(publicité)
(publicité)

Ralph Lauren a nommé Kevin Carrigan au poste de vice-président et directeur artistique de Ralph Lauren. Auparavant, Carrigan s’est chargé des collections de Calvin Klein - CK Calvin Klein, Calvin Klein Jeans et Calvin Klein White Label- pendant 18 ans et a quitté la marque avec l’arrivée de Raf Simons, ancien directeur artistique de Dior.

Formé au Ravensbourne College of Design and Communication et diplômé d’un master en stylisme de mode au Royal College of Art and Design de Londres, Carrigan a commencé sa carrière en travaillant pour Nicole Farhi et Max Mara dans la capitale britannique.

Ralph Lauren a conclu son premier semestre sur un résultat net de 23 millions de dollars (20,8 millions d’euros), soit 89,7 pour cent de moins que l’an dernier à la même période. Le chiffre d’affaires de l’entreprise a atteint les 3 287 millions de dollars (2972 millions d’euros), ce qui représente 6,09 pour cent de moins qu’au premier semestre de 2016.

Marco Gobbetti prendra ses fonctions de directeur général de Burberry au mois de juillet, afin de relancer le groupe de luxe britannique confronté à un certain marasme, a annoncé lundi Burberry en précisant le calendrier d'une transition déjà connue.

M. Gobbetti, actuellement PDG du groupe de luxe de vêtements et de maroquinerie Céline, propriété de LVMH, va rejoindre les rangs de Burberry le 27 janvier prochain. Il sera placé sous l'autorité directe du président du conseil d'administration du groupe britannique, John Peace, a expliqué Burberry dans un communiqué. M. Gobbetti exercera dans un premier temps les fonctions de président exécutif pour l'Asie-Pacifique et le Moyen-Orient, avant de devenir directeur général le 5 juillet, jour où il intégrera le conseil d'administration du groupe.

L'actuel DG, Christopher Bailey, conservera sa fonction de directeur de la création qu'il cumule actuellement avec la charge de numéro un exécutif. Il occupera dès lors aussi une fonction de président, et sera placé sous l'autorité directe du président du conseil d'administration John Peace. Le principe de ces changements avait été annoncé en juillet dernier, Burberry cherchant à se relancer face à des conditions de marché jugées "difficiles".

Christopher Bailey occupe le poste de directeur général depuis mai 2014, époque où il avait pris cette responsabilité en plus de sa fonction de directeur de la création, qu'il exerçait alors depuis six ans. Son arrivée à la direction générale avait surpris un certain nombre d'analystes, qui avaient souligné son manque d'expérience à la tête d'une entreprise cotée de cette envergure.

Remplaçant à l'époque Angela Ahrendts, partie chez Apple, il a été confronté à un environnement d'affaires très mitigé, marqué notamment par une baisse de fréquentation des magasins Burberry à Hong Kong, région où la marque est très active.

En présentant un plan d'économie sur trois ans en mai dernier, le spécialiste du trench-coat avait prévenu que le marché mondial du luxe n'allait progresser que d'un faible pourcentage par an lors des cinq années à venir, alors qu'il avait bondi de 7 pour cent par an depuis 2010 du fait notamment de l'émergence des consommateurs fortunés chinois. (AFP)

Lucie et Luke Meier, bientôt nouveaux DA de Jil Sander

Après la présentation de la collection femme à Milan en février prochain, Jil Sander remplacera son actuel directeur artistique Rodolfo Paglialunga. C’est le couple formé par Lucie et Luke Meier qui assurera la relève.

Lucie Meier avait dirigé une équipe de design de prêt-à-porter de Dior, antérieurement, sous la direction de Raf Simons jusqu’à l’arrivée de la créatrice Marie Grazia Chiuri. Elle a également travaillé dans les studios de Balenciaga et de Louis Vuitton. Quant à Luke Meier, c’est le co-fondateur et designer de la marque de mode masculine Oamc.

Rodolfo Paglialunga occupait le poste de directeur artistique de Jil Sander depuis 2014, après avoir travaillé pour Romeo Gigli et Prada. Il a aussi fait ses armes chez Vionnet où il est resté pendant deux ans à la direction artistique.

Prada a pris une participation majoritaire de Jil Sander en 1999 et la vendait à Change Capital Partners en 2006. Deux ans plus tard, le groupe japonais Onward Holdings s’octroyait le label.

Photo : Jil Sander, Cruise Collection 2017

Isabelle Guichot, ancienne directrice générale de Balenciaga, va quitter Kering, après avoir conclu un accord avec le groupe, selon Reuters. Isabelle Guichot avait été remplacée fin novembre par Cedric Charbit, après 9 ans à la tête de Balenciaga.

Kering avait alors indiqué qu'elle serait appelée « à de nouvelles fonctions au sein du groupe », sans plus de précision. La patronne sortante de Balenciaga, Isabelle Guichot est cependant parvenue à un accord pour quitter le groupe français de luxe. Balenciaga a estimé des ventes annuelles d'environ 400 millions d'euros.

Son départ est le dernier d'une vague sans précédent de changements de gestion à Kering, au cours des deux dernières années, pendant laquelle le groupe a remplacé la direction ou la direction créative ou les deux, à environ 75 pour cent de ses 15 sociétés de luxe.

Le secteur du luxe n’est pas à plein régime ces temps-ci. Les grandes marques luttent toujours plus pour avoir des parts de marché et une bonne croissance des ventes sans augmentation artificielle des hausses de prix et de nouvelles boutiques.

Azzaro fait appel à Bianca Brandolini et Eugénie Niarchos pour sa ligne haute-couture

Azzaro vient de s’allier avec les celebrities Bianca Brandolini et Eugénie Niarchos pour lancer une nouvelle collection haute-couture. Pendant ce temps, la marque de luxe française recherche un remplaçant pour sa direction artistique. Azzaro avait déjà collaboré à plusieurs reprises avec Niarchos qui avait imaginé deux collections capsules de bijoux por l’enseigne.

Le duo franco-espagnol, Arnaud Maillard et Alvaro Castejón, installé à Madrid, abandonnait la direction artistique de la marque six mois auparavant. Les deux créateurs continuent aujourd’hui à la tête de leur propre label, Alvarno.

Quelques mois après le départ du duo, Azzaro incorporait Gabriel de Linage, ancien directeur de chez L’Oréal Brésil, au poste de directeur général. Il remplace Javier Abaroa, qui avait rejoint Azzaro en 2011 et venait également de L’Oréal.

Photo :Azzaro

Clare Waight Keller quitterait bientôt la direction artistique de Chloé

Rien n’est encore officiel puisque la maison n’a rien comenté à ce sujet mais les rumeurs envahissent le net depuis plusieurs semaines concernant le départ de l’actuelle directrice artistique de Chloé.

Clare Waight Keller, qui prenait ses fonction en 2011 au sein de la marque propriétaire du groupe Richemont, aurait, d’après Reuters, décidé de ne pas renouveler son contrat, celui-ci prenant fin en mars prochain. Le motif serait d’aller rejoindre sa famille à Londres.

Toujours selon les rumeurs qui circulent, Cholé aurait même déjà trouvé une remplaçante à Clare Waight Keller : il s’agirait de Natasha Ramsay-Levi, qui travaille actuellement comme designer aux côtés de Nicolas Ghesquière chez Louis Vuitton.

Avant de rejoindre la maison Vuitton, Natasha avait fait ses armes chez Hermès, Acné Studios et Balenciaga.

Photo: Chloé website

Anna Wintour et Victoria Beckham sont récompensées avec les traditionnels « New Year Honours » par la Reine d’Angleterre, Elisabeth II.

Sur cette liste prestigieuse de 1 197 personnes, qui vise à remettre les distinctions aux meilleurs personnalités britanniques, on retrouve également l’actrice Naomie Harris, le tennisman Andy Murray ou encore le coureur Mo Farah.

L’épouse du footballeur David Beckham recevra le grade d’officier de l’Empire pour son travail dans l’industrie de la mode et ses actions humanitaires de lutte contre de Sida.

Quant à la rédactrice en chef du Vogue américain, Anna Wintour, elle reçoit le grade de Dame Commandeur.

Le fondateur de Menlook passe la main et nomme un nouveau CEO

Alors que le rouleau compresseur Amazon continue de grignoter des parts de marché sur tout ce qui touche de près ou de loin le e-commerce, une boutique de mode masculine en ligne continue de se frayer un chemin dans la jungle des pure players. Cette boutique, c’est Menlook, fondé en 2010 par Marc Ménasé. Aujourd’hui, le site se targue d’enregistrer plus de 4 millions de visites par mois et se présente comme le leader européen de la mode masculine sur le net avec 1000 marques partenaires. Pour le chiffre d’affaires, on parle de 100 millions d’euros.

Pour arriver à ce résultat, Marc Ménasé a largement retroussé ses manches, multiplié les initiatives, exploré de nouvelles pistes qui toutes peuvent se résumer en une phrase : exalter l’expérience client. Condition sine qua non du positionnement premium. Cette expérience s’exprime par l’empathie, l’émotion, la personnalisation.

Quelques exemples. Le plus notable est le magazine papier « The Menlook Tribune » réalisé par une équipe de cinq personnes. Ce trimestriel distribué gratuitement dans les lounges, les clubs de sports, les restaurants met en scène des produits en racontant des histoires, la plupart du temps de façon non mercantile. Autre exemple : « Georges », un service de styliste privé qui permet de se faire livre une sélection d’articles à essayer chez soi dans les 15 jours suivant la réception du colis. On pourrait citer aussi la personnalisation des sélections de produits, surtout sur le mobile, grâce au « marketing prédictif ». Marc Ménasé expliquait au magazine les Echos les fondamentaux de ce marketing prédictif : « il s’agit de combiner les données issues des cookies avec des profils types définis. Des algorithmes mettent alors en avant des contenus le plus adapté possible aux profils de chaque internaute ».

Le fondateur de Menlook passe la main et nomme un nouveau CEO

Dernière initiative en date : un numéro de téléphone sous le bouton de mise au panier. Ce numéro met en contact le client potentiel avec l’équipe de stylistes maison. Habituellement le numéro de téléphone ne sert que pour le service d’après-vente. Le but avoué : éviter l’abandon de panier. Et ça marche : le panier moyen augmente alors de 30 pour cent, tandis que le taux de transformation avoisine les taux courants en magasin.

Mathieu Drida nommé CEO de Menlook.com

Pour mener à bien le développement du site à l’échelle européenne, le groupe a acheté plusieurs de ses concurrents : le britannique Oki-ni en 2013, et l’allemand Frontlineshop en 2015. Marc Ménasé a également réalisé plusieurs levées de fond : 40 millions d’euros au total. La dernière était la plus importante : 23 millions d’euros en novembre 2014, notamment auprès de Idinvest, Partech et Bpifrance.

Marc Ménasé compte désormais sur une recrue de choix. Il s’agit de Mathieu Drida qui rejoint l’équipe de direction au poste de CEO de Menlook.com. *« En tant que fondateur et actionnaire de Menlook Group, je suis aujourd’hui ravi d’accueillir Mathieu dans notre équipe de direction et dans cette belle aventure européenne. Pour écrire cette nouvelle phase de notre développement, l’expérience très riche de Mathieu, son expertise web et mobile, et son esprit pionnier seront précieux pour nos équipes et nos partenaires » déclare Marc Ménasé qui du coup, quitte ses fonctions de CEO mais reste actionnaire du site.

Titulaire d'une Maîtrise en Economie, Mathieu Drida démarre sa carrière en 1999 à l'Ofup en tant que Manager Commercial avant de devenir Directeur Régional. En 2004, il intègre Noos en tant que Manager Fidélisation et Télémarketing pour ensuite prendre la fonction de Manager des Ventes pour Alice trois ans plus tard. Il rejoint Meilleurmobile en 2009, tout d'abord comme Directeur des opérations, puis comme Président Directeur Général en 2010. Il fut également CEO de O1Net mag, directeur Btoc Europe de Voyage-sncf.com et enfin CEO de Newmda partners, une start-up spécialisée dans le consulting. Ses sujets de prédilections : le digital, le e-commerce, la stratégie, la restructuration ou plus singulier, d’après son profil LinkedIn : le « transition management ». Des aptitudes bienvenues pour structurer une entreprise qui vient de connaitre une phase de croissance externe soutenue.

Crédit photo : le magazine The Menlook Tribute, dr

Graphique : Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode

La fin de l’année est proche et FashionUnited a pris un moment pour réfléchir aux événements de 2016. La mode a toujours été un gros business, mais cette année, certaines des personnes les plus riches travaillant dans la mode sont devenues encore plus riches, en dépit des incertitudes de la politique économique qui balayent le globe.

Sans surprise, le titre de la personne la plus riche de la mode reste dans les mains d'Amancio Ortega, actuellement le deuxième homme le plus riche au monde. Cependant, FashionUnited a calculé précedemment la valeur nette des dix premiers individus et des familles les plus riches au cours du premier semestre de 2016 et vous apporte maintenant sa liste mise à jour des dix personnes les plus riches de la mode. Faites défiler la liste pour découvrir le Top 10 et les noms que vous reconnaissez.

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en juin 2016

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en décembre 2016

Vous voulez en savoir plus sur le Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016 ? Alors cliquez ici.

Bataille des plus riches : Gates contre Ortega

Photos homepage, de gauche à droite : Amancio Ortega, Inditex ; Bernard Arnault, Michael Klimentyev / Sputnik ; Axel Dumas, Eric Piermont / AFP

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016

« Je pense que la mode est devenue un gros marché et avec la mondialisation, nous sommes sur de nouveaux territoires à ce stade. Nous ne créons pas seulement pour un pays, nous créons pour un monde entier maintenant », a déclaré la styliste américaine Anna Sui, dans une interview avec CNN, en 2006. Dix ans plus tard, l'activité continue à exploser. La mode est une grande entreprise, et grande entreprise signifie beaucoup d'argent. Mais gros à quel point ? Globalement, l'industrie de la mode vaut actuellement environ 3 milliards de dollars et est réputé pour être le plus grand employeur du monde. Cela ne surprendra donc pas que certaines des personnes les plus riches du monde ont fait fortune dans la mode. Par exemple, le deuxième homme le plus riche du monde, Amancio Ortega, a réussi à transformer son premier magasin Zara en une compagnie de plusieurs millions de dollars en un peu plus de 4 décennies. Mais quels autres entrepreneurs ont réussi à transformer leur marque de mode en un conglomérat international ?

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016

FashionUnited a précédemment étudié la valeur et les actifs des milliardaires et les millionnaires les plus riches de l'industrie de la mode, à la fin de 2015 et mi-2016. Pour notre liste de fin d'année, nous examinons ce qui a changé au cours des six derniers mois et nous avons rassemblé les dix personnes les plus riches de l'industrie internationale de la mode.

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en juin 2016

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en décembre 2016

Un coup d'œil sur les graphiques montre que peu de chose a changé en termes de classement, pour les cinq personnes les plus riches de la mode. Cependant, les deux plus riches individus, Amancio Ortega et Bernard Arnault, sont tous deux devenus plus riches au cours des six derniers mois, malgré l'instabilité économique et politique généralisée qui s’est imposé en Occident. En fait, Amancio Ortega a même réussi à obtenir le titre de l'homme le plus riche du monde, pendant 3 jours, en septembre 2016, dépassant le milliardaire Bill Gates qui a une valeur nette de 78,5 milliards de dollars, par un peu plus de 700 millions de dollars. Une grande partie de la richesse d'Amancio Ortega a été liée au succès de sa première marque de détail, Zara et son modèle d'affaires unique de Fast fashion, qui est capable de produite un vêtement, du croquis au stock, en deux semaines.

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016

Cependant, certains analystes se demandent si Amancio Ortega aurait pu atteindre sa valeur nette maximale cette année, car elle a peu bougé au cours du dernier semestre. En outre, la valeur marchande de son groupe Inditex est également restée assez stable au cours des six derniers mois, se situant entre 102 et 106 milliards de dollars. Amancio Ortega, qui est la personne la plus riche d'Europe, conserve une participation de 59 pour cent dans Inditex. Il a officiellement pris sa retraite de l'entreprise en 2011, en passant sur le bâton au PDG Pablo Isla, bien qu'il reste un membre actif du conseil. Bien que la majeure partie de sa fortune soit liée à Inditex, une grande partie peut également être attribuée à son investissement intelligent. Amancio Ortega continue de réinvestir les dividendes d'Inditex dans les zones clés, à travers l'Europe et les États-Unis.

Alors que sociétés de Fast fashion à travers le monde cherche à copier le business modèle unique d'Inditex pour Zara, un certain nombre de sociétés de mode de luxe ont réussi à prospérer face à un ralentissement de la demande de la Chine. En particulier, LVMH a bien réussi. Ce qui a aidé à stimuler la valeur nette de son PDG Bernard Arnault, qui a augmenté encore plus que celle d'Amancio Ortega, au cours des six derniers mois, grâce notamment à la remarquable performance des actions du conglomérat de luxe. LVMH a vu sa valeur marchande passer de 85 milliards d’euros, en juin de cette année, à 93 milliards d’euros le 9 décembre, ce qui porte la valeur nette d'Arnault à un peu plus de 39 milliards d’euros.

La fortune de Bernard Arnault provient principalement de Christian Dior, par lequel il détient une participation majoritaire dans LVMH. Il détient également des milliards d’euros directement chez LVMH, dans la marque de luxe Hermès et le supermarché Carrefour. Le groupe de produits de luxe a réussi à atténuer l'impact du ralentissement du luxe, lié à la Chine, aux États-Unis et à la Russie, en se concentrant sur ses prix d'entrée de gamme, de marques comme Louis Vuitton, tandis que d'autres marques de son portefeuille ont continué à prospérer, telles que la chaîne de beauté Sephora. Le groupe a également vendu Donna Karan International.

Top 10 des entrepreneurs les plus riches de la mode en 2016

Un examen plus attentif de la deuxième moitié de notre liste des dix personnes les plus riches montre que Tadashi Yanai de Fast Retailing et Francois Pinault de Kering ont réussi à monter deux et une marches dans le podium, respectivement, dans le classement, au cours des six derniers mois. Ces deux sociétés ont connu récemment une croissance des revenus, une croissance de la valeur marchande et une croissance de popularité au cours du dernier semestre. C'est en partie à cause des performances impressionnates de leurs marques de premier plan - Uniqlo de Fast Retailing a connu une croissance rapide en Chine et Gucci chez Kering ne semble pas faire de faux pas sous la direction créative d'Alessandro Michele.

Plusieurs familles font partie de notre liste des dix plus riches de l'industrie de la mode, car leur richesse combinée dépasse celle de nombreuses personnes riches. Par exemple, Axel Dumas et la famille Hermès ont une richesse supérieure à celle de Phil Knight, de Nike d'environ 3 milliards d’euros.

Photos homepage, de gauche à droite : Amancio Ortega, Inditex ; Bernard Arnault, Michael Klimentyev / Sputnik ; Axel Dumas, Eric Piermont / AFP

Photo 1 : Inditex - bureau à Arteixo, courtoisie d’Inditex

Photo 2 : Zara – boutique à Rome, courtoisie d’Inditex

Photo 3 : Dior Beauté boutique, courtoisie de Parfums Christian Dior