(publicité)
(publicité)
Un appel pour plus de parité dans la mode

L'industrie de la mode a beaucoup participé à l'émancipation des femmes. C'est une industrie qui repose sur le génie, l'innovation et la créativité. Elle eu la chance de voir naître certaines des femmes les plus marquantes de l'histoire. Bien qu’il semblerait évident que les femmes soient à la tête de grandes responsabilités dans de nombreux domaines, allant de chef d'entreprise à créateur, leur place reste, en réalité, relativement minime.

Dans l'état actuel des choses, la majorité des directeurs artistiques des maisons de luxe les plus importantes, sont des hommes. Cela ne veut pas dire que ces hommes ne sont pas talentueux ou sans mérite, bien au contraire. Cependant, dans une industrie où les femmes sembleraient devoir dicter les règles, ce n'est toujours pas le cas.

Un appel pour plus de parité dans la mode

Si nous regardons certaines des marques de luxe les plus connues au monde, comme Chanel, Gucci, Louis Vuitton ou Prada, on peut voir que trois de ces quatre maisons de mode ont des hommes à la tête de la création. La majorité des marques de luxe les plus célèbres sont principalement connues pour leur prêt-à-porter féminin, pourtant peu de femmes viennent à l’esprit lorsqu’on parle de mode.

Karl Lagerfeld pour Chanel, Nicholas Ghesquière pour Louis Vuitton, Raf Simon pour ses débuts chez Calvin Klein, Ricardo Tisci pour sa dernière collection avec Givenchy, Olivier Rousteing pour Balmain, Anthony Vacarello pour Saint Laurent et Dolce et Gabbana pour leur défilé de jeunes influenceurs. Voici les noms dont on a le plus parlés lors des dernières Fashion weeks de New York, Londres, Milan et Paris. Les quelques femmes qui ont réussi à faire parler d’elles étaient Miuccia Prada comme d'habitude, Maria Grazia Chiuri pour Dior et Rihanna pour Puma x Fenty.

Un appel pour plus de parité dans la mode

Cependant Rihanna reste un cas à part car elle était chanteuse avant d’être créatrice. Miuccia Prada a elle repris les affaires de son grand-père Mario Prada. Et tandis que Maria Grazia Chiuri occupe l'une des positions les plus convoitées dans l'industrie, elle a passé la majeure partie de sa carrière à travailler côte à côte avec Pierpaolo Picciolo. Dior représente ainsi son premier poste solo de grande envergure.

L'industrie de la mode connaît une pénurie de femmes dans les postes de création

Miuccia Prada et Maira Grazia Chiuri ont prouvé que leur talent était indépendant des hommes avec qui elles s’étaient associées en premier lieu et, heureusement, leur succès est reconnu en tant que tel. Cependant elles n'ont pas pu obtenir une reconnaissance directement par elles-mêmes et ont dû travailler plus dur que leurs homologues masculins.

Parmi les quelques autres femmes, placées à des postes importants au sein de marques de renom, nous pouvons citer Bouchra Jarrar chez Lanvin, Phoebe Philo chez Céline et Angela Missoni chez Missoni. Il convient également de noter que, comme Miuccia Prada, le poste d’Angela Missoni lui a été transmis par sa famille.

Un appel pour plus de parité dans la mode

Certes l'industrie de la mode est très compétitive mais il ne devrait pas être si difficile, pour une femme, de se retrouver à un poste de créateur d’une grande maison, sans qu’elle ait un lien familial ou qu’elle soit associée à un homme. Après l'élection de Donald Trump, l’industrie a immédiatement réagit en prenant la défense des droits des femmes. Le CFDA a créé un partenariat lors de la Fashion week, pour le Planned Parenthood, l’accès au planning familial. Prabal Gurung a imaginée une ligne entière de T-shirts, avec des messages comme « L'avenir est une femme » et « Les filles veulent juste des droits fondamentaux ».

Comment, alors, est-ce possible qu’il n’y ait pas plus de femmes aux postes prestigieux de directeur artistique ?

Pour commencer, dans une industrie, dominée par les femmes, les hommes ont plus de facilité à faire remarquer leur travail. Leur capacité à se démarquer simplement en étant des hommes est un exemple du privilège masculin.

De plus, les chefs de ces conglomérats internationaux de la mode, comme Richemont, LVMH et Kering, doivent jouer un rôle pour imposer cette parité. Pendant trop longtemps, ils ont permis aux hommes de dominer ces postes de création. LVMH a fait un premier pas en plaçant Maria Grazia Chiuri au poste actuel de directrice artistique de Christian Dior, et un deuxième avec Clare Waight Keller chez Givenchy.

Alors que les femmes occupent depuis longtemps des postes convoités dans d'autres domaines de la mode, comme Anna Wintour, rédactrice en chef de Vogue, une des personnalités la plus puissante dans le monde de la mode, ou Linda Fargo, vice-présidente et directrice de la mode féminine chez Bergdorf Goodman, qui a le pouvoir de lancer un créateur, les femmes manquent encore à l’appel.

Les jeunes femmes ne devraient cependant pas être découragées. N'oublions pas l'une des créatrices de mode les plus historiques de tous les temps et la seule créatrice de la liste des 100 personnes les plus influentes du 20ème siècle du magazine Time : Coco Chanel. Alors que Karl Lagerfeld est actuellement directeur artistique de la maison Chanel, c'est le nom de Gabrielle Chanel qui portera l'héritage et la légende de la marque, pour toujours.

Il appartient également aux écoles de mode de veiller à ce que leurs jeunes créatrices aient accès à de meilleures stages ou de mentorat. Ces problèmes ne se résolvent jamais en un éclair, mais à une époque où le futur est féminin, les jeunes femmes qui dirigeront demain ont besoin aujourd’hui de structures solides qui leur permettent de rester debout.

Cela n'arrivera pas d’ici la prochaine Fashion week, mais en préparant les jeunes femmes à devenir les prochaines directrices artistiques du prêt-à-porter de demain, et en donnant enfin aux femmes la possibilité de diriger les marques de luxe, la parité peut enfin exister demain.

Photo 1 and 2: Dior website, Photo 3: Bouchra Jarrar Facebook, Photo 4: Phoebe Philo Facebook