(publicité)
(publicité)
Joshua Schulman nouveau pdg de Coach

Coach Inc. a nommé un nouveau pdg pour Coach. En effet, Joshua Schulman sera le nouveau président et directeur général de la marque, à partir du 5 juin.

Dans un rôle nouvellement créé, il sera responsable de tous les aspects de la marque à l'échelle mondiale et rapportera à Victor Luis, pdg de Coach Inc. Joshua Schulman est actuellement président de Bergdorf Goodman et NMG International. Il quittera Neiman Marcus Group le 10 mai. WWD a annoncé la semaine dernière qu'il quittait le groupe Neiman Marcus pour un poste de leader dans une « société de mode multinationale ».

« Je connais Josh depuis de nombreuses années et j'ai toujours voulu le faire venir chez Coach. Il vit à travers notre industrie et apporte un mélange unique de construction d’image de marque et de vaste expérience dans le retail, ce qui en fait la personne idéale pour ce rôle nouvellement créé », a déclaré Victor Luis.

« J'ai été très impressionné par l'évolution de Coach sous la direction artistique de Stuart Vevers et sous le leadership de Victor Luis », a commenté Joshua Schulman. Il a hâte de travailler avec les « équipes mondiales talentueuses de Coach pour développer cette transformation, générant une croissance et une pertinence pour la marque emblématique dans les catégories de produits, les chaînes et les régions géographiques ».

La nouvelle structure de Coach est censée être une étape vers l'acquisition anticipée de Kate Spade & Co. La marque a également acquis Stuart Weitzman, en 2015. La société cherche à être plus axée sur le client et devenir une organisation multimarque.

Photo : Coach

Maurizio Pecoraro, présidera la section Mode Internationale de l'Istituto Marangoni

La prestigieuse école de mode, Istituto Marangoni, intègre un nouveau président pour la nouvelle section Mode Internationale, Maurizio Pecoraro. Sa mission sera d’encadrer les étudiants et les orienter pour créer leur projet de fin d’année.

Lui-même ancien élève de l’établissement, il a fait ses armes chez Versace et Valentino avant de lancer son propre label éponyme en 1998.

Dans le cadre de la fashion week de Shanghai le 13 abvril prochain, 15 étudiants issus du Centre de Formation de Shanghai présenteront leur collection à la presse et aux grandes entreprises de mode. Maurizio Pecoraro sera chargé de clôturer l’évènement avec la présentation de sa collection Automne/Hiver 2017-18.

Photo: Maurizio Pecoraro Website

Jenna Lyons quitte J.crew

Jenna Lyons quitte J.Crew, après 26 ans au sein de la société, a annoncé Business of Fashion.

«J'ai surpassé mes rêves les plus fous, de travailler avec une équipe aussi formidable, avec une marque incroyable et aux côtés de Mickey (Millard Drexler), l'un des visionnaires les plus talentueux de la vente », a déclaré Jenna Lyons dans un communiqué. « Je suis ravie du prochain chapitre pour J.Crew ainsi que de l'opportunité pour d'autres responsables créatifs au sein de l'organisation, d’avancer et de prendre de nouvelles responsabilités. Après avoir passé la plus grande partie de ma vie avec J.Crew, je ressens une immense fierté et un amour pour tous au sein de l'entreprise. »

Somsack Sikhounmuong sera promu responsable de la création

Le responsable actuel du prêt-à-porter femme de J.Crew, Somsack Sikhounmuong, qui est dans l'entreprise depuis 2001, sera promu responsable de la création, supervisant les équipes féminine, masculine et pour enfants, à effet immédiat.

Jenna Lyons a rejoint J.Crew en 1990. Avec le directeur général Millard Drexler, ils ont réussi à transformer J.Crew en un phénomène culturel, transformant la façon dont une génération d'hommes et de femmes américaines s'habille. En 2010, Millard Drexler l'a promue au rôle de présidente.

La société a été stimulée par la croissance de Madewell, qui a vu les ventes nettes en 2016 augmenter de 14 pour cent à 341,6 millions de dollars, avec des ventes comparables en hausse de 5 pour cent. Mais sa dette, de 1,5 milliard de dollars, déduction faite de l'escompte et des coûts de financement reportés, à la fin de l'année dernière, s'est révélée un fardeau. J.Crew a également un prêt renouvelable de 350 millions de dollars. Le détaillant aurait considéré une restructuration de la dette.

Photo : JCrew.com

Massimo Piombini nouveau pdg de Balmain

Massimo Piombini est le nouveau pdg de Balmain. Le groupe Balmain International SA a en effet annoncé qu’il avait accepté l'offre des actionnaires afin de diriger la maison de mode parisienne. Cela suit la décision du premier pdg, Emmanuel Diemoz, de quitter l'entreprise après plusieurs années.

Massimo Piombini, déjà membre du conseil d'administration de Balmain, est le directeur commercial mondial de Valentino depuis 2008 et a occupé divers postes supérieurs dans le secteur du luxe au cours des vingt dernières années. Au titre de pdg, il soutiendra le développement de la maison et accélérera sa croissance à l’internationale.

« Je suis ravi de cette occasion de faire partie de l'équipe de Balmain, car la marque est devenue un leader mondial dans le marché des produits de luxe », a commenté Massimo Piombini dans un communiqué. « Olivier Rousteing, le directeur de création de Balmain, a insufflé une passion remarquable au sein de la maison, supervisant la création d'un esprit et d'une silhouette singuliers et reconnaissables, tout en restant concentré sur sa mission de répondre aux besoins et aux désirs d'une génération nouvelle et diversifiée. »

Un travail main dans la main avec Olivier Rousteing

« C'est vraiment un moment passionnant pour Balmain », a ajouté Olivier Rousteing. « Il est évident que, avec l'arrivée de Massimo, la maison a tous les ingrédients nécessaires pour faire face aux nombreuses nouvelles aventures et défis qui nous attendent. Je suis impatient de travailler avec lui dans les semaines, les mois et les années à venir. Aujourd'hui, bien sûr, toute l'équipe de Balmain voudrait également déclarer combien nous devons à notre pdg sortant, Emmanuel Diemoz. »

Emmanuel Diemoz a rejoint Balmain en 2000, travaillant en étroite collaboration avec le président précédent de la maison, Alain Hivelin, qui a participé grandement au rajeunissement spectaculaire récent de la marque.

Créée en 1945 par Pierre Balmain, la maison a été dirigée par une série de créateurs forts. Olivier Rousteing, âgé de 25 ans, est arrivé à la tête de l'équipe de design de Balmain en 2011. Il est devenu l'un des plus jeunes talents jamais nommés pour diriger une maison de mode parisienne historique. Le groupe d'investissement Mayhoola a acquis 100 pour cent du contrôle de Balmain en 2016.

La maison a prévu la réduction de l'activité de gros de 80 pour cent à 55-60 pour cent au cours des cinq prochaines années et espère augmenter le nombre actuel de magasins de 16 à 30 à 35 magasins. En juin, Balmain ouvre une boutique à Los Angeles et prochainement à Miami comme le prochain.

Les autres plans de croissance incluent la construction de leur portefeuille de parfums après la résiliation anticipée de leur entente initiale de douze ans avec Inter Parfums SA.

Photo : Balmain

Alessandra Rossi nommée présidente hors saison de YNAP

Yoox Net-A-Porter a annoncé la nomination d'Alessandra Rossi comme présidente du groupe « off-season ». Elle succèdera à Luca Martines. Alessandra Rossi sera responsable de l'orientation stratégique de la division hors-saison, de Yoox et The Outnet.

« Je tiens à remercier Luca pour l’xcellent travail qu'il a accompli dans ses fonctions pour l'activité hors saison. Je suis heureux d'accueillir Alessandra en tant que contributrice clé de notre équipe de direction. La connaissance approfondie de l'industrie de la mode d'Alessandra et le fonctionnement interne du commerce électronique, ainsi que ses excellentes compétences en gestion et esprit d'entreprise, en font la candidate idéale pour ce travail crucial », a commenté Federico Marchetti, directeur général de Yoox Net-A-Porter dans un communiqué.

Alessandra Rossi travaillera en étroite collaboration avec Luca Martines pour assurer la transition, tout en continuant à développer l'activité hors-saison. Luca Martines se recentrera sur l'accélération de l'expansion du groupe en Asie-Pacific, au sein des conseils d'administration de la filiale japonaise et de Hong Kong du groupe.

En rejoignant l'équipe de direction du groupe, Alessandra Rossi rapportera à Federico Marchetti, directeur général de YNAP. Elle sera basée au bureau de Londres de Yoox Net-A-Porter et gérera ainsi que développera les activités hors saison à l'échelle mondiale.

Alessandra Rossi a déjà une grande expérience

Alessandra Rossi possède déjà 20 ans d'expérience dans le commerce électronique de mode, au sein d’entreprises de luxe, dont Bulgari, et plus particulièrement chez YNAP, où elle a occupé des fonctions allant de directrice des opérations et chef des achats à directrice commerciale et directrice générale de Yoox, avant de déménager à Londres en avril 2015 pour des raisons familiales.

« Je suis ravie de rejoindre l'entreprise à un moment aussi passionnant pour nos entreprises et l'industrie. L'investissement de YNAP place l'activité hors-saison dans un poste unique, afin de faire avancer l'expérience tant pour nos clients que pour nos partenaires de marque, sur une échelle mondiale encore plus grande », a ajouté Alessandra Rossi.

Photo : YNAP

Ralph Toledano, président de la Fédération Française de la Couture, a quitté son poste de président de la division mode de Puig, le groupe barcelonais de mode et parfums, ainsi que ses fonctions de directeur exécutif de Nina Ricci et Jean-Paul Gaultier. Une annonce faite il y a quelques jours, selon The New York Times.

Ce grand homme, également président de la Fédération Française du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode, mais aussi président de la Chambre syndicale de la haute couture, rejoignait Puig en 2012 après avoir quitté la présidence de Chloé.

Apparemment, toujours selon la publication du journal américain, plusieurs personnes ayant quitté Puig auraient signalé que le groupe se centrerait avant tout sur ses résultats financiers à court terme.

Calvin Klein renforce By Appointment. L’entreprise, créée par le directeur artistique du groupe, Raf Simons et présentée à New York en février dernier, a nommé Erika Albies au poste de vice-présidente de la nouvelle marque. Albies sera chargée de développer et d’exécuter la stratégie à suivre et la relation avec les clients.

Erika Albies travaillera aux côtés de Michelle Kessler, présidente de Calvin Klein West 39 NYC (avant Calvin Klein Collection). Avant son incorporatioon au groupe, Albies occupait le poste de vice-présidente de communication globale de IMG Fashion, organisateur de la New York fashion week. Auparavant, elle a également fait ses armes chez Prada et Miu Miu.

Calvin Klein By Appointment a montré sa collection sur Instagram avec des pièces portées par les actrices Millie Bobb Brown, Jaulia Nobis, Jamie Bochert, Abbey Lee Kershaw et Lineisy Montero. Le lancement de la première collection a eu lieu samedi dernier à New York.

Loris Azzaro nomme Maxime Simoëns comme directeur artistique

Loris Azzaro nomme Maxime Simoëns comme directeur artistique. Le créateur français supervisera les collections de couture de la maison, les lignes de prêt-à-porter et les accessoires pour hommes et femmes.

Il présentera sa première collection pour la maison lors de la Fashion week haute couture en juillet 2017 à Paris.

Le créateur de 32 ans succède à Arnaud Maillard et Alvaro Castejón, qui été arrivés en 2013 et ont quitté la marque en juillet 2016. Il poursuivra parallèlement l'activité de sa propre marque de mode masculine.

Diplômé de la Chambre syndicale de la couture parisienne, Maxime Simoëns a travaillé chez Jean Paul Gaultier, Elie Saab, Christian Dior et Balenciaga, avant de fonder sa propre maison en 2009. Après sept ans de collections de haute couture et de prêt-à-porter pour femme, il a arrêté la mode féminine pour se lancer dans la mode masculine en 2016 en lançant sa griffe M.X Maxime Simoens.

« Réinterpréter les codes de cette maison légendaire à travers un vestiaire masculin et féminin fort est pour moi une joie immense », a commenté Maxime Simoëns, dans un communiqué. « Ma volonté est bien évidement de créer des robes glamour pour les +tapis rouge+ du monde entier mais surtout développer un vestiaire plus jour et portable au quotidien ».

Une maison qui veut développer la Haute couture

« Le travail de Maxime Simoëns résonne subtilement avec les silhouettes emblématiques de Loris Azzaro. Une même attirance pour une fluidité graphique, des lignes architecturales précises et sensuelles, l'opposition des contrastes et des broderies virtuoses », selon Gabriel de Linage, pdg de la maison fondée à Paris, il y a 50 ans, par l'Italien Loris Azzaro, qui appartient aujourd'hui à la holding Reig Capital Group, basée en Andorre.

Après trois ans à la direction artistique de Loris Azzaro, le créateur français Arnaud Maillard et l’espagnol Álvaro Castejón quittent la Maison. Le duo avait intégré son poste en 2013, prenant la place de Mathilde Castello Branco.

Ces trois années semblent avoir été suffisantes pour le duo qui a réussi à entrer dans le monde exclusif de la Haute couture avec leur collection Printemps-Eté 2015 et habiller des célébrités comme l’actrice Jaime Alexander.

Selon Javier Abaroa, ancien directeur général de la maison de luxe, « Arnaud Maillard et Alvaro Castejon ont redynamisé la marque en restant fidèles aux codes de la maison et à l’esprit du fondateur ».

Photo : Francois Guillot / AFP

Brioni : Fabrizio Malverdi nommé PDG

L’homme succède à Gianluca Flore et a la lourde tâche d’insuffler un renouveau à la griffe qui a subit une restructuration en 2016.

Toujours sans directeur de la création depuis le départ de l’Australien Justin O’Shea le départ de l’Australien Justin O’Shea en octobre 2016, Brioni (rachetée par le groupe Kering en 2012) se cherche. Également sans directeur général depuis le départ de Gianluca Flore fin février, elle vient de trouver son homme auprès de Fabrizio Malverdi.

Un parcours haut de gamme

De nationalité italienne, Fabrizio Malverdi est diplômé en Management de l’Université de Bologne. Il a commencé sa carrière dans la publicité. En 1996, il devient Directeur de Staff International, en charge des licences Vivienne Westwood et Martin Margiela, et de leurs filiales internationales. Il intègre en 2000 le groupe italien Mariella Burani où il occupe successivement les fonctions de Directeur général de Calvin Klein Collection, PDG de Mila Schon Group et Directeur général de Antichi Pellettieri, capitalisée par LCapital. Fabrizio Malverdi rejoint le groupe LVMH en 2006 en tant que Directeur général de John Galliano. Puis est nommé PDG de Givenchy en 2008 et PDG de Dior Homme en 2011. Depuis 2016, il était PDG d’Agent Provocateur.

Brioni : Fabrizio Malverdi nommé PDG

Quelle image pour Brioni ?

Fondée à Rome en 1945 par deux figures de l’excellence italienne, le maître tailleur Nazareno Fonticoli et l’entrepreneur Gaetano Savini, Brioni, Brioni reste encore aujourd’hui une institution dans les tailleurs chics sur-mesure et le prêt-à-porter pour hommes. Tous les produits sont fabriqués en Italie et confectionnés à la main par des maîtres artisans des Abruzzes (région riche d’une longue tradition transmise par des générations de tailleurs), une particularité qui distingue la griffe. Riches, les collections déclinent vêtements et accessoires, y compris chaussures, maroquinerie, lunettes, bijoux et parfums. Après l’inattendu choix du groupe Metallica comme égérie en juin 2016 groupe Metallica comme égérie , revirement de style cette saison avec la star hollywoodienne Samuel L. Jackson qui incarne la nouvelle campagne de communication.

Remonter la pente

Alors que le groupe Kering a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 12,385 milliards d’euros toujours en croissance ; Brioni a vu ses ventes s’inscrire en recul perdant environ 30 pour cent en volumes au cours des dernières années. La griffe a également subit une restructuration profonde avec la suppression de 140 emplois sur un total de 1150 salariés tout en réduisant les heures de travail. D’ailleurs, lors de la publication des résultats annuels 2016, Kering s’est montré plutôt discret au sujet de Brioni. « Lorsque vous acquérez une marque, il y a toujours beaucoup de travail à faire, commentait alors François-Henri Pinault. En 2006, on me posait la même question à propos d'Yves Saint Laurent. Aujourd’hui, c’est l'un des labels les plus performants du groupe. » Après le directionnel, reste désormais à pourvoir le créatif et à instaurer une dynamique dans la durée et nul doute que le savoir-faire de Brioni devrait retrouver son aura.

Photos: Portrait de Fabrizio Malverdi – Nouvelle campagne Brioni S/S 2017.

Clare Waight Keller, de Richemont à LVMH

Les grands groupes de luxe, c’est à dire LVMH, Kering et Richemont, ne se font aucun cadeau et multiplient les prises de guerre. Une guerre froide commencée à l’aube de l’an 2000 lorsque feu-PPR (Pinault-Printemps-La Redoute, aujourd’hui devenu Kering) décida de se lancer dans le luxe grâce à l’appui solide de Tom Ford qui permit à M. Pinault de remporter Gucci. M.Arnault ne leur a jamais vraiment pardonné. Sa colère est entrée dans les annales. La légende raconte que devant son état major rassemblé pour l’occasion, le puissant patron de LVMH dit simplement d’une voix blanche : « La Redoute se lance dans le luxe ». La carrière de Tom Ford ne fut plus jamais vraiment la même par la suite.

Sans même parler des tentatives de prises de contrôle plus ou moins avouées (on ne reviendra pas sur le cas Hermès vs LVMH, cette affaire concerne désormais les historiens), ni des PDG transfuges, on peut dire les principaux coups d’éclats les plus visibles, ceux autour desquels se sont articulés cette guerre froide du luxe cette dernière décennie, concernent les directeurs artistiques. Les exemples pullulent. Citons les plus notables: Hedi Slimane, le bon génie de Dior Homme (LVMH) passé chez Yves Saint Laurent (Kering), Phoebe Philo qui quitte Chloé (Richemont) pour Celine (LVMH). Nicolas Guesquière qui lache Balenciaga (Kering) pour Louis Vuitton (LVMH). Des prises de guerre qui ont fait dire à Suzy Menkes que les créateurs de mode étaient désormais l’équivalent des joueurs de foot: des stars médiatiques qui choisissent leur équipe à chaque saison au gré des propositions financières du moment.

Le dernier exemple en date ne manque pas de sel : Il concerne bien évidemment Clare Waight Keller. Un cas d’école. On pensait tous que la créatrice britannique avait quitté la maison Chloé pour s’installer à Londres en famille. L’information était visiblement incomplète puisqu’elle vient d’annoncer sobrement sur son instagram aujourd’hui qu’un nouveau voyage commençait pour elle. Un voyage chez LVHM, au sein de la maison Givenchy. Elle remplace le directeur artistique Riccardo Tisci, qui a quitté Givenchy à la fin de son contrat qui le liait à LVMH après douze années de bons et loyaux services (il avait multiplié par six le chiffre d’affaires de la griffe, à 500 millions d’euros aujourd’hui).

Le créateur de mode est un intérimaire

Le communiqué décline les habituelles phrases de circonstances : "Le style plein d'assurance d'Hubert de Givenchy a toujours été pour moi une inspiration" déclare Clare Waight Keller. « «Je suis persuadé que ses vastes compétences et sa vision vont permettre à Givenchy de passer à la prochaine phase de son parcours unique», se réjouit Bernard Arnault. Les commentaires sur les réseaux sociaux sont plus partagés.

Notons simplement trois choses. Même si Richemont ne communique pas sur les résultats individuels de ses marques, tout le monde s’accorde à dire que le passage de Clare Waight Keller chez Chloé a été un très grand succès. La marque faisait même très vraisemblablement partie de celle qui ne donnaient aucun souci au groupe Richement, groupe principalement constitué de marques horlogères dont certaines, crises horlogères oblige, sont en difficulté. La rupture entre Richemont et la créatrice anglaise ne vient donc pas du groupe mais de la créatrice. On a bien affaire ici à une prise de guerre de LVMH.

Deuxième constat : les groupes se rendent coup pour coup. Pour remplacer Clare Waight Keller, le groupe Richemont a choisi Natacha Ramsay-Levi. La créatrice française n’est pas une star – pas encore - mais c’était un élément important du dispositif LVMH. Une personne de l’ombre qui officiait aux cotés de Nicolas Guesquière dont elle était le bras droit chez Louis Vuitton. Au jeu des prises de guerres, on peut dire qu’il y a match nul, balle au centre.

Troisième constat, il concerne le respect des groupes de luxe pour l’essence des maisons dont ils sont propriétaires. Il y a certes un aspect grisant, presque comique à compter les points à et voir les directeurs artistiques passant d’une maison à l’autre. On peut aussi, plus sérieusement, se poser la question suivant : est ce que le style des directeurs artistiques est interchangeable à ce point? Le style actuellement impulsé chez Louis Vuitton par Guesquiere et Ramsay-Levi est il adapté à la clientèle de Chloé ? Le style impulsé chez Chloé par Waight Keller est-il conforme à celui composé patiemment chez Givenchy par Guesquière ? On ne le croit pas. A moins de considérer que les directeurs artistiques sont des touches à tout hybrides qui adaptent leur métier (on n’ose même plus parler de vision) en fonction des besoins immédiats de leurs employeurs. Cela n’a rien d’infamant. Après tout, c’est ce que Lagerfeld a fait durant toute sa carrière et cela lui a bien réussi. Lagerfeld représente la synthèse parfaite du créateur touche à tout, qui à l’inverse de Yves Saint Laurent, change de style selon les labels. Il n’est pas anodin de constater que Lagerfeld réussit l’exploit de travailler à la fois pour Chanel et pour LVMH (Fendi). C’est en tout cas cette vision du métier - le créateur est un intérimaire – qui, pour l’instant, s’est majoritairement imposée en ce début de XXIème siècle.

Photo: Chloe credit: Christian McDonald