Frank Boehly réélu président du conseil national du cuir

Président sortant, Frank Boehly a été réélu Président du Conseil National du Cuir (CNC) le 14 décembre 2017 par l’Assemblée Générale de la Confédération qui regroupe les 20 fédérations de la filière française du Cuir (production, transformation, fabrication et distribution) . Âgé de 66 ans, il est, depuis 2008, Président de la Fédération des Enseignes de la Chaussure, et membre du Bureau du Conseil National du Cuir depuis 2009 .Très actif dans ses mandats syndicaux , Frank Boehly est également : Administrateur du Conseil du Commerce de France (CdCF), Vice-président du Comité Professionnel de Développement Économique Cuir Chaussure Maroquinerie Ganterie (CTC), Vice-président de l’Alliance du Commerce et enfin, membre du Bureau d’Au-delà du Cuir (AdC).

Réélu pour trois ans, le président en a profité pour dresser son bilan et énumérer les actions destinées à améliorer les performances de la filière. A savoir, défendre les professionnels du cuir auprès des pouvoirs publics ; améliorer la production de peaux de qualité pour répondre à la demande de la tannerie et des grandes entreprises françaises du luxe, défendre l’appellation « Cuir », encadrée par un décret, en raison d’une concurrence déloyale de la part de producteurs de matières inexactement dénommées « cuir de …» ; mettre en réseau les PME/PMI du cuir au sein des régions en mobilisant les élus locaux pour faire émerger des structures telles que le Pôle Cuir de l’Aveyron , l’Association du Cuir de Graulhet ou Reso’cuir en Nouvelle Aquitaine ; faciliter l’accès au crédit pour les PME/PMI et TPE de la filière grâce aux aides régionales et aux outils proposés par BPI France.

Priorité 2018-2020 : développer l’approche sociétale et responsable

Pour les trois prochaines années de son nouveau mandat, Frank Boehly insiste sur l’importance de la mise en œuvre d’actions RSE adaptées à la filière cuir pour répondre à la norme ISO 26 000. En effet, l’éco-système de la filière évolue : de nouvelles exigences voient le jour et deviennent prioritaires pour le consommateur, comme le respect de l’environnement et le respect du bien-être animal. Prioritaires également : l’amélioration des « supply chain » et le partage des bonnes pratiques au niveau mondial. « Si la compétitivité de nos entreprises demeure une de s priorités de la Filière Française du Cuir , nous les encourageons vivement pour les années 2018 - 2020, à développer leur approche sociétale et responsable , étape incontournable pour gagner en excellence. » insiste le président.

Enfin, dernier axe qui demeure par ailleurs une préoccupation permanente : la formation des jeunes aux métiers du cuir à l’heure où les PME/PMI du secteur ont des difficultés à recruter et où certains emplois ne sont pas pourvus. Le CNC a renforcé sa mobilisation pour attirer les jeunes vers les métiers du cuir en leur montrant non seulement des savoir- faire exceptionnels mais également les métiers dynamisés par les évolutions technologiques, sur des salons grand public (l’Aventure des métiers, le Mondial des Métiers, les Portes du Cuir , le Salon de l’Agriculture ) et en réalisant une application digitale sur les métiers et leur formation. Ces actions se poursuivront pendant la nouvelle mandature.

Credit Photo: Conseil national du cuir, dr