Rodarte, très populaire à Hollywood, s'inspire de l'automne à la Fashion Week

Les soeurs Mulleavy, créatrices de la populaire griffe américaine Rodarte, sont imprégnées cette saison par les couleurs de l'automne auxquelles elles ont ajouté leur petite touche habituelle strass et flashy mardi à la Fashion Week de New York. Dans un décor de mousse et de petites branches, illuminée de néons orangés lui donnant un petit air d'octobre, s'est présentée une femme Rodarte avide d'air pur et de grandes balades, mais aussi prête aux expérimentations vestimentaires les plus folles.

Loin des "pattes d'eph" et autres coupes évasées très années 1970 que l'on retrouve beaucoup cette saison, les pantalons étaient ici gardés très près du corps en cuir marron ou noir très seyants. La taille est haute. Les fashionistas présentes au défilé, comme l'actrice américaine Tessa Thompson, ont aussi pu apprécier des faux shorts en cuir, courts à l'extrême, agrémentés de dentelles noires descendant jusqu'à la cheville. "C'est cool, n'est-ce pas! Mais ce ne sont pas des shorts, ce sont bien des pantalons", s'est amusée Laura Mulleavy, interrogée par l'AFP aux côté de sa soeur Kate en coulisses, à l'issue du défilé. Depuis la naissance de la marque en 2005, les créatrices ont su, par un style très personnel à la fois rock, sexy, féminin et très inspiré de l'Ouest américain, conquérir le coeur et les garde-robes de nombreuses stars, notamment à Hollywood.

Une inspiration que les soeurs Mulleavy trouvent dans l'observation de la nature

Associés à des blouses romantiques en dentelle à décolleté plongeant ou à col haut, aristocratique, ou à des cuissardes somptueuses pour femmes dominatrices en cuir de crocodile à lacet, ces secondes peaux annonçaient un automne-hiver 2015 riche et frivole, comme souvent chez elles. Là aussi, comme ailleurs, les mini-robes aux matières luxueuses ont tenu le haut du pavé, parées de strass, de sequins, de paillettes voire de plumes d'autruche. De gros imprimés de coquelicots sur fond de velours noir ou blanc apportaient aussi un petit élément végétal à la collection, avec pour la jeune fille branchée de Los Angeles, une coupe asymétrique qui leur donne ce petit côté rock et cool. De petits blazers ajustés et parkas en tweed rehaussées de cuir ou de fourrure étaient les autres stars du jour, préparant les femmes non pas à partir à la chasse, mais "à observer (...) leur environnement naturel", a expliqué Kate Mulleavy à un petit groupe de journalistes.

Quand on regarde la nature, "on observe parfois des juxtapositions de couleurs très intéressantes, que l'on aurait pas forcément imaginées", explique Kate Mulleavy. Un peu comme un "petit oiseau" dont les couleurs vives se détachent nettement mais avec grâce de son élément naturel. (AFP)

 

Related Products

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS