(publicité)
Graphique : Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode

La fin de l’année est proche et FashionUnited a pris un moment pour réfléchir aux événements de 2016. La mode a toujours été un gros business, mais cette année, certaines des personnes les plus riches travaillant dans la mode sont devenues encore plus riches, en dépit des incertitudes de la politique économique qui balayent le globe.

Sans surprise, le titre de la personne la plus riche de la mode reste dans les mains d'Amancio Ortega, actuellement le deuxième homme le plus riche au monde. Cependant, FashionUnited a calculé précedemment la valeur nette des dix premiers individus et des familles les plus riches au cours du premier semestre de 2016 et vous apporte maintenant sa liste mise à jour des dix personnes les plus riches de la mode. Faites défiler la liste pour découvrir le Top 10 et les noms que vous reconnaissez.

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en juin 2016

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en décembre 2016

Vous voulez en savoir plus sur le Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016 ? Alors cliquez ici.

Bataille des plus riches : Gates contre Ortega

Photos homepage, de gauche à droite : Amancio Ortega, Inditex ; Bernard Arnault, Michael Klimentyev / Sputnik ; Axel Dumas, Eric Piermont / AFP

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016

« Je pense que la mode est devenue un gros marché et avec la mondialisation, nous sommes sur de nouveaux territoires à ce stade. Nous ne créons pas seulement pour un pays, nous créons pour un monde entier maintenant », a déclaré la styliste américaine Anna Sui, dans une interview avec CNN, en 2006. Dix ans plus tard, l'activité continue à exploser. La mode est une grande entreprise, et grande entreprise signifie beaucoup d'argent. Mais gros à quel point ? Globalement, l'industrie de la mode vaut actuellement environ 3 milliards de dollars et est réputé pour être le plus grand employeur du monde. Cela ne surprendra donc pas que certaines des personnes les plus riches du monde ont fait fortune dans la mode. Par exemple, le deuxième homme le plus riche du monde, Amancio Ortega, a réussi à transformer son premier magasin Zara en une compagnie de plusieurs millions de dollars en un peu plus de 4 décennies. Mais quels autres entrepreneurs ont réussi à transformer leur marque de mode en un conglomérat international ?

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016

FashionUnited a précédemment étudié la valeur et les actifs des milliardaires et les millionnaires les plus riches de l'industrie de la mode, à la fin de 2015 et mi-2016. Pour notre liste de fin d'année, nous examinons ce qui a changé au cours des six derniers mois et nous avons rassemblé les dix personnes les plus riches de l'industrie internationale de la mode.

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en juin 2016

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en décembre 2016

Un coup d'œil sur les graphiques montre que peu de chose a changé en termes de classement, pour les cinq personnes les plus riches de la mode. Cependant, les deux plus riches individus, Amancio Ortega et Bernard Arnault, sont tous deux devenus plus riches au cours des six derniers mois, malgré l'instabilité économique et politique généralisée qui s’est imposé en Occident. En fait, Amancio Ortega a même réussi à obtenir le titre de l'homme le plus riche du monde, pendant 3 jours, en septembre 2016, dépassant le milliardaire Bill Gates qui a une valeur nette de 78,5 milliards de dollars, par un peu plus de 700 millions de dollars. Une grande partie de la richesse d'Amancio Ortega a été liée au succès de sa première marque de détail, Zara et son modèle d'affaires unique de Fast fashion, qui est capable de produite un vêtement, du croquis au stock, en deux semaines.

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016

Cependant, certains analystes se demandent si Amancio Ortega aurait pu atteindre sa valeur nette maximale cette année, car elle a peu bougé au cours du dernier semestre. En outre, la valeur marchande de son groupe Inditex est également restée assez stable au cours des six derniers mois, se situant entre 102 et 106 milliards de dollars. Amancio Ortega, qui est la personne la plus riche d'Europe, conserve une participation de 59 pour cent dans Inditex. Il a officiellement pris sa retraite de l'entreprise en 2011, en passant sur le bâton au PDG Pablo Isla, bien qu'il reste un membre actif du conseil. Bien que la majeure partie de sa fortune soit liée à Inditex, une grande partie peut également être attribuée à son investissement intelligent. Amancio Ortega continue de réinvestir les dividendes d'Inditex dans les zones clés, à travers l'Europe et les États-Unis.

Alors que sociétés de Fast fashion à travers le monde cherche à copier le business modèle unique d'Inditex pour Zara, un certain nombre de sociétés de mode de luxe ont réussi à prospérer face à un ralentissement de la demande de la Chine. En particulier, LVMH a bien réussi. Ce qui a aidé à stimuler la valeur nette de son PDG Bernard Arnault, qui a augmenté encore plus que celle d'Amancio Ortega, au cours des six derniers mois, grâce notamment à la remarquable performance des actions du conglomérat de luxe. LVMH a vu sa valeur marchande passer de 85 milliards d’euros, en juin de cette année, à 93 milliards d’euros le 9 décembre, ce qui porte la valeur nette d'Arnault à un peu plus de 39 milliards d’euros.

La fortune de Bernard Arnault provient principalement de Christian Dior, par lequel il détient une participation majoritaire dans LVMH. Il détient également des milliards d’euros directement chez LVMH, dans la marque de luxe Hermès et le supermarché Carrefour. Le groupe de produits de luxe a réussi à atténuer l'impact du ralentissement du luxe, lié à la Chine, aux États-Unis et à la Russie, en se concentrant sur ses prix d'entrée de gamme, de marques comme Louis Vuitton, tandis que d'autres marques de son portefeuille ont continué à prospérer, telles que la chaîne de beauté Sephora. Le groupe a également vendu Donna Karan International.

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016

Un examen plus attentif de la deuxième moitié de notre liste des dix personnes les plus riches montre que Tadashi Yanai de Fast Retailing et Francois Pinault de Kering ont réussi à monter deux et une marches dans le podium, respectivement, dans le classement, au cours des six derniers mois. Ces deux sociétés ont connu récemment une croissance des revenus, une croissance de la valeur marchande et une croissance de popularité au cours du dernier semestre. C'est en partie à cause des performances impressionnates de leurs marques de premier plan - Uniqlo de Fast Retailing a connu une croissance rapide en Chine et Gucci chez Kering ne semble pas faire de faux pas sous la direction créative d'Alessandro Michele.

Plusieurs familles font partie de notre liste des dix plus riches de l'industrie de la mode, car leur richesse combinée dépasse celle de nombreuses personnes riches. Par exemple, Axel Dumas et la famille Hermès ont une richesse supérieure à celle de Phil Knight, de Nike d'environ 3 milliards d’euros.

Photos homepage, de gauche à droite : Amancio Ortega, Inditex ; Bernard Arnault, Michael Klimentyev / Sputnik ; Axel Dumas, Eric Piermont / AFP

Photo 1 : Inditex - bureau à Arteixo, courtoisie d’Inditex

Photo 2 : Zara – boutique à Rome, courtoisie d’Inditex

Photo 3 : Dior Beauté boutique, courtoisie de Parfums Christian Dior

Pierre Bergé décoré par Sa Majesté le Roi du Maroc

Lors d’une cérémonie privée au Palais Royal de Marrakech le jeudi 22 décembre 2016, Sa Majesté le Roi du Maroc Mohammed VI a décerné à Monsieur Pierre Bergé, Président de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent et Président de la Fondation Jardin Majorelle, la distinction de Grand-Croix de l'Ordre du Ouissam Alaouite pour les services éminents rendus au Royaume du Maroc.

Un peu plus sur Pierre Bergé...

Pierre Bergé est né le 14 novembre 1930 à l’Ile d’Oléron, d’une mère institutrice et d’un père fonctionnaire des finances.

Il s’intéresse très jeune à la littérature, arrive à Paris en 1948 et devient courtier en éditions originales. Il fréquente Mac Orlan, Cocteau – dont il est aujourd’hui titulaire du droit moral sur l’œuvre – Aragon, Camus, Sartre, Breton. Il rencontre en 1950 le peintre Bernard Buffet, dont il devient le compagnon et accompagne la carrière pendant huit ans, et Jean Giono qui occupera dans sa vie une place très importante.

En 1958, il rencontre Yves Saint Laurent, avec qui il fonde la maison de couture Yves Saint Laurent en 1961, et qu'il dirige jusqu’en 2002. Il est élu président de la Chambre syndicale du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode en 1973, et crée en 1986 l’Institut Français de la Mode , centre de formation et d’expertise des professionnels de la mode et du textile, dont il assure toujours la présidence. Pierre Bergé est aujourd’hui président de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, reconnue d’utilité publique en 2002, dont les missions sont la conservation de l’œuvre d’Yves Saint Laurent, l’organisation d’expositions et le soutien d’activités culturelles et éducatives.

En 2014, Pierre Bergé décide que deux musées Yves Saint Laurent verront le jour en 2017 sur deux continents différents, à Paris et à Marrakech. Le projet parisien occupera le bâtiment de l’ancienne maison de couture du 5 avenue Marceau où siège depuis 2004 la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent. Quant au musée de Marrakech, dont la construction est confiée aux architectes de Studio KO, il sera situé rue Yves Saint Laurent non loin de l’entrée du Jardin Majorelle.

Photo : Fondation Pierre Bergé-YSL, copyright *© *MAP

Après avoir dirigé le magazine pendant 28 ans, elle a récemment reçu le prix Swarovski pour le changement positif aux Fashion Awards du British fashion council.

Dans la dernière année de sa vie, elle a fait l'objet d'un documentaire très respecté, réalisé par son fils, Francesco Carrozzini, décrit comme une lettre d'amour d’un enfant à sa mère.

Agée de 66 ans, Franca Sozzani est née à Mantoue. Son père, un patriarche italien classique, était un ingénieur industriel qui n'a pas approuvé les premières ambitions de sa fille pour étudier la physique. Elle a étudié la littérature et la philosophie à l'université à Milan. Elle a commencé chez Vogue Bambini, comme « assistante de l'assistant de l'assistant », selon ses mots.

En 1980, elle a décroché la direction de Lei, destinée aux jeunes femmes, avec Per Lui, son homologue masculin, en 1982. Elle a transformé ces deux titres en magazines phares. Quand Oliviero Toscani, son photographe clé, a quitté les magazines, elle a commencé à recourir à une liste éblouissante de photographes émergents, dont Mario Testino, Paolo Roversi, Herb Ritts, Peter Lindbergh, Bruce Weber et Steven Meisel, tous attirés par La liberté éditoriale sans précédent qu'elle leur a donnée et sa passion pour la photographie.

Natalie Massenet irait chez Farfetch

Dans ce qui serait un coup de grâce pour le groupe Yoox Net-a-Porter, Natalie Massenet envisagerait un poste à Farfetch, la destination en ligne pour les meilleures boutiques du monde.

Natalie Massenet, journaliste de mode, qui a fondé Net-a-Porter, avec 1,2 million de livres (1,4 millions d’euros) d'investissement, a quitté l'entreprise qu'elle a construite lors de sa fusion avec Yoox, un site de vente en ligne de luxe discount, sous la maison mère Richemont.

L'accord aurait été négocié sans prendre en compte l’avis de Natalie Massenet, bien qu'elle ait vendu ses actions majoritaires au groupe de luxe.

Farfetch est actuellement en phase d'expansion et se prépare à une éventuelle mise en bourse de 1 milliard de livres (1 milliard d’euros) en 2017. Plus tôt cette année, Natalie Massenet a rempli son contrat de non-concurrence d'un an et pourrait s'avérer être le partenaire idéal du fondateur de Farfetch, Jose Neves.

Natalie Massenet, qui est également présidente du British Fashion Council, poste qu'elle occupait depuis 2013, a enregistré en octobre 2015 une nouvelle société appelée Imaginary Ventures Ltd.

Photo : Natalie Massenet LeWeb 11 @ Les Docks Paris, Source: Wikipedia Commons

Susie Crippen revient chez J Brand

J Brand a annoncé ce lundi 5 décembre, via un communiqué plutôt bref, la nomination de Susie Crippen au poste de directrice créative. J Brand, comme chacun sait, est une marque américaine créative, essentiellement basée sur le denim. Une marque fondée en 2004 à Los Angeles qui appartient aujourd’hui pour une bonne part, au géant japonais Fast Retailing, propriétaire d’Uniqlo.

Cette nomination est en fait un retour. La marque a en effet été fondée par Susie Crippen et par Jeff Rudes. Ce retour a plusieurs explications. Jeff Rudes a quitté la direction de la marque en 2014, et a revendu également les dernières parts qu’il possédait dans la société. Jeff Rudes et Susie Crippen avaient largement contribué à insuffler aux jeans J Brand ce piment fashion qui fit ses preuves durant une décennie. En 2010, les deux co-fondateurs ont vendu 80,1 pour cent de la société à Star Avenue Capital qui les revendu à son tour deux ans plus tard à Fast Retailing pour 290 millions de dollars.

Retour aux fondamentaux pour J Brand et Uniqlo

Depuis deux ans, J Brand a donc perdu le dernier de ses deux co-fondateurs. De nombreux experts confirment que J Brand a également transféré une large partie de ses opérations financières à New York. J Brand s’est engagé dans une politique d’expansion de la marque, via le vêtement masculin et les collaborations tout azimuts avec des créateurs de mode (Hussein Chalayan, Proenza Schouler).

Ces changements ont altéré la perception de la marque vis à vis de la clientèle. Fast Retailing s’est parallèlement engagé avec Uniqlo dans une politique aventureuse sur les prix de ses produits: une politique soldée par un échec. Fast Retailing cherche donc désormais à revenir aux fondamentaux pour toutes ses marques. Les bas prix pour Uniqlo, la créativité pour J Brand.

Quelle meilleure manière de revenir aux fondamentaux de J Brand que de faire appel à sa co-fondatrice ? Susie Crippen revient donc au poste de directrice créative. La présidence de la société reste aux mains de Lynne Koplin qui est une grande professionnelle de l’industrie du denim et du vêtement de bain. La marque fait parallèlement un retour - ostensiblement affiché - vers Los Angeles : Fast retailing a en effet annoncé mi novembre le déploiement d’un « denim innovation center » au cœur de L.A. Ce centre développera des tissus denim, conduira des recherches sur les procédés de coupe et de finition. Il profitera à la fois à Uniqlo et à J Brand.

Crédit photo: J Brand dr

Maxwell Osborne et Dao-Yi Chow quittent DKNY

Les directeurs de création de DKNY, Maxwell Osborne et Dao-Yi Chow, quitteront la marque à la fin de l'année. Ils préfèrent se concentrer sur leur propre marque, Public School.

Fin juillet, G-III avait annoncé son intention d'acquérir Donna Karan International au conglomérat de luxe français LVMH, l’opération ayant été confirmée jeudi. Bien que ce communiqué de presse n'ait rien dit sur les changements de leadership à Donna Karan ou DKNY, WWD avait signalé que certains changement majeurs allaient arriver. Aujourd’hui, en plus du départ de Dao-Yi Chow et Maxwell Osborne, la directrice générale de Donna Karan International, Caroline Brown, annonce également sa décision de partir du groupe.

« Étant donné la vente de la société et le changement de stratégie qui en découle, nous avons décidé de nous arrêter et de nous concentrer sur notre propre entreprise, Public School », ont déclaré Maxwell Osborne et Dao-Yi Chow dans un communiqué. « Cela a été une expérience incroyable de travailler aux côtés des gens merveilleux de DKNY, en particulier notre étonnante équipe de design et notre atelier. Nous souhaitons à l'entreprise une grande réussite ».

Donna Karan soutient Maxwell Osborne et Dao-Yi Chow

Lors de leur arrivée pour diriger DKNY en avril de l'année dernière, il semblait que Maxwell Osborne et Dao-Yi Chow feraient rentrer la marque dans une nouvelle ère. Opération réussie puisque les deux créateurs streetwear ont amené avec succès la marque dans l‘univers cool. Ils veulent maintenant donner toute leur énergie pour leur propre marque Public School.

« Les gens de Donna Karan ont tout mon amour. Ensemble, en tant que famille, nous avons créé et construit deux marques - Donna Karan et DKNY - et je serai toujours reconnaissante et fier d’y apposer mon nom. Je veux envoyer à tous les membres de l'entreprise mon amour et mes remerciements pour leur énorme énergie, leur passion, leur créativité et leur dévouement », a déclaré Donna Karan, qui est restée en tant que conseillère proche de la marque après son départ officiel en 2015.

La question maintenant est de savoir quelles seront la nouvelle direction créative et la stratégie commerciale de Donna Karan International.

Photo: DKNY Spring-Summer 2016 / © Catwalkpictures.com

Stella Cadente nouvelle directrice artistique de Bijorhca Paris

Bijorhca Paris a nommé la créatrice Stella Cadente comme directrice artistique du salon. À partir de l'édition de janvier 2017, elle ajoutera sa propre touche distinctive à l’événement.

Stella Cadente a été directrice artistique pour de nombreux projets dans les secteurs de la mode et de l'aménagement d’intérieur. Bijorhca Paris lui a spécifiquement demandé de développer une forte identité visuelle pour revitaliser trois domaines clés : l’espace lounge, le club VIP et média, et le Premium Area, qui accueille 40 stylistes à la pointe de la mode.

La nouvelle directrice artistique aidera également à sélectionner une dizaine de créateurs parmi les 100 nouveaux exposants de cette édition, à travers l'initiative Shopping de Stella Cadente. Ses meilleurs choix seront présentés dans divers médias sponsors.

Stella Cadente sera présente tout au long de l'événement de quatre jours et discutera avec son partenaire Florian Claudel de la collaboration avec Bijorhca Paris dans le cadre du programme de conférences de l'événement.

« Ma carrière a toujours été étroitement liée à la joaillerie, je suis donc ravie et fière d'avoir été choisie comme directrice artistique de Bijorhca Paris, l'événement phare du secteur en France, avoue Stella Cadente. Mon défi sera de donner au salon la touche de Stella Cadente, non seulement par une identité forte, mais aussi en insufflant à l'événement un nouvel élan : un esprit de dialogue, de découverte et d'expérience qui le transformera en think tank pour de nouvelles idées. »

Elle a appris le design de mode à Paris au Studio Berçot et à New York au Fashion Institute of Technology. Elle a travaillé pour les meilleures maisons de mode françaises comme Chanel, Chloé, Dior ou Montana, et a finalement décidé de créer sa propre marque en 1991.

Photo: Stella Cadente

"La Consolation", liée à la mort de David Hamilton?

David Hamilton, le photographe britannique de mode, a été retrouvé mort à son domicile le vendredi 25 novembre à l’âge de 83 ans. Plusieurs accusations de viol avaient été essuyées ces derniers temps.

Passionné des clichés de femmes adolescentes dénudées, la critique désignait un « flou hamiltonien » pour décrire son style. Il avait d’ailleurs réalisé plusieurs films empreints des mêmes « envies » sur la grande toile : Bilitis (1977), Tendres cousines (1980) et Premiers désirs (1984).

Ce londonien né en 1933 avait rejoint Paris à l’âge de 20 ans pour travailler dans la mode. Un pari réussi puisqu’il enchaînait rapidement les collaborations avec le magazine Elle et la direction artistique avec le Printemps, avant de se mettre à la photographie 13 ans plus tard.

De « La Consolation » à la « délivrance »...

Ces derniers temps, plusieurs femmes dont Flavie Flament, l’animatrice de télévision, ont révélé avoir été abusées sexuellement par David Hamilton, lorsqu’elles étaient encore mineures. Dans le cas de Flavie Flament, son livre autobiographique « La Consolation », présenté récemment, lève le voile sur cet « agresseur anonyme » -ayant eu prescription des faits- rencontré au Cap d’Agde à l’âge de 13 ans lorsqu’elle s’initiait au mannequinat.

Après les avoeux de Flament, le nom de David Hamilton a circulé dans la presse obligeant finalement ce dernier à clamer son innocence. Quelques jours plus tard, le photographe a été retrouvé mort vendredi 25 novembre au soir à son domicile. Selon plusieurs sources, il se serait donné la mort en prenant des médicaments.

Flavie Flament se dit « dévastée » par cette nouvelle. Dans un communiqué à l’AFP, l’animatrice de télévision réitère ses accusations : « Il nous condamne à nouveau au silence et à l’incapacité de le voir condamné ».

Photo : David Hamilton

G-Star nomme ses deux nouveaux directeurs

G-Star vient de nommer Patrick Kraaijeveld et Rob Schilder à la direction générale. Ils prennent le poste du fondateur de la marque hollandaise, Jos van Tilburg, quil avait occupé pendant 27 ans.

Avant leur nomination, les deux nouveaux co-directeurs généraux travaillaient dans l’entreprise : Kraaijeveld se chargeait des opérations et Schilder de la direction commerciale et artistique.

Van Tillbourg dans une fonction plus stratégique

Quant à Van Tillbourg, il restera membre du conseil de G-Star et travaillera d’une façon plus stratégique qu’opérationnelle. L’homme d’affaire a expliqué dans un communiqué que le développement continu dotés de créativité et de’innovation font partie de leur principe depuis le début et que les deux nouvelles recrues sont « déterminées à continuer à développer cette mission ».

Côté création, Aitor Throup est devenu -en même temps- le nouveau directeur artistique de la marque. Il avait travaillé en tant que consultant créatif de l’entreprise depuis 2013.

G-Star est présent dans 70 pays à travers plus de 60.000 points de vente et dispose de flagship stores à New York, Londres, Paris, Tokyo et Amsterdam. En 2013, la marque enregistrait des ventes de près de 750 millions d’euros, d’après les derniers chiffres disponibles. En février dernier, le chanteur Pharell Williams entrait dans le capital de la société après avoir racheté 50 pour cent de BBC Ice Cream.

Photo : G-Star