Retour aux sources : Le Coq Sportif reprend son usine familiale française

Le Coq Sportif (LCS) semble se remplumer depuis une quinzaine d’années sous l’impulsion de la société d’investissement vaudoise Airesis. L’équipementier sportif fait aujourd’hui partie des marques engagées dans une mode plus respectueuse qui revoie sa stratégie de développement et sa production. La récente reprise de son usine historique à Romilly en France, lui a d’ailleurs permis de sauver des entreprises locales de teinture du fils et de tricotage et de réduire leur empreinte carbone sur des productions délocalisées hors de l’Hexagone. Jean-Philippe Sionneau, Directeur de Communication et des Relations Presse de la marque, nous explique ce retour aux sources.

Le Coq Sportif a repris son usine familiale à Romilly. Quels changements cela suppose-t-il?

Tout d’abord, nous devons repenser tout le système industriel et rapatrier le savoir-faire et la production des matières, soit le tricotage et la teinture, dans des usines partenaires à Troyes.

Nous allons aussi sourcer les composants en France et racheter tout le matériel permettant de produire (coupe, assemblage, décor…) et de ce fait, reconstruire un toit en France pour la marque.

Enfin, nous allons recruter du personnel qualifié, former de nouveaux arrivants et pérenniser le savoir-faire grâce à une transmission des compétences et des savoirs.

Vous travaillez avec des entreprises françaises...

Toutes les matières premières textile que nous utilisons sont fabriquées en France, ainsi que les chaussettes.

De plus, tous les éléments qui composent les produits sont sourcés ici, tels que les badges ou les rubans Bleu-blanc-rouge. L’assemblage, quant à lui, se fait principalement au Maroc.

Côté chaussures, nous avons également des sites de production en France.

Quels sont les avantages de produire localement ?

Nous ne produisons que ce dont nous avons besoin, donc nous réduisons le gaspillage des matières premières. Plutôt que de sur-produire en début de saison, nous utilisons le coton, l’eau de la seine et d’autres composants dont nous avons besoin.

Nous avons la possibilité de reproduire rapidement ; donc dès lors qu’il y a des signes de rupture en magasin, nous pouvons lancer une production.

Avez-vous des projets concernant la mode vegan ?

Oui, des chaussures bio à base de déchets de céréales sont en cours de fabrication et sortiront en 2020.

Le Coq Sportif devrait atteindre les 135 millions d’euros en 2019

Le Coq Sportif, attaché à son terroir, favorise aujourd’hui les circuits courts avec la relocalisation de la production en Europe sur son site français historique. Le retour du label dans le cyclisme, qui fabrique des maillots du Tour de France depuis 2012, contribue aussi à cette nouvelle éthique.

D’après ses pronostics, le Coq Sportif espère réaliser un chiffre d’affaires d’environ 135 millions d’euros en 2019, après avoir obtenu un bénéfice net de près de 900 000 euros en 2018.

Photo: Le Coq Sportif Facebook

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS