Robert Clergerie : les coulisses d’un lifting réussi

Nouvelle boutique en face de chez Colette, nouveau d.a et président mais aussi nouvelle agence de relations presse. Comment la griffe de chaussures de luxe française s’y prend t-elle pour passer à la vitesse supérieure ?

Lors de la dernière Fashion Week parisienne, Robert Clergerie présentait sa toute nouvelle collection Rive Droite. Une première pour la griffe fondée en 1981 plutôt habituée à la Rive Gauche et à la rue du Cherche-Midi où se trouve sa boutique showroom. Mais, depuis début 2017, la maison a décidé de faire bouger les choses. Décryptage en 6 points !

1. Une pointure du luxe comme nouveau président

Première étape : l’arrivée du Néerlandais Perry Oosting en avril 2017 qui est venu remplacer Eva Taub. Rompu aux arcanes du luxe, celui-ci a travaillé plus de 24 ans pour les griffes Bulgari, Prada ou encore Gucci avant de rejoindre l’univers de la haute technologie. Passé chez les mobiles de luxe Vertu, il a aussi réussi le challenge de faire revenir sur le devant de la scène les mythiques appareils photo Hasselblad. Sa mission chez Robert Clergerie : le repositionnement et l’internationalisation.

Robert Clergerie : les coulisses d’un lifting réussi

2. Un designer qui maîtrise la chaîne de production

Recruté par Perry Oosting, David Tourniaire-Beauciel a été nommé en mai 2017 en tant que directeur créatif pour succéder à Roland Mouret. « Je connais la marque depuis toujours ! Etant né à Romans sur Isère, toute ma famille a travaillé dans la chaussure dont mon père qui était mécanicien sur machine à chaussures. Dès l’âge de 7/8 ans, je l’accompagnais déjà chez Stéphane Kélian ou Charles Jourdan. J’ai grandi avec l’odeur du cuir et de la colle. » Pour cet amoureux de l’industrie de la chaussure, il était « important d’être présent en usine pour accompagner les équipes et recréer une connexion. » Passé chez Chloé où il restera 5 ans, il travaille ensuite 10 ans chez Maison Martin Margiela, suivront 3 ans chez Givenchy auprès de Riccardo Tisci, une expérience chez Stella McCartney ou encore 6 années chez Salvatore Ferragamo comme directeur du design des souliers femme. Aujourd’hui, il continue à œuvrer chez Balenciaga avec Demna Gvasalia qu’il a connu chez Margiela. En parallèle, David Tourniaire-Beauciel développe également ses propres collections éponyme et sport.

3. Des collections qui renouent avec l’ADN maison

« Proposer une nouvelle image qui respecte le passé », c’est en ces termes que David Tourniaire-Beauciel présente sa première collection pour Robert Clergerie. « L’homme a toujours privilégié le confort, la féminité et développé de nouvelles matières qui allaient dans ce sens comme le stretch ou le raphia ». Résultat : des lignes au style féminin/masculin mais avec des détails perceptibles au porté comme la semelle moelleuse à mémoire de forme ou encore le raphia mélangé aux fibres de coton pour plus de souplesse et de flexibilité. Le designer a également imaginé une nouvelle semelle plateforme articulée en bois pour des mules mais aussi la première paire de sneaker Robert Clergerie mêlants raphia, lycra et cuir ! Sans oublier le fameux derby cousu Goodyear, signature de la maison, rehaussé de clous. « Je suis ravi du résultat de la collection SS18 qui est juste un avant-goût du Clergerie des prochaines saisons », a déclaré Perry Oosting.

5. Des relations presse internationales

Enfin, indispensable à un développement à travers le monde, la griffe a choisi de faire appel à l’un des plus grands bureaux de presse de mode : Karla Otto. Implanté sur trois continents, celui-ci compte sept bureaux dans le monde (Milan, Paris, Londres, New York, Los Angeles, Hongkong et Pékin) et a accompagné les plus grands noms depuis ses débuts en 1982 telles que Jean Paul Gaultier, Prada, Marni, Jil Sander et aujourd’hui Céline, Givenchy ou Simone Rocha… Avec Karla Otto, Robert Clergerie se donne une visibilité accrue dans le monde entier aussi bien pour ses collections que pour l’ouverture de nouvelles boutiques.

Robert Clergerie : les coulisses d’un lifting réussi

6. De nouvelles ouvertures et un nouveau concept

Première pierre visible de ce renouveau : l’ouverture d’une toute nouvelle boutique parisienne au 326, rue Saint-Honoré (1er arrondissement), juste en face de chez Colette. Une adresse phare qui correspond à l'arrivée du nouveau visage de la griffe. « Cette ouverture est une étape importante pour nous, souligne Perry Oosting. Le lieu est l’un des meilleurs de Paris et donnera une visibilité internationale à Clergerie. » Design contemporain, jeu de contrastes de matières et de couleurs, viennent mettre en valeur les collections maison. Un concept sui sera dupliqué d’ici la fin de l’année sur Madison Avenue à New York, alors que l’adresse de la rue du Cherche-midi sera refaite à neuf d’ici peu. « Ces investissements majeurs montrent notre engagement et notre confiance dans le développement de la marque », conclue le PDG. Enfin, le site internet vient tout juste d’être refait. Un relooking à 360°.

Photos : La sneaker 326, collection hiver 2017 – Portrait de Perry Oosting et David Tourniaire-Beauciel – Nouvelle boutique Robert Clergerie rue St-Honoré.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS