Quelques phrases sur l'élégance, la mode et les femmes du couturier Yves Saint Laurent, dont l'oeuvre est exposée dans deux musées inaugurés à Paris le 3 octobre et Marrakech le 19.

Yves Saint Laurent sur La mode

- "La ligne doit avant tout son élégance au dépouillement et à la pureté de sa construction".
- "La ligne du corps compte avant tout. Jamais de surcharge, il ne faut pas trop de fantaisie, cela nuit à l'état de grâce tant recherché".
- "Le noir est mon refuge, le noir est un trait sur la page blanche".
- "Il ne faut pas s'attacher aux modes et y croire trop, c'est-à-dire s'y laisser prendre. Il faut regarder chaque mode avec humour, la dépasser, y croire suffisamment pour se donner l'impression de la vivre mais pas trop pour pouvoir conserver sa liberté".
- "Je raconte presque toujours la même histoire... J'aime par-dessus tout la rigueur, la simplicité et la beauté du classique. Mais ma fantaisie, mes dons imaginatifs très prononcés me font aller quelques fois vers le baroque, l'étrangeté".
- "L'élégance ne serait-elle pas l'oubli total de ce que l'on porte ?"

Yves Saint Laurent sur Les femmes

- "J'ai trouvé mon style à travers les femmes. Ce qui en fait la vitalité et la force, c'est que je m'appuie sur un corps de femme".
- "Une femme qui n'a pas trouvé son style, qui ne se sent pas à l'aise dans ses vêtements, qui ne vit pas en accord avec eux, est une femme malade. Elle n'est pas sûre d'elle et n'offre aucune des caractéristiques qui déterminent le bonheur".
- "Pour être belle, il suffit à la femme d'avoir un pull noir, une jupe noire et à son bras un homme qu'elle aime".
- Chanel, "on le sait, a libéré les femmes. Ce qui m'a permis, des années plus tard, de leur donner le pouvoir et, d'une certaine manière, de libérer la mode".
- "J'ai, depuis longtemps maintenant, cru que la mode n'était pas seulement faite pour embellir les femmes, mais aussi pour les rassurer, leur donner confiance, leur permettre de s'assumer".
- "Je me suis toujours élevé contre les fantasmes de certains qui satisfont leur ego à travers la mode. J'ai eu au contraire toujours voulu me mettre au service des femmes. C'est à dire les servir. Servir leur corps, leurs gestes, leurs attitudes, leurs vies. J'ai voulu les accompagner dans ce grand mouvement de libération que connut le siècle dernier". (AFP)