Paris Fashion Week : Vivienne Westwood imagine un workwear Belle époque

Paris - Le bleu du travail a inspiré la marque britannique Vivienne Westwood pour une collection de tenues de ville et de robes Belle époque présentée samedi à Paris à l'Hôtel de ville, un des hauts lieux de l'histoire de France.

Monde ouvrier et Belle époque

"Ce lieu du défilé est très important pour moi. C'était mon rêve de longue date de montrer une collection ici", a déclaré à l'AFP Andreas Kronthaler, créateur autrichien de la marque et compagnon de Vivienne Westwood, présente au premier rang pour le défilé.

Combinaisons, manteaux et bombers, tuniques et collants pour femmes et hommes pour l'automne-hiver 2020-2021 sont déclinés dans des nuances proches du "bleu de Prusse", découvert accidentellement au début du XVIIIe siècle et devenu depuis prédominent pour teindre les vêtements professionnels, et un marqueur social de la classe ouvrière.

Au fil du défilé, les silhouettes s'éloignent du monde ouvrier et se rapprochent de la Belle époque avec des corsets et chapeaux improbables.

La top Bella Hadid arbore une robe à corset avec des manches en maille bleu avant de clôturer le défilé enveloppée d'une longue robe blanche à manches bouffantes avec une épée sur la ceinture et descendre saluer Vivienne Westwood.

Pour Andreas Kronthaler, "des gens sauvages qui s'habillent de manière folle chassent" les mauvais esprits de l'hiver et on a donc "besoin en ce moment" de telles tenues.

Côté chaussure, on garde les pieds sur terre avec des bottes de pompiers ou des baskets montantes fabriquées en nylon et cuir recyclés en collaboration avec la marque allemande Buffalo.

Pour un look plus habillé, on opte pour les escarpins ou sandales couverts de cristaux Swarovski de la marque londinienne Gina.

Connu pour ses engagements écologistes, le styliste qui avait fait dans le passé des collections "100 pour cent durables" confie que celle-ci ne l'est qu'à 80 pour cent.

"J'essaie d'utiliser des stock invendus ou de teindre des tissus. Cette fois, je n'ai pas pu résisté" pour commander certains tissus neufs "parce que j'en avais envie". (AFP)

Photo : Lucas BARIOULET / AFP

 

Related Products

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS