie chinoise de prêt-à-porter Shenzhen Marisfrolg, fondée dans les années 1990 par Zhu Chongyun. Celle-ci, devenue la directrice artistique de la marque, présentait dimanche sa toute première collection dans les locaux milanais de Krizia, dans le cadre de la semaine de la mode.

Pour Zhu Chongyun, 51 ans, il s'agit "d'un nouveau départ" pour Krizia, qu'elle a largement réorganisée et dotée d'une équipe multinationale de jeunes designers. Sa collection a bénéficié d'une présentation atypique: dans la pénombre d'un grand espace décoré de manière futuriste, six cocons de résine de verre symbolisant la "métamorphose" ont accueilli les mannequins, qui se sont ensuite avancées sur l'iris d'un grand oeil de verre.

En fond sonore, des extraits de dialogues en russe de "Solaris" ont alterné avec de la musique elle aussi d'avant-garde. Les vêtements, quoique très différents des précédentes collections, reprennent des éléments-clé de l'ADN de la marque comme le plissé ou la référence à la panthère, s'adressant à une "femme forte, indépendante et fière comme un félin dans l'expression de son identité". La créatrice a expliqué "ne pas avoir cherché à combiner les cultures chinoise et italienne (...). Krizia est avant tout italienne et internationale, elle ne pourra jamais être chinoise, donc je n'ai pas cherché à y introduire des éléments chinois ou orientaux".

La référence au film "Solaris", primé à Cannes en 1972 et dans lequel les occupants d'une station spatiale sont hantés par des visiteurs surgis de leur passé, vise à "maintenir la tradition de Krizia, tout en étant contemporain et en suivant les tendances d'aujourd'hui, d'où des choix très modernes, très futuristes. C'est une combinaison entre le passé et l'avenir", a-t-elle déclaré.

Mais les références cosmiques n'empêchent pas la société Krizia de garder les pieds sur terre, en ouvrant son tout premier magasin à Milan en juin, dans le quartier huppé dit "quadrilatère de la mode". D'autres ouvertures devraient suivre en Chine,selon Zhu Chongyun. (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS