• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Transparence dans l’industrie de la mode : des progrès encore trop lents

Transparence dans l’industrie de la mode : des progrès encore trop lents

By Julia Garel

9 juil. 2021

Mode

Photo : Gucci Facebook-Page

Alors qu’en Europe des mesures sont prises pour responsabiliser les entreprises sur les plans environnementaux et sociaux (obligations de reporting ESG, devoir de vigilance), Fashion Revolution continue d’analyser la responsabilité de l’industrie de la mode sur ces sujets. L’organisme vient ainsi de publier son rapport annuel : The Fashion Transparency Index 2021.

OVS et H&M, Timberland et The North Face en tête

Cette année, les marques jugées les plus transparentes sont l’italienne OVS, suivie par H&M, Timberland et The North Face. Toutefois, le rapport souligne que les progrès en matière de transparence sont encore trop lents chez les grands noms de l’industrie.

Manque de données significatives

Si beaucoup de grandes marques et de détaillants divulguent publiquement des informations sur leurs politiques, engagements et processus concernant les droits de l’homme et les sujets environnementaux, elles sont en revanche plus opaques pour ce qui est des critères d’évaluations et des impacts dus à leurs efforts. Fashion Revolution constate aussi un manque de divulgation publique chez toutes les grandes marques au sujet, notamment, de l’audit social de la chaîne d’approvisionnement, des salaires des travailleurs de la chaîne d’approvisionnement, des pratiques d’achat et de la syndicalisation.

Des progrès

The Transparency Index pointe toutefois une bonne nouvelle : « il devient de plus en plus courant pour les grandes marques de publier une liste de leurs fabricants de premier rang, ou le lieu de leur dernière étape de la production ». Des informations plus détaillées qui relevaient il y a encore dix ans d’un rêve irréaliste, fait remarquer le rapport.

D’autre part, 19 marques présentes dans l’Index de 2020 ont depuis divulgué, pour la première fois, leurs plus importants fabricants. Il s’agit notamment de Boohoo, Carhartt, Carrefour, Desigual, Dr Marten ou encore Ermenegildo Zegna, Fendi, Fossil, Gucci, JD Sports, Mango, Miu Miu, Nordstrom, Otto, Prada et UGG.

Les conséquences de la covid-19

De manière générale, les conséquences de la covid-19 sur les travailleurs de l’industrie de la mode restent cachées. 97 pour cent des marques n’ont pas publié le pourcentage de travailleurs ayant perdu leur emploi à cause de la pandémie.

L’un des impacts majeurs de la covid-19 dans l’industrie de la mode a été l’annulation des commandes des grandes marques et des détaillants. D’un point de vue financier, ces annulations ont bien entendu lourdement pesé sur les fournisseurs et les travailleurs. Mais seulement 18 pour cent des marques examinées ont divulgué des données relatives à leurs arrêts de commandes.

Discours de pacotille ?

Fait également intéressant : une majorité importante des grandes marques et de détaillants (84 pour cent) exigent une représentation des travailleurs chez leurs fournisseurs, mais seulement 7 pour cent d’entre eux intègrent cette représentation au sein de leur propre conseil d’administration.

Par ailleurs, avec les mouvements Black Lives Matter et Stop Asian Hate, de nombreuses marques de mode ont exprimé leur soutien à l’égalité raciale et ethnique. Mais Fashion Revolution constate que seulement 12 pour cent des marques publient leurs actions sur la promotion de l’égalité raciale dans leurs opérations, que seulement 16 pour cent des grandes marques divulguent la répartition des postes par appartenance ethnique, et qu’uniquement 2 pour cent publient des données sur l’écart de rémunération selon l’origine ethnique au sein de leurs chaînes d’approvisionnement.

The Fashion Transparency Index 2021 examine les données de 250 grandes marques et détaillants du secteur de la mode. Le rapport analyse et quantifie leur niveau de divulgation publique concernant les politiques, les pratiques et les impacts des droits de l’homme et de l’environnement au sein de leurs propres opérations et chaînes d’approvisionnement.