Jacob Arabo: entrepreneur de la flamboyance

En Suisse, au salon Baselword, le stand Jacob & co. proclame l'ambition et la singularité de la maison : les pierres étincelantes aux proportions considérables côtoient des garde-temps luxueux aux volumes assumés. L'ensemble compose une offre véritablement originale marquée du sceau de la personnalité d'un seul homme. Cet homme, c'est Jacob Arabo, cheveux gominés, bronzage gourmand, sourire enjôleur, regard franc, prunelle rieuse, manières onctueuses, costume soigneusement coupé dans des étoffes choisies avec soin : une élégance irrésistible, un peu hors du temps, à mi chemin entre l’homme de confiance et le prestidigitateur.

Cette allure résume et explique le destin hors du commun d’un véritable personnage de roman ou de fils d’espionnage qui s’intitulerait « le Joaillier qui m’aimait » ou « Le joaillier qui venait du froid ». Car Jacob Arabo a tout vu et tout connu. Il quitte son Ouzbékistan natal à 14 ans pour s’installer avec sa famille à New York, dans le Queens. Les revenus de la famille sont modestes. Le père du jeune Jacob prépare des hot-dogs dans une arrière boutique. L'adolescent s’inscrit à une formation de joaillerie dispensée par des Juifs hassidiques : il rêve déjà en secret de prospérité et d’opulence.

Son empathie naturelle et son aisance redoutable renforcées par une grande aptitude au travail vont lui paver le chemin. Entre le petit atelier monté dans une chambre à la première boutique inaugurée sur la sixième Avenue, peu d'années se sont écoulées. Infatigable voyageur, Jacob est un vendeur émérite qui comprend et devance les goûts d'une clientèle ciblée. Rapidement, il devient le joaillier de prédilection des étoiles du rap américain. Les stars aiment l’originalité des créations de Jacob & co. Elles aiment aussi l’homme derrière ces créations, elles aiment le respect qu’il manifeste pour l'univers et la personnalité de ses clients. Kanye West et Jay Z citent le joaillier dans leur chanson. Jacob Arabo est une star.

Jacob Arabo: entrepreneur de la flamboyance

De joaillier flamboyant à horloger hors pair

Joaillier flamboyant pour clients flamboyants et parfois même sulfureux, Jacob Arabo a entamé une deuxième vie qui coïncide avec le début du nouveau millénaire. Cette nouvelle vie passe par l’horlogerie. Une horlogerie exigeante et singulière où les pierres précieuses partagent la vedette avec les calibres inventifs. Ce nouveau cœur de métier ou s’épanouit visiblement monsieur Arabo est accompagné par une nouvelle clientèle dont fait partie par exemple MBS (Mohammed Ben Salmane), prince héritier d’Arabie saoudite.

Contrairement à la joaillerie, l’horlogerie n’a pas accueilli à bras ouvert Jacob Arabo. Lorsqu'il décide de trouver des fournisseurs qui pourraient donner vie aux montres dont il rêve, les professionnels font la fine bouche : « Les horlogers en Suisse m'ont traité de haut » se souvient-il. « Il était extrêmement difficile d'établir une relation avec eux ; ils étaient malpolis et les prix étaient trop élevés, comme s’il s'agissait de punir un américain. J'ai décidé de démarrer avec une montre plus simple à quartz pour laquelle je n'avais pas besoin des Suisses. J'ai réalisé la montre Five Timezone (cinq fuseaux), dont on pouvait changer le look à volonté grâce à différents bracelets et chatons. Je porte encore la première que j'ai réalisée. Cette montre a vraiment révolutionné les montres mode. »

Jacob Arabo: entrepreneur de la flamboyance

La confiance après les horlogers s’établit peu à peu. Les garde-temps Jacob & Co prennent de l'envergure, s'étoffent de tourbillons ambitieux, de mouvements inédits, de complications sophistiqués logées dans des boîtiers luxuriants où prospèrent sur des cadrans volumineux une profusion de détails pittoresques. La SF24, l’Epic X marquent les esprits. L’Astronomia et sa répétition minutes carillon sont salués avec enthousiasme comme une prouesse spectaculaire. Jacob Arabo savoure cette victoire et loue avec chaleur le talent du maître horloger Luca Soprano qui l’a accompagné sans réserve sur ce projet: « Mes collaborateurs m’avaient conseillé de ne pas investir d'argent avec Luca Soprana et son studio de création, Atelier 7:38. Tout le monde était contre, mais j’ai décidé de le faire. Et, à l’inverse des autres horlogers suisses, Luca a dit oui à l’Astronomia. ».

L’intérêt de Jacob Arabo pour l’horlogerie n’a pas été un feu de paille. La patience et l’exigence ont visiblement présidé la conception de garde temps originaux qui concilient poésie et complexité. Cette patience et cette exigence ont valu à « Jacob le joaillier » de devenir une figure respectée du milieu austère et fermé de la haute horlogerie. Cette victoire a été confirmée par la mise en route de partenariat prestigieux, avec Bugatti notamment. « J’ai toujours eu un œil sûr » concède Jacob Arabo qui a fondé sa maison il y a 34 ans et qui partage désormais son coup de crayon entre la haute joaillerie et la haute horlogerie. Quel point commun entre ces deux univers dont l'un est exclusivement féminin et l'autre plus volontiers masculin ? L’exclusivité précisément, et aussi un certain esprit d’aventure. Jacob Arabo est à l’image de ses créations, il est aussi à l'image de ses clients : plus grand que nature.

Légendes photos : jacob & co.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS