Le passé trouble de l’enfant prodige de la mode Jonathan Anderson

Jonathan Anderson a grandi juste en bas de chez de moi, un peu plus loin sur la route, dans une ferme, dans un village au cœur de l'Irlande du Nord appelé Le Loup. Vous pouvez compter le nombre de familles qui y vivent. Le climat est pluvieux, l'industrie principale est l'élevage de bétail, et la terre est étrangement verte. Alors que l'Irlande peut certainement s’enorgueillir d'avoir produit des talents remarquables dans une multitude de domaines, l’Irlande du Nord peut se vanter également, en plus de Rory McIlroy ou Seamus Heaney, d’avoir nourri le chéri de la mode qui a l'industrie à ses pieds, ce qui est aussi rare pour nous que d’avoir trois jours ensoleillés consécutifs en juillet.

Jonathan Anderson a avoué dans une interview en septembre 2015 avec The Guardian, « quand je regarde en arrière aujourd’hui, je réalise que ce sont les choses entre 8 et 15 ans qui vous influencent le plus. »

Donc, on peut se poser la question de ce qui rend Jonathan Anderson de The Loup si spécial ? Il est arrivé dans les affaires qu’en 2008, mais sa propre marque, basée à Londres, J.W. Anderson, a déjà recueilli les prix et la reconnaissance que les autres marques britanniques rêvent d'acquérir dans un laps de temps plus grand. Combinez cela avec le succès commercial de la maison espagnole Loewe (plus vieux que Louis Vuitton et Burberry, et faisant partie de l'empire LVMH), accompagné par un investissement de LVMH dans sa marque éponyme, et vous avez un conte de fée de la mode moderne. Ainsi, lorsque des rumeurs ont circulé, que Nicolas Ghesquière pourrait quitter Louis Vuitton, Jonathan Anderson a été automatiquement cité comme son successeur. Bien que les rumeurs ont été rapidement démenties, ces dernières années nous ont appris qu'il y a rarement de fumée sans feu dans ce genre de situation. Nous allons attendre et voir, mais à chaque fois qu’une place devient vacante, le nom de Jonathan Anderson flotte inévitablement dans l’air. Et le créateur n’a que trente et un ans.

Les troubles

Son âge est important parce que, comme moi, Jonathan Anderson a grandi en plein milieu d'une période intéressante dans l'histoire de l'Irlande du Nord: au cours de ces années connues comme « Les troubles ». Je me demande souvent comment cette expérience m'a impacté, moi et ma génération, à la fois créativement et psychologiquement. Dans une interview avec le magazine Violet, Jonathan Anderson a décrit cette période comme « très délicate » : « les gens oublient parfois que l'Irlande du Nord était un pays très complexe. Nous étions dans un état de guerre. Elle faisait évidemment partie du Royaume-Uni, mais il y avait beaucoup d'agitations. Mes parents vivent toujours là-bas, et je suis vraiment heureux d’y avoir grandi. C’est un pays qui est très agréable. Les gens s’aident les uns les autres, même si une partie de la population travaille contre l'autre ».

Le passé trouble de l’enfant prodige de la mode Jonathan Anderson

Cela pourrait-il expliquer son ascension ? Cette capacité de compter sur ceux qui l'entourent avec cependant la connaissance de la notion de conflit ? Déléguer avec succès les tâches à d'autres et comprendre que la collaboration est la clé dans l'industrie de la mode d'aujourd'hui.

Le refus de se conformer à la norme

Une grande partie de son succès, et en particulier ce qui lui a valu d’être remarqué pour sa propre marque, est le caractère unique de sa vision. Il rejette les compartimentations. Il fait peu de cas des stéréotypes du genre depuis le début, avec des défilés d’hommes en froufrous et de femmes imposantes et sans compromis. Ses collections n’ont pas toujours été louées, en particulier celles du début, mais peu importe. Il a choisi de diffuser son tout dernier défilé pour hommes en direct sur Grindr. Sa vision dérange, ses méthodes sont peu orthodoxes, mais il refuse d’en tenir compte. Ce côté anarchique et irrévérencieux remonte-t-il à nos racines communes ?

En Irlande du Nord, depuis près de quarante ans, vos allégeances religieuses et politiques vous définissent, que vous le vouliez ou non – à quelle l'école vous êtes allé, où vous avez vécu, avec qui vous êtes amis ; rentrer dans une case signifiait rester en sécurité. Donc déménager à la fin de son adolescence, un peu comme je l'ai fait, a permis à Jonathan Anderson d’acquérir enfin une libre pensée et de se positionner en dehors des clous, en zone grise, sans étiquette. Mais, après enquête, je découvre que les parents de Jonathan Anderson étaient déjà uniques au sein de notre petit pays. On ne pouvait pas les identifier comme protestants ou catholiques car ses parents ne sont pas religieux. Il les a décrit comme « en dehors des lignes ». Cette liberté face au conformisme pourrait être la raison pour laquelle il refuse tout positionnement.

