Tokyo - Jack Ma, cofondateur du mastodonte chinois de la vente en ligne Alibaba, va quitter fin juin le conseil d'administration du géant japonais des investissements dans les nouvelles technologies SoftBank Group, a annoncé lundi ce dernier.

Le groupe n'a pas précisé les raisons de ce départ. Trois nouvelles nominations au conseil d'administration seront proposées lors de son assemblée générale du 25 juin : son directeur financier Yoshimitsu Goto et deux personnalités externes.

Jack Ma siégeait au sein du conseil depuis 13 ans et a décidé de le quitter "de sa propre initiative", a précisé à l'AFP un porte-parole de SoftBank Group. Il s'agit d'une nouvelle démission de taille après celle fin 2019 du patron de Fast Retailing (Uniqlo), Tadashi Yanai, qui ne cachait pas son opposition à la stratégie de méga-investissements très risqués du PDG de SoftBank Group, Masayoshi Son.

SoftBank Group doit publier ses résultats 2019/20 lundi après la clôture de la Bourse de Tokyo. Il a déjà dit prévoir une perte nette annuelle gigantesque de 900 milliards de yens (7,8 milliards d'euros), en raison notamment de ses investissements dans le géant américain des bureaux partagés WeWork, qui ont viré au désastre.

La crise économique liée à la pandémie a par ailleurs fait chuter la valeur d'autres participations majeures du groupe via son fonds d'investissement Vision Fund, parmi lesquels Uber ou encore la chaîne hôtelière indienne Oyo. Fin 2019 SoftBank Group détenait encore 25,1 pour cent du capital d'Alibaba, selon des documents transmis en février par le groupe chinois au gendarme boursier américain SEC.

Alibaba est considéré comme l'un des actifs les plus sûrs de SoftBank Group, aux côtés de sa filiale de télécommunications mobiles au Japon, SoftBank Corp, et du groupe britannique de microprocesseurs Arm Holdings. Sous pression en raison de ses déboires financiers, SoftBank Group a annoncé en mars un gigantesque programme de cessions d'actifs de 4.500 milliards de yens sur 12 mois (38 milliards d'euros au cours actuel). Nombre d'observateurs s'attendent à ce que SoftBank Group vende encore une partie de ses parts dans Alibaba, une possibilité que Masayoshi Son a jusqu'à présent officiellement exclue.

SoftBank Group a aussi dévoilé lundi un plan de rachats de ses propres actions pour 500 milliards de yens (4,3 milliards d'euros) courant jusqu'au 31 mars 2021. Cette opération fait partie d'un programme géant de rachats d'actions pour 2 000 milliards de yens annoncé fin mars, mais elle s'ajoute à un autre plan de 500 milliards de yens annoncé le 13 mars, a précisé à l'AFP le porte-parole du groupe.

La moitié de ce premier plan de rachats d'actions a déjà été réalisé, soit 250 milliards de yens, avait annoncé SoftBank Group vendredi. Le volontarisme affiché par SoftBank Group pour mener ses rachats d'actions soutenait lundi son cours de Bourse, qui s'appréciait de 2,01 pour cent à 4 666 yens vers 4h40 GMT à Tokyo, pendant que l'indice Nikkei gagnait seulement 0,52 pour cent.(AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS