Paris - L'homme d'affaires français Maurice Bidermann, qui constitua un géant du textile à son nom et fut l'une des personnalités condamnées dans l'affaire Elf, est mort lundi à 87 ans, a annoncé son entourage à l'AFP.

Maurice Bidermann est décédé dans la matinée de lundi dans un hôpital parisien, selon son entourage, qui précise qu'il souffrait de plusieurs maladies chroniques mais n'était a priori pas atteint du Covid-19. Frère de la chanteuse Régine, il était né en 1932 en Belgique et avait constitué dans les années 1960 et 1970 un empire du textile à partir d'un petit groupe familial dont il avait hérité.

Le groupe, devenu numéro un français du vêtement masculin, avait ensuite rencontré des difficultés et, lourdement endetté, avait dû être vendu en 1995. C'est dans ce contexte que Maurice Bidermann s'est trouvé impliqué l'affaire Elf, l'un des principaux scandales politico-financiers français des dernières décennies.

Il avait éclaté à la suite d'une enquête sur un prêt suspect, via des circuits offshore, de la société pétrolière au groupe Bidermann, d'un montant d'environ 800 millions de francs (près de 150 millions d'euros).

Maurice Bidermann avait été condamné en 2003 dans cette affaire à trois ans de prison dont deux avec sursis et un million d'euros d'amendes. L'industriel s'était ensuite domicilié au Maroc mais avait continué à s'afficher avec des personnalités en France, en particulier à la fin des années 2000 des membres de l'entourage de Nicolas Sarkozy, ainsi que le président de la République lui-même.

Au début des années 2010, il avait été visé par une enquête du fisc marocain, qui le soupçonnait de ne pas avoir déclaré tous ses revenus de source étrangère. (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS