(publicité)
(publicité)
Mike Shearwood nouveau DG de Clarks

Melissa Potter a un successeur. Clarks annoncé la nomination de Mike Shearwood en tant que nouveau directeur général de la marque britannique.

Mike Shearwood travaillera avec le conseil d'administration et la direction. Tom O'Neill, président de Clarks, contribuera à une transition en douceur.

Mike Shearwood a beaucoup d'expérience dans le secteur de la mode. Il était directeur général de Karen Millen et a occupé, auparavant, des postes à Aurora Mode et Inditex.

Clarks se restructure six mois après le départ de sa directrice générale, Melissa Potter et de sa directrice financière, Robin Beacham. La marque de chaussures britannique a annoncé le licenciement de 200 travailleurs au niveau global et supprimera 50 postes de travail à son siège de Somerset.

Cette réorganisation affectera l’ensemble des bureaux et dépôts que la marque possède dans le monde et aura une incidence directe sur les départements des ressources humaines, du design et financiers.

L’an dernier, Clarks a célébré son 190ème anniversaire et avait clôturé 2014 sur un chiffre d’affaires de 1 490 millions de livres sterling, soit 2 025 millions d’euros. Le groupe opère avec plus d’un millier de points de vente dans le monde.

Photo: Clarks

David Lauren a été nommé vice-président et directeur de l’innovation du groupe Ralph Lauren Corp. Il succède à la française Valérie Hermann.

L’un des fils du fondateur, Ralph Lauren, avait rejoint le groupe en 2000 au poste de directeur d ela création et directeur commercial. Treixe ans plus tard, il devenait président exécutif de la publicité, du marketing et de la communication à l’international, rejoingnant le conseil d’administration du groupe.

David Lauren sera rattaché à Stefan Larsson, président et CEO du groupe et se chargera de diriger les différentes initiatives mises en oeuvre par la société Ralph Lauren pour contribuer au développement de la marque sur différents canaux.

Alexa Chung devient directrice artistique de Ugg

Ugg présente son tout premier partenariat créatif avec Alexa Chung. Afin de rendre hommage à l’iconique Classic boot et célébrer le lancement de la Classic 2.0, la star anglaise prend les rênes de la création.

En tant que directrice artistique, Alexa a eu un œil sur l’ensemble du projet, depuis le concept jusqu’à l’équipe en passant par les modèles, se concentrant sur la Classic boot et lui apportant une expression plus contemporaine. Ugg a tiré parti de l’œil unique d’Alexa pour le style ainsi que de ses amis créatifs pour mettre en place ce partenariat.

Une série de portraits pris à New-York présente un groupe de femmes appartenant à l’industrie de la mode, proches d’Alexa, mises en avant pour leur style personnel. Cela résulte en des situations reflétant la vie de femmes charismatiques dans leur tenues modernes qui ont permis au photographes de capturer de vrais moments.

Chaque portrait a été pris par le photographe Ben Rayner qui a travaillé auparavant avec Tommy Hilfiger, A$AP Rocky, Mo et Dey Hynes. La styliste Stella Greenspan, ancienne assistante de Grace Coddington a travaillé au côté d’Alexa, tandis que Blake Erik et Charlotte Day ont respectivement coiffé et maquillé les modèles.

Alexa Chung revoit les classiques

« J’ai toujours apprécié les pièces classiques et toujours été attirée par les choses qui ont une beauté intemporelle. Pour moi, les bottes Ugg possèdent cette qualité, avoue Alexa Ching. J’ai adoré jouer le rôle de directrice artistique pour Ugg. Cela m’a donné l’opportunité de travailler avec certaines des personnes que je trouve les plus passionnantes autour de moi et de capturer dans ces portraits, à la fois leur façon d’être ainsi que la nature décontractée de la marque, grâce à une équipe talentueuse. »

Fondée en 1978 en Californie, Ugg est reconnue comme une marque premium avec un chiffre d’affaire annuel supérieur à 1 milliard de dollars. La marque offre une gamme incluant les chaussures pour hommes, femmes et enfants mais aussi des vêtements de détente, d’extérieur, des produits pour la maison ou encore des accessoires conçus pour le froid et des sacs à main.

Les magasins de la marque ainsi que ses concept stores offre aux clients une expérience poussée dans l’univers de la marque avec 150 emplacements incluant New York, San Francisco, Los Angeles, Paris, Londres, Tokyo, Shanghai ou encore Pekin.

Photo: Ugg

John Mehas, nouveau président de Tory Burch

John Mejas sera le nouveau président de la griffe américaine Tory Burch. Il succèdera à Brigitte Klein qui avait démissionné en août dernier après 12 ans de fonctions.

Après quinze ans au sein de Polo Ralph Lauren où il occupait pendant 13 ans le poste de président et CEO de Club Monaco, John Mehas avait rejoint Tory Burch en 2004.

Mehas sera rattaché directement à Tory Burch et Roger Farah, co-CEO de la marque. Il s’incorporera au bureau des directeurs exécutifs, un groupe d’administration formé par la créatrice Tory Burch, Roger Farah et Robert Isen, président du développement commercial et directeur juridique.

Photo : Tory Burch website

Justin O’Shea viré de Brioni au bout de 8 mois

Un petit tour et puis s’en va. On ne peut pas dire que Kering aura laissé à Justin O Shea le temps de prendre ses aises. Huit mois après son arrivée chez Brioni, le charismatique directeur artistique a été prié de faire ses valises. Les résultats ne seraient pas à la hauteur du groupe de luxe. Ce départ, en plus d’être fulgurant, confirme à ceux qui en doutaient encore que les directeurs artistiques sont désormais des variables d’ajustements comme les autres au sein des maisons de luxe.

Le mariage était pourtant prometteur. Depuis quelques années, Justin O’Shea impose sa vision du style au monde de la mode avec une autorité suprême. Acheteur star de Mytheresa.com, ce bel australien au bronzage impeccable a su hisser, grâce à son flair et bagout, cet obscur site commercial munichois au premier rang des destinations digitales qui comptent. Son physique de baroudeur viril mais tiré à quatre épingles lui a parallèlement permis de devenir une figure médiatique de premier plan. Excellent commercial, acheteur doué, star d’instagram, figure des front row, c’était l’homme orchestre parfait pour donner un soupçon de modernité à une belle endormie. En théorie.

Sa mission chez Brioni était simple, et paraissait largement dans ses cordes. Il s’agissait de réveiller la griffe italienne fondée en 1945 à Rome par le tailleur Nazareno Fonticoli et l'entrepreneur Gaetano Savini. Une marque fidèle à son adn depuis six décennies : les costumes de luxe fait main. L’univers sérieux de la confection italienne pour homme. Kering a fait l'acquisition de l'entreprise en 2012. La marque traversait une passe difficile. Le chic à la James Bond ne faisait plus recette. La marque, très présente en Europe de l’Ouest, avait largement subi la récession en Russie. On peut imaginer que dans l’esprit des nouveaux propriétaires, O’Shea aurait à reproduire ce qu’Hedi Slimane fit pour Dior Homme il y a quelques années.

Oui le bel australien a réveillé la marque. Il l’a fait en la secouant au son du heavy metal, sollicitant les membres du groupe Mettalica pour être les nouveaux visages de la marque. Nouveau logo, nouvelle boutique. La planète mode a adoré cette imagerie radicale (surtout les rédactrices d’ailleurs), les clients historiques de la marque beaucoup moins visiblement.

« Le plan de revitalisation va continuer »

Il faut surement du temps pour fédérer une nouvelle clientèle. Ce temps, Justin O’Shea ne l’aura pas. Il n’aura pas réproduit l’équation Slimane. Il faut dire à sa décharge que Dior est une marque de mode, alors que Brioni est une marque de confection de luxe destinée à des hommes férus d’élégance classique. Bref, la greffe n’a pas pris, du point de vue de Kering qui est déçu des premiers résultats (les clients fashion ne se sont pas précipités outre mesure, la clientèle historique s’est enfuie épouvantée).

Dans une déclaration à la presse, le PDG de la maison *Gianluca Flore* veut faire bonne figure :* "La stratégie de revitalisation de Brioni qui a commencé au début de cette année va continuer, grâce à un plan à long terme qui vise à établir la marque comme l'un des leaders du prêt-à-porter de luxe masculin."* Virer un directeur artistique au bout de huis mois peut sembler incompatible avec le fait de proposer à son entreprise une vision à long terme mais il est vrai que la chute des flux touristiques qui touche l’Europe à cause des attentats n’est pas le terrain idéal pour entamer une réflexion apaisée. En début d'année, le groupe avait annoncé un plan de restructuration (139 suppressions d’emplois) en raison d'une "situation de surproduction". Brioni employait auparavant 1150 personnes sur ses trois sites en Italie.

Credit photo: courtesy of Brioni

Le créateur Alber Elbaz s'est vu remettre lundi les insignes d'officier de la Légion d'honneur des mains de la ministre de la Culture Audrey Azoulay, une distinction reçue en pleine Fashion Week devant plusieurs célébrités.

La cérémonie s'est déroulée rue de Valois devant les actrices Demi Moore et Kristin Scott-Thomas, ainsi que la papesse de la mode Anna Wintour, rédactrice en chef de l'édition américaine de Vogue, a constaté une journaliste de l'AFP. "Quel magnifique premier rang", s'est exclamé le créateur, qui a longtemps officié chez Lanvin, sourire timide aux lèvres et noeud papillon blanc au cou. Alber Elbaz est resté 14 ans à la direction artistique de Lanvin avant d'en être évincé en octobre 2015, ce qui avait suscité des remous dans le monde de la mode.

Revenant sur cette "annus horribilis", il a salué le travail des équipes ("le meilleur orchestre avec qui il m'ait été donné de travailler") et a déclaré que "la mode (lui) manquait". La ministre de la Culture est revenue sur le parcours du créateur israélo-américain de Casablanca à Tel Aviv, où il a grandi, puis New York et Paris. "La France est fière d'un homme qui ne doit sa vie qu'à son talent et son travail", a-t-elle déclaré.

En marge de la cérémonie, Mme Azoulay a indiqué avoir fait parvenir "un petit mot" à la star américaine Kim Kardashian, braquée en pleine nuit dans la résidence où elle séjournait pendant la Fashion week. (AFP)

Nina Nitsche, nouvelle directrice de collection de Vêtements

Le Collectif Vêtements a nommé Nina Nitsche au poste de directrice de collection.Elle sera chargée de l’équipe de création et rapportera directement à Demma Gvasalia, co-directrice avec son frère Guram de Vêtements, qui s’occupe également de la direction artistique de la maison Balenciaga.

Nina Nitsche a travaillé pendant près de vingt ans chez Maison Margiela en tant que première assistante de Martin Margiela avant de devenir designer en chef et de quitter la maison en 2012.

Photo: Vêtements

Le groupe de luxe Kering a annoncé la nomination de Claus-Dietrich Lahrs, ancien PDG du groupe allemand de prêt-à-porter haut de gamme Hugo Boss, à la tête de sa marque de maroquinerie Bottega Veneta, à compter du 4 octobre.

De nationalité allemande, M. Lahrs va succéder à Carlo Alberto Beretta, nommé chef client et marketing du groupe Kering. M. Lahrs avait quitté ses fonctions chez Hugo Boss en février de cette année, après une année 2015 en demi-teinte pour le groupe allemand.

Avant son entrée chez Hugo Boss en 2008, il avait exercé diverses responsabilités chez Cartier, Louis Vuitton et Christian Dior Couture. "Son expérience unique et sa connaissance fine du secteur du luxe seront clés" pour superviser les activités de Bottega Veneta, a estimé le PDG de Kering, François-Henri Pinault, cité dans un communiqué. (AFP)

Promod réorganise son équipe de direction avec l’arrivée de nouveaux directeurs : Nadine Caux venue de C&A et d’Etam au poste de directrice générale et Frédéric Sebban au poste de directeur général adjoint.

Ensemble ils auront la mission de mettre en marche le plan Promod Cap 2016 qui prétend changer positivement les résultats du groupe. Avant de s’incorporer à Promod, Caux travaillait chez Etam et C&A en tant que responsable du marché français et de l’expansion internationale.

En avril dernier, Promod annonçait un plan de restructuration global qui impliquait le licenciement de 133 employés et la fermeture de 180 magasins hors de France, vu la baisse des ventes.

Showroomprivé nomme un nouveau directeur des opérations

Showroomprivé renforce son équipe de direction. Le groupe français vient de nommer Anil Benard-Dende au poste de nouveau directeur général des opérations. Il s’incorporera à l’entreprise dans le but de renforcer la logistique, le service client et la production de Showroomprivé.

Auparavant, Benard-Dende occupait d’autres postes de responsabilité au sein de Cdiscount, Easydis ou Conforama, où il se chargeait de la logistique et de la chaîne d’approvisionnement du marché suisse.

La plateforme de e-commerce continue à être contrôlée à 42 pour cent par ses fondateurs, David Dayan et Thierry Petit.

Showroomprivé a conclu 2015 sur un chiffre d’affaires de 442,8 millions d’euros, soit 26,6 pour cent de plus qu’en 2014. Par contre, le bénéfice net du groupe a chuté de 12,4 pour cent pour un total de 5,1 millions d’euros. La stratégie globale du groupe est centrée sur la diversification, avec le lancement de sa propre marque l’an dernier et l’acquisition de concurrent en Italie et en Belgique.

Photo: Showroomprivé