• Home
  • Actualite
  • Mode
  • SMCP et Shandong Ruyi : l'historique d'une relation mouvementée

SMCP et Shandong Ruyi : l'historique d'une relation mouvementée

By AFP

7 janv. 2022

Mode

Maje

Paris - Le groupe chinois Shandong Ruyi était devenu en mars 2016 actionnaire majoritaire de SMCP (Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac), pour en “accompagner le développement international”. Il pourrait en perdre le contrôle lors d’une assemblée générale vendredi prochain.

31 mars 2016 : arrivée de Shandong Ruyi

Le champion français du “luxe accessible”, qui rassemble à l’origine deux marques fondées par les soeurs Evelyne Chétrite (Maje en 1998) et Judith Milgrom (Sandro en 1984), change de main.

Jusque-là majoritairement détenu par ses dirigeants et le fonds américain KKR depuis 2013, SMCP passe aux mains de Shandong Ruyi Technology Group, un des plus grands fabricants de textiles en Chine dirigé par Yafu Qiu. . juin-octobre 2017: introduction en Bourse

Le groupe français introduit une part minoritaire de son capital en Bourse, à Paris. SMCP est valorisé 2,01 milliards d’euros à la veille de sa première cotation à Paris, le 20 octobre 2017. Le prix de l’action a été fixé à 22 euros. L’année suivante, SMCP franchit la barre symbolique du milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2018, grâce notamment aux marchés américain et asiatique.

Septembre 2018 : Topsoho emprunte 250 millions

Le 21 septembre, European TopSoho, le véhicule financier par lequel Shandong Ruyi contrôle SMCP et qui est enregistré au Luxembourg, lève un emprunt obligataire de 250 millions d’euros, une dette échangeable en titres et représentant environ 37% du capital social de SMCP. Ses créanciers sont les fonds BlackRock, Carlyle, Anchorage, Boussard et Gavaudan, réunis au sein de l’entité GLAS.

2019-2020 : Premiers nuages et Covid

Les troubles à Hong Kong pèse sur les ventes asiatiques de SMCP. Le groupe révise à la baisse fin 2019 un de ses objectifs financiers et son cours dévisse en Bourse. L’action vaut moins de 10 euros fin 2019. La propagation de l’épidémie de coronavirus, d’abord en Chine puis dans le monde, fait chuter les ventes de plus de 20 pour cent en 2020. Le groupe contracte deux prêts garantis par l’Etat (PGE), pour près de 200 millions d’euros.

Octobre 2020 : virage vers l’Asie

L’entreprise dévoile un plan stratégique, prévoyant de fermer une cinquantaine de points de vente en France pour prioriser l’Asie dont il souhaite faire son premier marché à l’horizon 2025, et augmenter ses ventes sur internet.

Juillet 2021 : enquête pour crime contre l’humanité

SMCP figure parmi quatre groupes ciblés par une enquête pour recel de crimes contre l’humanité, ouverte fin juin en France. Shandong Ruyi est accusé par une ONG australienne d’avoir implanté ses usines depuis 2010 dans le Xinjiang, où des Ouïghours sont soumis au travail forcé. Le groupe français a pour sa part assuré que sa chaîne d’approvisionnement est “totalement indépendante de celle de son actionnaire majoritaire”.

Octobre 2021 : échéance de l’emprunt

Les créanciers de Topsoho annoncent avoir acquis 29 pour cent du capital de SMCP pour se rembourser d’un défaut sur l’emprunt obligataire. Ils indiquent ne pas vouloir prendre le contrôle du groupe, mais le vendre à un tiers pour se rembourser.

Ils demandent aussi la convocation d’une assemblée générale pour révoquer du conseil d’administration l’ensemble des membres représentant European Topsoho et Shandong Ruyi.

Décembre 2021 : une AG convoquée

Le Tribunal de commerce de Paris donne raison aux créanciers du propriétaire chinois de SMCP, une AG sera organisée par un mandataire judiciaire désigné pour l’occasion, la date en est fixée au 14 janvier 2022. GLAS révèle que European Topsoho a vendu début décembre 16 pour cent du capital de SMCP - non concerné par l’emprunt obligataire -, à une société constituée aux Iles vierges britanniques et dont l’unique actionnaire était jusqu’en juillet dernier… la fille du patron de Shandong Ruyi, Chenran Qiu. Le tout, pour la somme d’un euro.

6 janvier : recours de Topsoho

European Topsoho assigne SMCP et GLAS devant le Tribunal de commerce de Paris, demandant l’”ajournement de l’assemblée générale des actionnaires”. L’audience est prévue lundi 10 janvier.

Shandong Ruyi
SMCP