Le passé trouble de l’enfant prodige de la mode Jonathan Anderson

Il a raconté à The Guardian, « les voitures piégées, des explosions. C’était horrible, et vraiment déroutant pour un enfant, mais cela m’a rendu fort. Je ne prends rien pour acquis parce que je sais que la vie est comme un fusible ». La nature imprévisible et explosive de l'industrie de la mode est devenue presque un cliché. Ce pragmatisme pourrait être utile lors de la signature de contrat très médiatisé, ou d’un autre côté, de renvois abrupts et précipités qui sont devenus courants. Trois ans semblent actuellement être la durée de vie moyenne d'un créateur dans une maison de luxe avant qu'il ne soit jeté dehors.

Son éducation à la ferme de ses grands-parents n’était pas une vie agricole typique. Alors que sa grand-mère qui possédait une machine à coudre lui a appris à coudre, ses parents, qui vivaient à côté, représentaient une combinaison intéressante du monde de la littérature et du sport. Sa mère était professeure d'anglais, celle qui lui a fait connaître James Joyce, Oscar Wilde, Bram Stoker et son favori, Samuel Beckett, alors que son père était un entraîneur de rugby qui a joué au niveau international pour l'Irlande 27 fois.

Ce mélange d'intellectualisme scientifique et de compétitivité ambitieuse ne peut qu'avoir laissé une empreinte sur le jeune Jonathan Anderson au cours de ses années de formation, entouré de vaches, dans ce qui pourrait sembler le milieu de nulle part. L'influence de ses parents l’ont encouragé à croire que tout était réalisable et la variété des sujets qu'ils lui ont appris se ressentent dans ses collections.

Le passé trouble de l’enfant prodige de la mode Jonathan Anderson

Bien qu’obsédé par la mode à un âge précoce, elle n'était pas le première rêve de Jonathan Anderson. Il voulait être acteur et a étudié les arts du spectacle, les voyages à Washington DC, afin de participer au Studio Theater. Cependant, il a été interpellé par les créations dans le département des costumes ce qui motiva son changement de carrière. Une compréhension des personnages, et pas seulement la façon de les habiller, mais comment les lire, est essentiel dans le monde du showbiz superficiel de la mode. Et alors que je peux personnellement témoigner de la richesse des personnages indigènes de Le Loup, le concept du jeu de rôle et le développement narratif faisant tellement partie intégrante de la création d'une collection, se trouve plus facilement sur une scène.

Ici et là et Instagram

Voyager entre Londres, Paris et Madrid, est la partie épuisante du programme saisonnier de ce jeune créateur à la mode. Il possède trois téléphones, un pour Loewe, un pour J.W. Anderson et personnel qu'il dit avoir depuis l'école. Je ne peux pas m’empêcher de me demander comment ce garçon local devenu star pourra se protéger du système international de la mode sans souffrir comme tant d'autres créateurs ces derniers temps ?

Pour Jess Cartner-Morley de The Guardian, il est une valeur sûre. « Les marques ont besoin d’aller aussi vite que le monde, et aujourd'hui il est rapide. Nous vivons à l'ère du contenu. Nous avons posté quelque chose sur Instagram et cela est republié et c’est partout une minute plus tard, et enfin on est passé à quelque chose d’autre. Je ne vois pas cela comme une chose négative ; c’est la façon dont mon esprit fonctionne, aussi. Il n'y a pas que les consommateurs qui peuvent se lasser de la marque, il faut aussi que je ne me lasse pas ».

Et si la vitesse et le contenu deviennent ennuyeux, il connaît un lieu de retraite hors des sentiers battus, loin de Londres, Paris et Madrid, qui offre tout l'espace et la sérénité auxquels un agitateur international pourrait rêver. Je m’y rends moi-même parfois.

Le passé trouble de l’enfant prodige de la mode Jonathan Anderson

La contributrice Jackie Mallon, fait partie du corps enseignant de plusieurs programmes de mode à New York et est l'auteur de Silk for the Feed Dogs, un roman qui se passe dans l'industrie de la mode internationale.

Photos: Jackie Mallon, J-W-Anderson.com et Loewe.com

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS