(publicité)
(publicité)
David Hagglund à la direction artistique de Topshop

Après avoir annoncé la nomination de Paul Price, l’ancien directeur de merchandising de Burberry, au poste de pdg, la marque anglaise Topshop effectue un autre changement au sein de sa direction. Cette fois-ci, il s’agit de l’arrivée d’un nouveau directeur artistique pour les deux marques Topshop et Topman. David Hagglund a été choisi pour ce poste, il y remplacera Kate Phelan, qui dirigeait la création de Topshop depuis 2012 mais également Gordon Richardson, qui s’occupait de la marque Topman depuis près de 17 ans.

David Hagglund, qui est passé par Vogue Paris, est également à la tête d’une agence créative basée à Stockholm, qui collabore avec de grandes marques telles que H&M ou encore Hugo Boss. « La nomination de David Hagglund dans cette nouvelle fonction combinée, marque le début d’une ère nouvelle pour Topshop et Topman, afin de faire progresser les deux marques dans leur expansion mondiale », a déclaré le propriétaire du groupe Arcadia (Topshop, Topman, Miss Selfridge...), Sir Philip Green. David Hagglund prendra ses fonctions au sein de Topshop et Topman dès le 4 septembre, tout comme Paul Price.

Photo : Facebook Topshop

Karl-Johan Bogefors de retour chez Filippa K.

Karl-Johan Borgefors vient d’être nommé directeur de la marque au style scandinave Filippa K. L’homme revient dans une maison qu’il a très bien connu puisqu’il a précédemment été directeur des relations publiques et marketing de la marque pendant presque dix ans entre 1996 et 2007. Pour son nouveau poste de directeur de marque, Karl-Johan Bogefors prendra ses fonctions en septembre 2017. Sa nouvelle mission sera de renforcer la notoriété de la marque à l'internationale et de la faire entrer dans l’ère du numérique également. Ses précédentes expériences dans diverses entreprises de mode tel que Cos, H&M ou encore le magazine Absolut.com lui seront d’une grande utilité pour ce nouveau poste.

“Nous continuerons ce voyage et développerons la marque dans le cœur de la tradition esthétique et de design scandinave de Filippa K " a-t-il déclaré.

Karl-Johan Bogefors de retour chez Filippa K.

La simplicité comme marque de fabrique

Fondée en 1993, la marque Filippa K est connu pour sa simplicité et son design unique, typique du style scandinave et facilement reconnaissable. Ces dernières années, l’entreprise a mis en place une nouvelle stratégie afin de renforcer sa notoriété et conquérir de nouveaux marchés.

Filippa Knutsson, la fondatrice de la marque en est également la directrice artistique depuis janvier 2017. Créé avec des valeurs telles que la simplicité, la marque ambitionne aujourd’hui de se lancer dans un nouveau défi, celui de l’expansion vers le numérique. Telle est la mission du nouveau directeur de la marque Karl-Johan Bogefors.

"Je suis très heureuse de travailler avec Karl-Johan à nouveau. Nous partageons la même vision et la même compréhension pour les valeurs et le mode de vie de Filippa K. Karl-Johan est un auteur et un auteur de renommée internationale. Il y a très peu de personnes qui peuvent comprendre ce rôle si naturellement. " a déclaré Filippa Knutsson à propos du retour de Karl-Johan Bogefors.

Photo : Filippa K.

Le groupe de beauté Coty a nommé l'ancien président et directeur général de Coach Europe, Andrew Stanleick, comme vice-président principal de Coty Consumer Beauty Europe.

Andrew Stanleick devrait commencer son nouveau poste aujourd'hui et travaillera dans les bureaux de Coty à Genève, selon WWD. Il reportera directement au président de la beauté de Coty, Laurent Kleitman, qui a été embauché en mars dernier pour gérer Coty Consumer Beauty Business international.

Andrew Stanleick sera chargé de superviser l'expansion de la division beauté grand public de Coty en Europe. « Je suis heureux d'accueillir Andrew chez Coty », a déclaré Laurent Kleitman. « Il a un solide expérience et sait diriger les entreprises et les équipes, en fournissant des résultats. Il possède des relations solides avec les principaux partenaires commerciaux de la région. Il connaît notre culture et notre ambition de célébrer et de favoriser la diversité dans la beauté. »

Andrew Stanleick a précédemment dirigé la division business de Coach en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique, avant d'être nommé dans son dernier poste en 2016. Avant de rejoindre l'équipe de Coach, il a servi pendant douze ans à L'Oréal, occupant plusieurs postes supérieurs.

Alexandre de Betak: tout ce qu'il touche devient de l'or

Il est le succès personnifié. Pour Alexandre de Betak (1968), l’expression artistique fait partie intégrante de ses gênes. Le célèbre chorégraphe des plus beaux défilés de mode internationaux s’amuse à créer des évènements stimulants nos sens. Retour sur les débuts de sa carrière et la sortie d’un livre à la rentrée.

En 25 ans, l’artiste français compte plus de 900 évènements, expositions et défilés à son actif. Maître de la mise en scène, les images le fascinent et le transportent ailleurs, dans des mondes imaginaires où il nous invite volontier, non seulement pour nous faire rêver, mais aussi pour nous réapprendre à utiliser nos sens et mettre en éveil cette conscience de la beauté perdue, parfois même oubliée.

Alexandre de Betak: tout ce qu'il touche devient de l'or

Une passion pour les images transposées de la réalité

Enfant, il s’intéresse à la photographie. « Quand j’avais sept ans, mon grand-père m’a donné un appareil photo : un petit Kodak 127. J’ai commencé à me passionner pour les images et j’ai tout de suite su que j’allais en faire mon métier », disait-il à BoF.

De Betak commençait à 19 ans à faire ses armes pour la créatrice Sybilla Sorondo à Madrid en organisant son défilé. Trois ans plus tard, en 1990, il ouvrait son agence à Paris, Bureau Betak, puis une autre à New York en 1993. Le secret d’une ascension si rapide ? « Proposer l’antithèse de ce que les gens étaient habitués à voir », a t-il confié.

Alexandre de Betak: tout ce qu'il touche devient de l'or

Certains le nomment le « Fellini de la Mode » car il a, comme la maître italien, plusieurs cordes à son arc. Directeur artistique, il est également producteur et scénographe. Il aime augmenter la réalité de la mode avec des images 2D et 3D superposées. On se souvient d’ailleurs du défilé de Victoria’s Secret retransmis sur internet en 2000, qui a avait fait grimper les ventes de la marque d’une façon vertigineuse...

Alexandre de Betak: tout ce qu'il touche devient de l'or

Au cours de ces vingt dernières années, Alexandre de Betak a travaillé pour Christian Dior, Victoria's Secret, Viktor & Rolf, Hussein Chalayan, Rodarte, The Row, Michael Kors, Diane Von Furstenberg, Moncler, Anthony Vaccarello, Isabel Marant, H & M, Roberto Cavalli, John Galliano, Berluti, Peter Pilotto, Lacoste, Jason Wu, Mary Katrantzou, Jacquemus, Hermes, Kanye West, Visionnaire, Tiffany's, Hugo Boss, Lanvin, Givenchy, Donna Karan, Celine ou Sybilla, entre autres.

Alexandre de Betak: tout ce qu'il touche devient de l'or

Au delà de la mode, le design et la déco

Sa passion pour le design l'a conduit à concevoir des objets et des espaces grâce à des collaborations prestigieuses avec Artcurial, Swarovski, AD Magazine et Domeau & Pérès.

Il a dévoilé des pièces telles que la silhouette en diamant taille humaine de Gisele Bundchen, une étagère et un banc de verre acrylique (plexiglas) et en cuir, qui ont été définis par leurs contours de lumières pour Domeau & Pérès ainsi que la célèbre *Disco Vespa* GT 125 en verre miroir pour Artcurial.

Côté déco, il a également conçu le restaurant parisien Black Calavados rue de Serbie, la "Chambre Disco" pour l'Hôtel Amour, Le Baron, club parisien à Shanghai ou encore sa superbe maison aux airs de seventies à Majorque, où il mélange volontier des pièces uniques fabriquées en pierre brute ou en argile avec la technologie.

En 2015, le magazine AD (Architectural Digest) organisait son exposition annuelle, AD Intérieurs, et de Bétak y participait pour la première fois. Il réalisait un « Salon de Joie » au charme lunaire et orienté sur des jeux d’ombres et lumières. «Un lieu pour se délecter, se détendre et profiter», disait-il. Ayant toujours été fasciné par l'art cinétique, l'espace et les robots, il a profité de cette occasion pour créer une salle de projection sur la lune avec un décor rétro futuriste tournant autour d'un grand lit recouvert d’une pile d'oreillers. Les imprimés spécialement créés et reprenant les codes lunaires avec des photographies personnelles, des néons, miroirs au plafond et de l'art cinétique ajusté aux murs, ont été l'environnement idéal pour une salle joyeuse en plein coeur de Paris.

Alexandre de Betak: tout ce qu'il touche devient de l'or

Alexandre de Betak est à la tête de certains des spectacles les plus novateurs et les plus créatifs de l'industrie, malgré qu’il ait dit il y a quelques mois: «Mon spectacle préféré est celui que je n'ai pas encore fait». Un exemple de sa poursuite constante de la perfection, dans un monde ou, finalement, tout est possible lorsqu’on a suffisemment d’imagination.

Et pour combler les amateurs de beaux livres, Alexandre de Betak est l’auteur d’une anthologie baptisée « Betak : Fashion Show Revolution ». Dans cet ouvrage, qui sera disponible à partir du 25 septembre prochain, l’artiste compile ses plus belles scénographies de défilés (Phaidon, 89,95 euros).

Photos du site www.bureaubetak.com: Défilé Zegna SS18, Universita delgi Studi di Milano, Milan. Victor & Rolf FW 17-18, Musée d’Histoire Naturelle Paris. Rodarte SS18, Port Royal Abbey, Paris. Dior Couture FW17-18, Les Invalides, Paris. Raf Simons SS18, Chinatown, New York. Le « Salon de Joie » à Paris en 2015, AD Interiors.

Alexandre de Betak: tout ce qu'il touche devient de l'or Au mois d'août, FashionUnited se centrera sur "Travailler dans la Mode". Cliquez ici pour lire les sujets sur ce thème.

Eric Marechalle, actuellement à la tête de Kenzo, va prendre les rênes de Marc Jacobs International.

L’ancien responsable Sébastien Suhl devrait donc bientôt quitter Marc Jacobs, qu’il a rejoint en 2014, selon WWD. LVMH, société mère des deux marques, n'a cependant pas encore confirmé l’information.

Sébastien Suhl avait mis un terme à la marque Marc by Marc Jacobs, lancée en 2000, dans le but d'unifier les deux collections sous la marque Marc Jacobs, tout en élargissant la gamme des offres et des prix actuels.

Eric Marechalle avait été chargé chez Kenzo de recentrer la maison alors, pour en faire une marque plus contemporaine. Peu de temps après sa nomination, Carol Lim et Humberto Leon ont été embauchés comme directeurs de création, après Antonio Marras. Grâce à lui, Kenzo est rapidement devenue l'une des marques les plus intéressantes de la mode européenne.

Avant de rejoindre cette maison, Marechalle a dirigé la marque pour enfants Catimini, alors du groupe Zannier, maintenant Kidiliz Group.

Sir Philip Green a nommé Paul Price, chief merchandising officer de Burberry, à la tête de Topshop, du groupe Arcadia.

Paul Price remplacera le 4 septembre, Mary Homer, qui a quitté son poste de pdg en mars, pour prendre les rênes de The White Company. Il aura pour mission de booster les ventes du géant anglais, tout en continuant son expansion à l'étranger. Philip Cooke, directeur général de Topman, est maintenu dans son rôle.

« Je pense que Paul est parfait pour mener à bien la prochaine phase de l'expansion globale de Topshop / Topman », a déclaré Sir Philip Green dans un communiqué. Paul Price possède des années d'expériences dans l'industrie, après avoir travaille chez Burberry pendant près de dix ans. Avant de rejoindre à l'équipe de Burberry, le nouveau pdg a occupé plusieurs postes importants chez Lucky Brand Jeans, Williams Sonoma et Banana Republic.

La baronne Karren Brady, présidente de la société mère de Arcadia Group, Taveta Investments, a ajouté : « Je suis ravie que Paul rejoigne l'équipe et j'attends avec impatience cette nouvelle période passionnante pour Topshop / Topman. »

Sir Philip Green a également nommé Karren Brady pour présider son holding Taveta, plus tôt cette semaine.

Les créateurs Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant, en charge de la direction artistique de Courrèges depuis 2015, quittent la griffe, a annoncé jeudi dans un communiqué cette maison connue pour son esthétique futuriste, emblématique des années 1960.

"La maison Courrèges et le duo artistique Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant ont décidé d'un commun accord de mettre un terme à leur collaboration", indique la marque. Les deux créateurs avaient été nommés en mai 2015 pour réveiller la maison fondée en 1961 par André Courrèges, couturier disparu début 2016, connu pour avoir popularisé la minijupe et révolutionné la mode des sixties.

Les deux hommes, âgés tous deux de moins de 30 ans, s'étaient fait connaître avec leur marque, Coperni, qu'ils avaient mis en sommeil pour travailler pour Courrèges. La dernière collection du duo, pour l'automne-hiver 2017-2018, a été présentée en mars à Paris.

"Une nouvelle organisation créative sera annoncée ultérieurement par le président de la marque, François le Ménahèze, nommé en avril 2017", indique le communiqué, alors que la prochaine Fashion week parisienne se tient du 26 septembre au 3 octobre.

Le monde de la mode connaît ces dernières années une valse des directeurs artistiques au rythme de plus en plus rapide, qui a récemment touché Lanvin, mais aussi Chloé et Givenchy. (AFP)

LVMH aurait embauché Nicola Brandolese (ex-Luxottica)

Le groupe de luxe n’a fait aucune communication à ce sujet. Mais Nicola Brandolese lui-même ne laisse planer aucun doute sur l’identité de son nouvel employeur : sur son profil Linkedln, l’ancien président du réseau de distribution de Luxottica indique en une courte phrase avoir rejoint LVMH depuis le 1er juin dernier, tout en précisant qu’il a débuté par “une période d’induction chez Fendi”. Son titre: “Executive, role to be disclosed soon”. Un intitulé de poste laconique et mystérieux.

D’après l’agence Reuters qui cite un memo interne de LVMH, Nicola Brandolese aurait vocation à occuper le titre de Directeur Général. La bourse a immédiatement réagi à cette nouvelle: le titre était largement dans le vert à la clôture: +1,2 pour cent. Il faut dire que le groupe de Bernard Arnault s’offre une recrue de choix. Sous sa présidence, l’activité retail du groupe italien, leader mondial des lunettes haut de gamme, a enregistré une hausse significative de son chiffre d’affaire sur plusieurs exercices consécutifs.

Préparer la succession des hommes de confiance de Bernard Arnault

Luxottica a perdu plusieurs hauts responsables cette année dont Fabio d’Angelantoni qui a lui aussi rejoint LVMH l’an dernier en prenant la tète de Loro Piana. Cette vague de départ coïncide d’une part avec la reprise en main en septembre 2014 du groupe par son fondateur Leonardo del Vecchio, et d’autre part avec la fusion programmée du groupe Luxottica avec Essilor. Ce mariage, très applaudi, répondait à une logique stratégique de complémentarité entre un Essilor qui est le champion mondial des verres ophtalmiques et un Luxottica qui s'est bâti un réseau de distribution global.

Le groupe LVMH a lui aussi des ambitions dans l’univers de l’optique. Le groupe de Bernard Arnault a passé cette année un accord pour la création d’une joint-venture avec Marcolin - grand concurrent de Luxottica. Le groupe de luxe français détient 51 pour cent des parts de cette nouvelle entité. Marcolin, qui appartient en majorité au fonds d'investissement français PAI Partners, possède les 49 pour cent restants. Cet accord permettrait à LVMH de controler directement la production et la commercialisation des lunettes de ses propres griffes (notamment Celine et Christian Dior). Le grand perdant de ces annonces est le groupe Safilo qui détenait plusieurs licences de LVMH et qui avait déjà du faire face à la perte de contrats importants quand Kering avait de son coté décidé de reprendre la main sur ses licences.

L’arrivée de Nicola Brandolese chez LVMH ne sera pas, à priori, liée à ce jeu de poker que mène Luxottica, Marcolin ou Safilo pour asseoir leur suprematie sur l’univers du retail optique, un jeu dans lequel LVMH et Kering entendent jouer leur partition. Dans une note citée par Reuters, les analystes de Mediobanca Securities observent que « Ce recrutement intervient au moment où LVMH prépare la succession de deux des hommes de confiance de Bernard Arnault : Sydney Toledano, le PDG de Christian Dior Couture âgé de 65 ans, et Antonio Belloni, le directeur général délégué de LVMH qui a 63 ans". Un poste clé dans tous les cas.

Credit photo: LVMH,Nicola Brandolese,Luxottica,Marcolin

Breitling a annoncé la nomination de son nouveau pdg Georges Kern, jusqu’alors head of watchmaking, marketing and digital auprès de Richemont, et plus particulièrement en charge des maisons d’horlogerie. Jean-Paul Girardin poursuivra ses activités au sein de Breitling en tant que vice-président.

« En qualité de pdg et, dans ce contexte, d’actionnaire de Breitling, la mission de Georges Kern consistera à soutenir le développement international de la société, qui est l’une des plus importantes entreprises horlogères au monde, et de renforcer la présence digitale et commerciale de la marque, avec pour objectif spécifique une accélération de la croissance sur les importants marchés asiatiques », selon Breitling.

Entre 2000 et 2016, Georges Kern occupait la fonction de CEO d’IWC Schaffhausen. Il a commencé sa carrière dans le secteur de la grande consommation chez Kraft General Foods avant de se tourner vers l’horlogerie en rejoignant TAG Heuer de 1992 à 2000.

« Nous sommes ravis d'accueillir Georges Kern chez Breitling », a déclaré Théodore Schneider, qui a vendu une participation majoritaire à CVC Capital Partners et qui a repris la présidence du Conseil d'administration de Breitling. « Sa vaste expérience et sa connaissance du marché de l’horlogerie de luxe, ainsi que sa créativité, vont accélérer la dynamique de croissance de Breitling ».

Le groupe suisse Richemont, numéro deux mondial du luxe, a annoncé vendredi la démission de son directeur de l'unité horlogerie, numérique et marketing, Georges Kern.

M. Kern "a reçu une offre intéressante pour devenir un entrepreneur. Il a eu une carrière pleine de succès à IWC Schaffhausen (une des marques de Richemont, ndlr) et nous lui souhaitons le meilleur", a expliqué le président du conseil d'administration Johann Rupert, dans un communiqué.

Cela ne faisait que quelques mois que M. Kern était à ce poste. En novembre 2016, Richemont avait annoncé un remaniement en profondeur de sa structure de direction, en supprimant le poste de directeur général, dans un contexte difficile pour l'horlogerie suisse, pour être remplacé par une organisation à deux branches.

A l'occasion de la réorganisation de la société, Georges Kern s'était donc vu confié la direction de la fabrication des montres, du marketing et des activités numériques, tandis que Jérome Lambert, le patron de Montblanc, avait pris lui la direction des opérations pour toutes les autres marques en dehors de la joaillerie et l'horlogerie.

Richemont, qui rivalise avec le français LVMH, numéro un du secteur, est à la tête de près de vingt grandes marques de produits de luxe, accumulées au fil des acquisitions par la famille sud-africaine Rupert pour diversifier sa fortune faite dans le tabac. (AFP)