Pierre Cardin: "Nous avons tué le luxe et c'est de la faute aux riches!"

Son aura, sa vieillesse et ses yeux larmoyants impactent les journalistes dès son arrivée à la conférence. Ce matin, lors de la présentation de « Dorian Gray » - sa nouvelle oeuvre de théâtre qui fera office ce soir de coup d’envoi de la 080 Barcelona Fashion (week)- Pierre Cardin a livré quelques impressions concernant le monde « apocalyptique » dans lequel on vit.

Il dénonce un vrai désordre social et un manque de cohérence vis à vis de la politique : «Ce ne sont pas Trump ou Le Pen qui vont refaire le monde ! », s’exclame-t-il. Côté mode, il la trouve de plus en plus pauvre avec le port constant des jeans. « Cette mode pauvre c’est nous qui la créons, même ceux qui font du jeans et qui considèrent ce vêtement comme un élément riche! Ils ont tout faux ! »

Cravaté comme à l’accoutumée, Pierre Cardin vit ses belles heures, l’oeil pourtant amusé malgré le contexte actuel et se revoit quand il était jeune : « Dans les années 60, j’étais un zazou, un excentrique à Vichy pendant la guerre, mais là je suis vieux et plus classique, je ne peux pas m’habiller comme quand j’avais vingt ans... Aujourd’hui la mode ne ressemble plus à grand chose et la couture se perd. À mon époque, Jacqueline Kennedy était le porte-drapeau de la mode. Grâce à elle, à son élégance et son style, les marques de couture et haute-couture créaient des emplois. Nous avons tout simplement tué le luxe et c’est de la faute aux riches s’il y a du chömage», confesse-t-il a la presse.

À 94 ans, le couturier français né dans la région du Venetto (Italie) et qui en réalité s’appelle Pietro Cardinini, rend compte de sa passion pour le théâtre « j’aime blaguer, je voulais être comédien puis finalement je me suis dirigé vers la mode et enfin c’est la mode qui m’a ramené vers le théâtre ». Accompagné par la troupe de Dorian Gray, son neveu le scénariste, le metteur en scène et les acteurs, Cardin s’amuse à retracer 54 ans de carrière dans le théâtre. «Je me souviens de mes débuts, place de la Concorde à Paris, dans un des plus beaux théâtres au monde. Le théàtre est merveilleux, il précède souvent la vie ou la reflète », dit-il.

« Une beauté sans pitié »

L’oeuvre musicale « Dorian Gray : la belleza no tiene piedad » (Dorian Gray : la beauté n’a pas de pitié)-une approche sur la peur de l’écoulement du temps inspirée de l’oeuvre d’Oscar Wilde et la corruption de l’âme créée par la société-, a déjà eu une premier représentation en août dernier à La Felice di Venezia. Elle inaugurera ce soir la 19ème édition de la 080 Barcelona Fashion au Théâtre Nationale de Catalogne (TNC) qui fera défiler 33 créateurs et marques au long de la semaine.

D’une durée d’une heure-et-demie, cette pièce est signée Rodrigo Basilicato, directeur artistique. Pierre Cardin, célèbre pour sa mode spatiale, sa robe bulle (ainsi que son Palais des Bulles) et ses originaux vêtements unisex des années 1960 est producteur et responsable des costumes : « mes acteurs vont presques nus avec des costumes inspirés du 18 ème siècle, car l’accent est mi sur leurs âmes et non sur la mode ».

En évoquant l’âme et la vieillesse, le couturier presque centenaire sourit allègrement en disant qu’il la vit bien, qu’il mange peu et bois beaucoup de vin blanc. « Je suis un homme heureux. Je n’ai pas créé ma propre famille, mais j’en ai eu plusieurs qui m’ont donné beaucoup d’amour. », conclut-il.

Photo crédit : Pierre Cardin, 080 Barcelona